Le mois de septembre n’est pas que la période de retour en cours. C’est aussi le moment où les familles choisissent des divertissements pour l’année. Depuis cinquante ans, les Français dépensent un peu plus chaque année pour leurs loisirs.

Septembre est le mois du forum des associations, de l’inscription au club de sport, de la réouverture du club ciné à la fac… Une nouvelle année scolaire, oui, mais il ne s’agit pas d’oublier les loisirs. 98% des Français réservent une partie de leur budget à ces activités. Qu’il s’agisse de se divertir au club de lecture, de s’améliorer au judo ou de se donner des sueurs froides avec un sport extrême, des choix sont proposés pour tous les goûts.

Alors que les dépenses des foyers augmentent de 7,2% chaque année, les dépenses dans les loisirs augmentent de 7,5%. En moyenne les Français dépensent 1050 euros par an pour leur loisirs. Dix heures par semaine leurs sont consacrées, un chiffre en augmentation si l’on prend internet en compte. Les Français ont une tendance à préférer les loisirs en intérieur et surfer sur le net devient l’une des activités les plus communes.

Le poids d’internet sur les loisirs

Il est même possible de chercher des activités par le biais d’internet. Pour certains, rechercher un loisir peut être fastidieux. Cette recherche est un investissement en temps. Des parents qui travaillent et doivent s’occuper de leurs enfants ne peuvent pas forcément se permettre de perdre ce temps à faire des recherches. Un site comme Funbooker permet de rechercher des milliers d’activités à travers la France.

La majorité des Français veulent que leurs loisirs servent à créer du lien. Des sorties en famille pour réunir les parents et enfants, ou des activités entre collègues pour resserrer les liens au travail… les loisirs sont vus comme un moyen de créer de la convivialité. 65% des Français privilégient ainsi des activités collectives aux activités en solitaire. Les jeunes sont ceux qui expriment le plus cette tendance. Ce sont les 18-25 ans qui passent le plus de temps sur internet et 69% d’entre eux partagent cette envie. Avec l’avènement du web et des réseaux sociaux, la recherche de contact peut expliquer cette inclination des jeunes à retrouver un collectif.

À​ ​lire​ ​aussi: SENSAS-(ionnelle), l’escape game des sens