À la uneFranceMédias

La fusion entre TF1 et M6 verra-t-elle le jour ?

Les chaînes de télévision TF1 et M6 souhaitent toujours fusionner. La haute autorité de la concurrence est toutefois défavorable à ce projet.

Des “problèmes de concurrence significatifs

Le géant français de la télévision ne devrait pas arriver pour tout de suite. Ce mardi, l’Autorité de la concurrence vient de rendre un avis défavorable à l’union entre les deux chaînes TV. Elle pointe notamment des “problèmes de concurrence significatifs, en particulier sur le marché de la publicité“, comme l’ont indiqué TF1, M6 et leurs actionnaires dans un communiqué. Aujourd’hui, la Une et la Six représentent 70% du marché publicitaire télévisuel français à eux deux. Cette union pourrait donc porter atteinte à la libre concurrence sur le marché. Un projet qui suscite par ailleurs l’inquiétude de nombreux annonceurs et producteurs.

Des efforts menés par TF1 et M6

Pour limiter ces problèmes, TF1 et M6 ont commencé à mener certains efforts. Ils ont déjà annoncé la cession des chaînes TFX et 6ter au groupe Altice. Ils ont également prévu la libération de la fréquence TNT de Paris Première afin de respecter la règlementation sur la concentration des médias. Néanmoins, l’Autorité de la concurrence considère que ces efforts ne sont pas suffisants et exige davantage de contreparties, ce qui menace davantage ce projet de fusion entre les deux chaînes. TF1-M6 et leurs actionnaires ont indiqué que “la nature et l’étendue des remèdes requis dans le rapport d’instruction feraient perdre toute pertinence au projet des parties, qui, dans ce cas, l’abandonneraient.

Une possible intervention de Bruno Le Maire ?

Les chaînes disposent désormais de trois semaines pour remettre par écrit leurs contre-arguments et contre-propositions à l’Autorité de la concurrence. Cette dernière recommande notamment aux groupes des régies publicitaires ou des achats de programmes séparés. TF1 et M6 n’ont toutefois donné aucun détail sur les solutions possibles pour le moment. L’audition de leurs représentants aura lieu les 5 et 6 septembre prochains. Le collège de l’Autorité de la concurrence, composé de 17 représentants des sphères publique et privée, rendra ensuite la décision finale.

En cas de nouvel avis défavorable, un scénario rare pourrait se produire : l’intervention du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Le Code du commerce indique en effet qu’il peut, dans les 25 jours après publication de la décision, “évoquer l’affaire et statuer sur l’opération en cause pour des motifs d’intérêt général autres que le maintien de la concurrence“.

A lire aussi : Pourquoi la chaîne RT France fait-elle l’objet de tensions ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneMusiquePeople

Aya Nakamura en garde à vue... c'est quoi cette histoire ?

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous ... "Tout le monde ment" avec Vincent Elbaz

À la uneModeReportages

Hôtel Mahfouf : on a testé la boutique de Léna Situations

À la uneFootSport

Qui était Fernando Chalana, ce joueur mythique des Girondins, décédé à 63 ans ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux