À la uneSport

Le Rétro-Running, est-ce que ça te parle ?

Est-ce que toi aussi, tu t’es déjà fait rentrer dedans par un mec qui court en arrière dans les marches de Montmartre ? Non ? Et bien sache qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle technique de drague, mais bien d’une pratique sportive, du nom de Rétro-running.

Il s’agit ici de courir en arrière et non plus en avant. Si à première vue cette pratique peut te  sembler ridicule et loufoque, elle est néanmoins pratiquée depuis plusieurs années par des sportifs professionnels. Allez viens, on te raconte.

Christian Grollé, précurseur français du rétro-running 

Pourquoi faire compliquer lorsqu’il est tellement plus simple et naturel de courir en avant ? Alors, oui, on te le concède faire de la marche arrière, ce n’est pas réellement pratique et inné pour tous, mais les bénéfices y sont. En tout cas Christian Grollé, en était convaincu. Le défunt était un précurseur français du rétro-running. Il affirmait que les avantages étaient trop nombreux pour ne pas s’y intéresser : brûleur de calories, stimulateur du système cardio-vasculaire, redresseur de la colonne vertébrale, un guérisseur plus rapides des accidents au genou, à la cheville, ou à l’aine… et la liste est encore longue.

De très grandes vertus 

Tout d’abord, on brûlerait plus de calories en courant en arrière…eh oui ! Comme le souligne le site rtbf.be, 100 pas en arrière valent 1000 pas effectués en avant, ce qui permettrait de brûler 15 à 20 % de calories de plus. Pour ce qui est de la colonne vertébrale, on estime qu’une pratique régulière améliorait votre posture au quotidien. En effet, en allant en arrière, vous redressez naturellement votre dos pour vous diriger dans la direction souhaitée. Ainsi, en gardant une posture droite, on estime que cela solliciterait plus vos abdominaux. Pour ce qui est de la prévention des blessures, Grollé expliquait que « la course en marche arrière oblige à poser la pointe du pied et donc l’amortisseur naturel de la cheville est utilisé ». Cela permettrait notamment de réduire l’impact sur les genoux. 

Des champions du monde dans leur discipline (incroyable non ?) 

L’allemand Thomas Dold, s’est illustré en remportant huit records du monde en rétro-running, pour des courses allant de 400 m à 10 000 m. Sur le site l’Equipe, le sportif leur admet ne s’être jamais blessé dans sa carrière, hormis peut-être quelques ampoules. Le coureur estime également pouvoir parcourir plus vite sur une plus longue distance, car des coureurs traditionnels se blesserait plus rapidement. Ainsi, le sportif remporta à sept reprises l’Empire State Building Run Up, soit la première course verticale au monde.

Le Cubain Wilfredo Diaz quant à lui disputait la  semaine un semi-marathon en Italie. La course se déroulait pour sa première fois en montagne, et pour cela Diaz s’était préalablement entraîné sur des terrains en pente. Le sportif de 32 ans, était le seul à aller à l’envers, mais il se disait « mieux préparé que jamais » à l’AFP selon l’Express. En effet, Wilfredo Diaz a déjà su démontrer ses aptitudes, en remportant cinq médailles lors des championnats du monde de ce sport. 

Le 8e championnat mondial en France ? 

Toujours selon le site l’Express, après avoir été annulée en Angleterre, la 8ème compétition mondiale devrait se tenir en France fin juillet. Néanmoins, au vu du contexte sanitaire, la date n’est pas encore confirmée. 

À lire aussi : Un homme condamné à 15 ans de prison pour avoir mangé sa mère

About author

Journaliste et étudiante à l'École d'Histoire de La Sorbonne.
Related posts
À la uneCinéma

C'était il y a 25 ans ... la sortie de la franchise Scream (1996)

À la uneFrance

Devra-t-on présenter un pass sanitaire pour skier ?

À la uneCinéma

Disney repousse la sortie des films Marvel et d'Indiana Jones

À la uneInternational

La Corée du Nord lance un missile balistique en mer du Japon

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux