À la uneBuzzHigh TechInsoliteLe point de vue des jeunes

L’Edito Tech’ : Retour sur la saga Ubuntu Edge.

Ce nom ne vous dit peut être rien mais il constitue un paradoxe dans l’univers assez ferme de la mobilité : en effet, il sonne comme une promesse : la promesse d’un téléphone surpuissant avec des OS ouverts, le premier téléphone avec deux OS intégrés que l’on pourrait choisir au démarrage (Android ou Ubuntu), le premier mobile qui dépasserait cette barre symbolique de 4 Go e,t pour résumé, le premier mobile qui puisse réellement s’opposer à un PC (tant par ses performances que par son ergonomie totalement repensée). En bref, il représentait, à peu de choses, le rêve de tous technophiles.

Malheureusement, ce projet n’a pas abouti à cause d’un manque de financement : en effet, malgré un démarrage en fanfare, le mouvement c’est très vite arrêté. Mais je vais sûrement trop vite dans mes explications et ceux qui n’ont eu vent de cette merveille technologique doivent se demander pourquoi diable cet appareil n’a pas vu le jour.

Reprenons tout depuis le début, Canonical, l’éditeur de Ubuntu (une distribution de linux i.e. un système d’exploitation pour PC) a décidé de faire financer son projet par les internautes : on appelle ça le crowdfunding (et c’est assez à la mode en ce moment, vous pouvez, à titre de distraction, regarder les deux leaders du marché que sont Kickstarter et Indiegogo). Malheureusement ce procédé de financement a ses limites et ces dernières, même si Cannonical a battu tous les records se situent aux alentours de 12 millions de dollars US. Après un mois de campagne, assez vite refroidie, Cannonical a annonce son échec, malgré mon obole pleine d’espoir, en relativisant celui-ci arguant que jamais autant de personnes ne s’étaient mobilisées grâce au Crowdfunding et que ces 12 millions avaient démontré que les gens étaient demandeur de ce type de produits et étaient près à payer un téléphone en août pour le recevoir en mai de l’année d’après.

Bon, alors ça c’est pour se sauver la face mais il faut comprendre qu’il s’agit d’une véritable claque pour Ubuntu et, par extension, pour tout l’univers du logiciel libre dont on a aperçu les limites. En effet, tout le monde trouve ça génial quand c’est gratuit mais quand il s’agit de sortir quelques centaines d’euros cela devient dramatiquement plus dur. Cependant, malgré un manque de générosité évident qui peut être expliqué par le contexte économique morose de ces dernières années, la faute n’est pas à imputer aux clients : en effet, ce n’est pas sa faute s’il n’achète pas un produit mais plutôt celle du fabricant et il faut admettre que, malgré un produit innovant, Cannonical ne pouvait en aucun cas réussir l’ascension de cette montagne de dollars sur laquelle ils comptaient. Vous vous demandez pourquoi je loue ce téléphone pour le descendre ensuite, et bien ce téléphone est un peu à l’image des Surface et Surface 2 c’est à dire un produit intrinsèquement excellent mais souffrant d’un placement marketing défaillant. En effet, à part un geek, qui peut et veut payer le smartphone le plus puissant du marché sans la promesse d’une ergonomie parfaite et d’une innovation logicielle qui donnerait à ce mobile quelque chose d’incontournable ? Personne !

Les douze millions récoltés viennent en grande partie de développeurs ou de gens passionnés par la téléphonie mobile qui ont les moyens de claquer 650 à 800 $ pour une vidéo et quelques idées. Mais la questions qui suit est combien y a-t-il de personnes de ce type dans le monde et, parmi celles-ci, qui a entendu parler de ce projet qui de surcroît n’a duré qu’un mois ? (!). Quand on veut qu’un projet comme celui-ci réussisse, il faut y mettre les moyens et, même si ça a un prix, il est incontournable de faire une campagne publicitaire auprès du grand public, afin que celui-ci se prépare à l’arrivée de ce produit et découvre cet univers assez méconnu du logiciel libre (du moins dans l’Hexagone) et, de même, présenter son téléphone comme un PC ne fait qu’embrouiller les utilisateurs qui ont déjà du mal à comprendre la différence entre une tablette et un PC et une tablette et un portable (alors imaginez si leur lui dit que c’est à mi chemin entre un téléphone et un PC mais que ça n’a rien a voir avec une tablette!).

http://www.youtube.com/watch?v=eQLe3iIMN7k

Enfin je trouve cette idée de dual-boot grotesque, non pas que ce soit une mauvaise idée en soi mais il faut que ça demeure un avantage pour l’utilisateur et que ça ne représente jamais une quelconque contrainte : imaginez la galère si rien n’est prévu pour synchroniser vos contacts (à part si vous utilisez MoID 😉 ), mail, historique, mots de passe et même vos images : l’idée de Cannonical consistant à remplacer son handicap (pas ou peu d’application pour Ubuntu Mobile) par un dual-boot vers Android vous donnant accès à un Play Store pléthorique est une fausse bonne idée car si une application Android que vous utilisez n’est pas disponible en web app (HTML5 compatible avec Ubuntu Mobile), vous serez forcé de passer sous Android (et donc obligé de redémarrer votre téléphone pour y accéder), ce qui peut se révéler passablement énervant !

En résumé, il s’agit d’un téléphone sûrement très puissant, très geek et qui vous caractérisera comme tel mais, malheureusement pour que ce type de produits soient fabriqués, il faut, du fait des volumes nécessaires à une production à un prix abordable, un engouement très important à la fois de la communauté high-tech mais aussi du grand public (les 32 millions de $ espérés correspondaient à 50000 téléphones qui ne seraient disponibles, je le répète, que 9 mois après la vente) et cela, Cannonical ne l’a pas compris et s’est vu puni par sa précipitation : en effet, Ubuntu Mobile perce doucement mais sûrement sur les tablettes et autres smartphones ; pourquoi diable n’ont-ils pas attendu d’avoir une base d’utilisateurs, une renommée et un savoir dans le mobile pour lancer son téléphone ? Même Microsoft s’est contenté de faire du software pendant quelques (trop courtes) années avant de faire du hardware (et encore on a vu que c’était largement insuffisant).

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéInternational

Prix Pulitzer : Une récompense spéciale pour la jeune femme qui a filmé le meurtre de Georges Floyd

À la uneActualité

“Marche des libertés” : Une manifestation contre l'extrême droite se tient aujourd’hui à Paris

À la uneActualité

Invalides : Quelle était cette fête géante et clandestine ?

À la uneFootSport

Euro 2020 : l'Italie bat facilement la Turquie

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux