À la uneActualitéEnvironnementFrance

Lafarge soupçonné de déverser du béton dans la Seine

Selon Europe 1, le cimentier Lafarge déverse volontairement ses eaux usées dans la Seine où se trouvent un mélange de particules de ciment, de liquides de traitement et des microfibres de plastique. Une plainte est déposé par la mairie de Paris.

Le groupe Lagarge au coeur d’un scandale écologique. Le cimentier a été pris en flagrant délit en train de rejeter ses eaux usées depuis les bords de Seine où ses usines sont implantées. Selon Europe 1, les déchets de l’entreprise s’écoulent en continue via un trou percé dans la cuve de rétention où se mélange de particules de ciment, de liquides de traitement et des microfibres de plastique. Le groupe Lafarge a reconnu les faits mais nie que ce soit un acte volontaire. Des garde-pêches de la Fédération interdépartementale de pêche et de protection des milieux aquatiques ont fourni une vidéo à la justice. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris.

À lire également : Coronavirus : Paris prolonge l’extension des terrasses jusqu’en juin 2021


Les élus condamnent fermement Lafarge

La classe politique ne compte pas en rester là. Anne Hidalgo, la marie de Paris a annoncé qu’elle allait saisir le procureur de la République : “C’est un véritable scandale écologique, alors que nous travaillons avec nos partenaires depuis de nombreuses années pour améliorer la qualité du fleuve. La ville de Paris va saisir le procureur de la République pour ces faits graves qui portent atteinte à notre environnement” déclare la maire PS sur Twitter.

La ministre de la Transition Ecologique prend très au sérieux cette révélation. Elle a indiqué avoir ” demandé aux inspecteurs de l’environnement de se rendre sur place” en poursuivant que ” les responsables seront poursuivis et répareront les dégâts” écrit Barbara Pompili sur Twitter.


Si le groupe Lafarge parle “d’un accident exceptionnel provoqué par un acte malveillant” dans un communiqué, le cimentier a déjà été visé par une série d’actions du groupe écologiste sur ses sites parisiens. En avril 2019, le groupe Vinci avait lui aussi été accusé pour les mêmes actes et avait écopé d’une amende de 50 000 euros.

Crédit : AFP

About author

Journaliste spécialisé dans le Sport
Related posts
À la uneActualitéBrèvesCinémaCulture

Le Festival de Cannes reporté à juillet 2021

À la uneFemmesInternationalSociété

La Pologne limite son droit à l'avortement

À la uneFranceSociété

Covid-19: des restaurateurs ouvrent clandestinement

À la uneSéries Tv

Dix pour cent : une saison 5 + un téléfilm à New York à venir ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux