Covid19: 7560 morts en France, un record de personnes en réanimation (6838) mais un besoin en lits supplémentaires qui diminue jour après jour. Prolongation du confinement jusqu’au 15 avril minimum. Le point sur l'évolution de l'épidémie.

Le point de vue des jeunesSéjours à thèmesVoyagesWorld

Le train ou l’expérience d’un voyage bohème

Plaidoyer d’un amoureux du voyage en train

Salut,

Tu es assis confortablement ? Oui ? Tu en es sûr ? Parfait, je l’espère, car j’aimerais qu’on parle d’aventures, de périples, d’extases visuelles et de souvenirs fondateurs tous les deux. Parler de notre prochain voyage en fait. Alors prends le temps de t’installer, vraiment. Il faut toujours donner du temps au temps, c’est la clé. Tu sais les voyages, c’est une chose si importante, une chose qui reste en toi indélébilement si tu en prends soin comme un enfant qui chérit son doudou. C’est pour ça que, selon moi, il est important de prendre le temps qu’il faut pour les penser, pour les réaliser et pour les digérer.

Le train ne prendra jamais la mauvaise direction, il t’ouvrira seulement d’autres lieux

Le voyage en train a se charme là. Pouvoir balancer des cailloux sur le bord de mer en attendant la prochaine correspondance. Refuser de prendre le prochain train et décider d’attendre encore un peu là où on est, car on y est bien. Dormir à l’arrache dans les gares pour économiser quelques euros. Le train, c’est une aventure à la Jack London ou à la Kerouac, du moins un semblant. Si j’ai choisi de te parler frontalement de ce thème, c’est car à cette heure-ci, le voyage en train se meurt dans l’imaginaire collectif. Les trains de nuit circulent de moins en moins, et la lune orpheline laisse ses centaines de voyageurs au soleil. En France, la SNCF a pratiquement supprimé la totalité de ses rails à cause de la rudesse de ce style de transport alors même qu’il en va autrement partout en Europe. Personnellement voir ce type de transport disparaître me fait bien plus qu’un pincement au cœur. Il est donc nécessaire, je le crois, de redorer l’image de ce voyage. Pour nous, pour toi, pour sortir de cette course à la consommation de voyage, mais également pour la planète. Privilégier, lorsque cela est possible, le train à l’avion lors de nos voyages. Car oui, le train reste le moyen le plus écologique pour voyager d’autant plus le train de nuit, mais ça, c’est un autre débat.

Lisbonne – crédit photo TEYCHON Baptiste

“Si par une nuit d’hiver un voyageur”

On entend souvent que nous avons la chance de vivre une époque où les frontières de chaque pays non jamais étaient aussi proches. Que voyager n’est désormais plus une chose compliquée et qu’un monde des possibles est ouvert juste en face nous. Alors oui il est vrai, nous sommes sans doute la civilisation qui voyage le plus dans l’Histoire. Nous voyageons plus et toujours plus loin grâce aux avions. Mais nos voyages semblent se conformer à une certaine imagerie collective. Là où il était jadis singulier, le voyage semble désormais une activité que l’on consomme sans plus vraiment de surprise. Je me trompe peut-être, mais c’est ce que je crois voir dans l’air du temps. Loin de moi l’idée de critiquer cette formidable opportunité et cette ouverture du monde, vraiment loin de là. Moi aussi je savoure les petites escapades le temps d’un Week-end dans une belle ville d’Europe. Mais je ne cesse de m’interroger sur cette consommation de voyage. Le voyage, me semble-t-il, est une expérience singulière qui pousse les aventuriers de l’inconnu à découvre que le temps n’est pas modulable. Le voyage, c’est l’éloge de la lenteur et du minimalisme. C’est pourquoi à la suite de cette trop longe digression, je souhaite vous parler du voyage en train. Cette formidable perte de temps qui faut chérir. Se donner l’opportunité de faire l’un de ses voyages en train, ne serait-ce qu’une fois. Apprendre à lâcher prise pour passer la tête à travers la vitre d’un train qui passe non loin d’un lac en Slovénie par exemple.

Slovénie – crédit photo TEYCHON Baptiste

Eloge de la lenteur

Le voyage en train, c’est tout un roman qui s’écrit à chaque kilomètre avalé. Chaque nouvelle heure est une nouvelle page qui vient te nourrir. C’est une petite histoire qui se raconte à nous. Et c’est tellement simple. Un sac à dos qui tient entre tes jambes et tu peux partir en train pour quelques jours explorer ton pays ou partir plus longtemps en direction de l’Europe. Bon je te l’accorde il y a un point de crispation avec ce moyen de transport, l’Amérique en train ça va être compliqué, mais qu’importe, il y a tellement de choses à découvrir en Europe. Pas besoin de partir loin pour s’évader, oublies cette doctrine, c’est la première règle. La deuxième est tout aussi basique, accepte la lenteur. Oublier la vitesse du monde et ta propre vitesse, vraiment, laisses là sur le quai de la gare. Le voyage en train, c’est accepter que tu n’aies prise sur rien. Ni sur le temps, ni sur les gens, ni sur la route… Tu ne contrôles absolument rien et franchement, c’est tellement bon. Abandonne-toi aux longues heures qui voient défiler des tableaux de Claude Monet, de Paul Cézanne et bien d’autres… Et puis cette aventure a une saveur bien particulière, un charme indéniable comme un regard profond qui te fixe. Honnêtement prévoir un voyage en train ce n’est pas si compliqué ni plus coûteux, ça demande juste un peu plus de temps. Pour faciliter les choses, il existe des moyens « institutionnalisés » de voyager en Europe comme le ticket Interrail. Et franchement, c’est une chouette expérience, d’autant que l’Europe pousse les jeunes à pratiquer ce type de voyage. Connaitre l’ennui et l’attente séparant deux trains, c’est commencer à apprendre à voir la vie avec ton regard.

Une vision romantique du voyage

Si je te dis ça, c’est que malgré mes voyages loin du vieux continent, ceux qui m’ont le plus marqué sont mon road trip en train à travers l’Europe et mon road trip au Portugal. Les nombreux imprévus, les nombreuses galères de places, les trains bondés ou alors vides. Voyager en train, c’est s’asseoir à la table de l’inconnu et tout lui donner. C’est apprendre à s’ennuyer, apprendre à regarder les secondes passées dans le creux de la main. Réapprendre à écouter et à lire les images qui se dressent devant nous. Sentir l’odeur de la fumée sur le quai d’une gare lorsqu’on attend notre prochain train. S’imaginer les histoires des autres voyageurs qui sont peut-être tout simplement des travailleurs rentrant chez eux. Le train, c’est tout simplement une autre forme de voyage. C’est une forme de minimalisme, mais le vrai, pas celui qu’on nous vend. C’est redonner du romantisme à nos actes. S’accorder de la douceur et se soumettre non plus à ses envies mais aux aléas. Il y a une part de romantisme dans cette pensée oui, même une grande part. Refuser la vitesse des émotions. S’accorder une pause pour ne garder que l’essentiel.

Transformer les galères de train en souvenir précieux

Car oui le voyage en train, bien plus que celui en avion ou en voiture, c’est sauter dans le vide. C’est accepter que le voyage ne soit pas un long fleuve tranquille. C’est faire preuve de résilience et d’imagination pour en sortir toujours plus fort. Pour mon voyage en Europe j’avais tout prévu candidement. Me disant que, tel jour on serait ici et qu’il y aurait ce train. Finalement, rien ne s’est passé comme prévu et je remercie le hasard pour cela. Je remercie ce train de nuit qu’on a loupé à quelques secondes et je bénis cet autre train de nuit qui est arrivé quelques minutes après nous emmenant à l’opposé de notre destination. Soulagé de m’être endormi dans le train ratant ainsi l’arrêt. Je rigole devant le souvenir du réveil par les douaniers. Je chéri chaque rencontre lors de ces voyages. Alors allez-y, lancez-vous, lances-toi. Fais ton prochain voyage en train. Lance-toi dans une aventure européenne en Interrail ou sans d’ailleurs. Mais essaye ce voyage. Essaye de donner juste du temps au trajet et tu comprendras. Accorde-toi cette expérience, tu ramèneras bien plus de souvenirs. Délaisse juste une fois l’avion, lui, il sera encore là demain alors que le train rien n’est moins sûr.

Un train, plusieurs histoires – Crédit photo Teychon Baptiste
Ruelle dans un vilage au Portugal après avoir loupé un train – Crédit photo Teychon Baptiste

About author

Journaliste culturel, sociétal, pour vl-média
Related posts
BrèvesBuzzFaits DiversWorld

INSOLITE : McDonald’s montre sa solidarité face au virus

Voyages

Réserver son voyage en 2020 : internet ou agence ?

Voyages

Tips pour kiffer ton semestre à l'étranger !

Voyages

Quelle est la meilleure période pour partir au Mexique ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux