À la uneCultureNon classé

Le 24 juin en trois dates

L’été prend ses aises en ce 24 juin. A l’ombre sous un parasol ou boisson fraîche en main, l’occasion de découvrir trois événements historiques qui se sont déroulés à cette date.

24 juin 1340

Le 1er février s’éteint Charles IV “Le Bel”, dernier roi de France issu de la lignée des Capétiens directs. Pour lui succéder, trois prétendants légitimes se disputent la couronne : Philippe, Comte de Valois, Edouard III d’Angleterre et Philippe d’Evreux. Finalement, Philippe VI de Valois est sacré. Sa légitimité est contestée par ses rivaux et notamment Edouard III. C’est sur les bases de ce conflit pour le trône que la Guerre de cent ans va débuter en 1337 entre les deux grands que sont l’Angleterre et la France. Dans les premières années de guerre, une bataille va avoir des conséquences marquantes pour la suite des opérations.

Ainsi, le 24 juin 1340, les flottes française et anglaise vont s’affronter lors de la Bataille de l’Ecluse. Le port flamand de l’Ecluse, situé en aval de l’actuel Bruges, va laisser les Français sans défense navale pour la suite du conflit. Les Français, bien qu’en supériorité numérique, choisissent une stratégie très défensive que leurs adversaires vont réussir à parfaitement exploiter. Les sujets de la “Perfide Albion” se lancent à l’attaque et finissent par prendre le dessus sur la flotte tricolore coincée dans le bord. Cette dernière est finalement anéantie. Au total, 20000 marins périssent et 170 navires coulent. Ce désastre va laisser la France vulnérable et impuissante face aux nombreux débarquements anglais, impactant largement la suite du conflit.

24 juin 1812

L’Europe bat au rythme des guerres Napoléoniennes depuis une petite dizaine d’année. Jeux d’alliance et batailles marquantes se succèdent. A l’orée des années 1810, Napoléon a triomphé d’une énième coalition, la cinquième. Son empire atteint alors son apogée, tant au niveau territorial qu’au niveau de ses alliés supposés parmi lesquels figure la puissante Russie. Toutefois, les rapports avec cette dernière se dégradent rapidement. Le Tsar Alexandre Ier refuse de garantir efficacement le blocus continental mis en place par la France pour étouffer économiquement l’Angleterre. Conséquence directe, Napoléon reprend les armes dès 1812.

Campagne de Russie

Sans déclaration de guerre préalable, il franchit le Niemen le 24 juin 1812 à la tête de la plus grande armée de l’époque forte de 700000 hommes. La “Grande Armée” est composée de 300000 français et de nombreux soldats d’états vassaux. Elle est aussi cosmopolite qu’impressionnante numériquement. Refusant le combat et pratiquant la tactique de la terre brûlée, les Russes vont longtemps éviter l’armée de Napoléon. Pâtissant en plus des erreurs tactiques inhabituelles de l’Empereur (volonté de prendre Moscou plutôt que la capitale St-Pétersbourg par exemple), l’armée va être brisée par l’épuisement, l’hiver russe puis l’armée du Tsar. Lors de son repli au delà de la Berezina mois d’un 1/7 des troupes initiales seront encore présentes. La campagne de Russie qui débute le 24 juin 1812 va saigner à blanc le réservoir humain français et constituer le début de la déchéance de l’Empire.

24 juin 1948

Suite aux négociations mettant fin à la seconde guerre mondiale, l’Allemagne est démantelée. Chaque puissance alliée, USA, Grande-Bretagne, France, URSS bénéficie ainsi d’une zone d’influence. La capitale Berlin subit ce même découpage. Rapidement, les relations se tendent entre les deux superpuissances américaine et soviétique. Il devient rapidement évident que le fossé ne pourra plus être comblé et qu’une confrontation, au moins indirecte, entre les deux belligérants est inévitable. Chacun se constitue alors une zone d’influence, les fameux blocs de l’Ouest et de l’Est.

Les alliés de l’Ouest décident de réunifier leurs zones pour avoir davantage de poids en Europe contre le communisme. La “trizone” voit ainsi le jour début 1948. Berlin n’échappe pas à cette fusion. Face à cette manoeuvre, l’URSS réagit et souhaite conquérir l’ensemble de la ville. Le 24 juin 1948, elle met alors en place un blocus pour empêcher le ravitaillement allié et obliger les occidentaux à renoncer à leur zone dans la capitale allemande. Il s’agit du début du Blocus de Berlin. Ce dernier durera près de 11 mois mais ne fera jamais plier l’axe France-USA-Grande-Bretagne. Ces derniers arriveront notamment à le rendre inefficace au moyen d’un immense pont aérien. Malgré un coût financier important et des pertes humaines, cette immense opération aérienne empêchera Berlin de tomber complètement dans l’escarcelle soviétique.

Related posts
À la uneSport

Melanie Jesus Dos Santos : la gymnaste au mental d’acier

À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous... Mes premières fois, dramédie adolescente drôle et émouvante

À la uneInsoliteSociété

La question du jour : pourquoi rêve-t-on ?

À la uneCulture

Qu'est ce que le despotisme éclairé ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
Bordeaux fête le fleuve