À la uneInternational

Le dispositif anti-viol, Rape aXe, fait polémique sur les réseaux sociaux

Le dispositif de la doctoresse Sonnet Ehlers fait polémique depuis le 11 mai. Un préservatif à crocs tranchants qu’elle décrit dans une vidéo pour Brut.

Rape aXe, que l’on peut traduire par « hache à viol » est l’invention d’une doctoresse sud-africaine. Créé en 2005, ce dispositif anti-viol prend la forme d’un préservatif, mais pas n’importe lequel… Ce dernier possède des crocs « tranchants comme des lames de rasoir ».

Dans une vidéo pour le média Brut, Sonnet Ehlers explique son invention ainsi que les raisons qui l’y ont poussé. Elle travaillait depuis des années dans un hôpital où les viols devenaient malheureusement habituels. Mais c’est lorsqu’une patiente, qui venait de se faire violer, lui souffla « si seulement j’avais eu des crocs à cet endroit » que la doctoresse eut l’idée de créer ce préservatif. Bien que la gaine ne protège pas réellement les victimes, elle punit cependant les hommes qui les violent. 

Résoudre le problème du viol, encore la responsabilité des femmes?

Après la publication de la vidéo, une polémique s’est rapidement formée. Mêlant les commentaires positifs et négatifs, une problématique phare en est ressortie. Pourquoi les femmes doivent encore se protéger elles-mêmes ? La justice devrait rendre les peines plus dures. L’éducation et la prévention devraient apprendre à tout homme que violer est un crime. Et surtout, la considération des femmes devrait être naturelle…

L’inventrice de Rape Axe avait, évidemment, une bonne intention en créant ce dispositif. N’étant pas une femme politique, Sonnet Ehlers voulait donner un moyen aux femmes de punir leurs agresseurs. Dans un pays où 1 homme sur 4 avoue avoir commis un viol, Rape Axe semble être, pour l’instant, le seul moyen de diminuer ces chiffres en effrayant et dissuadant les violeurs. L’Afrique du Sud a, par ailleurs, le taux de viols le plus élevé au monde. 

Mais d’autres problèmes sont également à prendre en compte : Dans le cas où un homme violerait une femme portant le dispositif, les blessures que Rape Axe lui infligerait sont elles considérées comme de la légitime défense ? Pour la doctoresse, nul doute, le viol est un acte qui traumatise à vie. Elle précisait devant la caméra « vous voyez leurs yeux sans vie, leur corps brisé, leur âme et leur esprit, tout autant brisés ».

De la légitime défense?

Dans son explication, elle précise que la gaine se place dans le vagin derrière les lèvres. Ainsi, si un homme tente de vous prendre de force, la gaine se fixera sur son sexe et le blessera. Occupée par le dispositif, la victime aura assez de temps pour s’échapper sans que son agresseur ne s’en préoccupe. Mais encore une fois, les commentaires sous la vidéo se bousculent. La blessure infligée pourrait mettre le violeur dans un état de rage et le rendre agressif ou violent. De plus, il a été de nombreuses fois prouvé que le viol plonge la victime dans un état de tétanie. Si la victime reste immobile de peur, la réaction de son agresseur peut être dramatique. 

La doctoresse raconte, néanmoins, qu’en parler permet déjà de leur faire peur, « Je suis allée dans nos townships (quartiers pauvres d’Afrique du Sud), je leur ai montré ce qui leur arriverait s’ils violaient à nouveau et ils ont été horrifiés. ». Elle affirme ensuite que les viols s’étaient même calmés suite à ses mises en garde et c’est le but de son invention.

À lire aussi : Seine-et-Marne : les médecins pourront briser le secret médical pour les violences conjugales

Credit : Photo de Anete Lusina provenant de Pexels

About author

Journaliste
Related posts
À la uneCultureFranceSociété

Les Cœurs Doubles (2/4) : Ce pays loin des yeux, mais près des cœurs

À la uneActualitéArtCultureInternationalMusique

LP : Même dans l’intimité, on m’appelle LP!

À la uneSport

[INTERVIEW] Jeff Hardy, le guerrier aux cheveux arc-en-ciel bientôt Willow the Wisp chez WWE ?

À la uneFootInternationalSport

Les LGBT seront en sécurité à la Coupe du Monde mais le Qatar fixe certaines limites

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux