À la uneActualitéFrance

Les pays du Golfe, constituent de véritables Etats providence, au service et au soin de la Jeunesse

Un nouveau rêve arabe s’écrit dans cette région du monde où chantiers permanents cohabitent avec une soif débordante d’énergie. A l’occasion des législatives des Français de l’étranger, Guy Makki, candidat dans la 10eme circonscription, nous éclaire sur les perspectives futures de ce carrefour entre l’Orient et l’Occident et les priorités qu’il entend soutenir pour permettre à la jeunesse française de s’y investir pleinement.

1 / Quel regard portez-vous sur la mobilité et l’expérience de vie à l’international des jeunes ?

Aujourd’hui nous sommes 2,5 Millions de Français vivant à l’Etranger, et nous serons certainement le double d’ici 5 à 10 ans. La plupart des personnes qui s’expatrient, sont de jeunes étudiants ou diplômés Français attirés par des perspectives d’emploi plus intéressantes qu’en France, à la recherche de pays qui répondraient plus à leurs attentes au niveau culturel, linguistique ou humanitaire.

Cette manne d’individus représente pour la France, une richesse extraordinaire, dans le sens où ces jeunes incarnent la France à l’Etranger tout comme des ambassadeurs.

La Francophonie, le savoir-faire Français, la culture, l’enseignement Français connaitront encore de beaux jours devant eux et je ne peux que m’en satisfaire.

2/ Comment et par quels nouveaux projets, les députés des Français de l’étranger qui siègeront à l’Assemblée nationale pourront permettre à la jeunesse d’être plus à l’aise avec le mot « Entreprendre » ?

Conseiller élu au sein de l’Assemblée des Français de l’Etranger, depuis 2006, je suis membre de la Commission des Finances et des Affaires Economiques. Mon travail sur la question, n’est pas récent, et repose sur un constat : depuis des années, alors que l’Allemagne est en excédent commercial, la France enregistre un déficit grandissant.

Il est nécessaire de trouver la raison et plusieurs interrogations se posent :

Comment un jeune entrepreneur Français, pourrait-il réussir lorsque la Fiscalité constitue son premier obstacle ? Par quels moyens peut-il accéder à une information uniforme, lorsque les différentes structures telles qu’Ubifrance, les Chambres de Commerce et d’Industrie, ou bien les Missions Economiques, proposent des données diffuses et souvent non mises à jour ? Et même si ce jeune entrepreneur peut envisager des prêts bancaires à des taux intéressants compte tenu de son âge, il n’est toujours pas facile d’en bénéficier ?

Mes principales mesures permettent de changer cette situation, en allégeant par exemple, le poids des charges sociales, en créant un organisme d’aide et d’information unique, mais également en appuyant les projets de nos jeunes entrepreneurs financièrement nous serons à même de les concrétiser.

3/ Que pensez-vous de la « Charte de la jeunesse » transmise à l’ensemble des candidats à la députation des Français de l’étranger dans la dixième circonscription ?

Il s’agit d’une initiative très intéressante et très pertinente.Une grande partie de mon programme électoral, concerne la jeunesse, tel que la prise en charge des frais de scolarité, l’accompagnement dans les projets de développement des TPE/PME à l’Etranger, l’aide et la protection sociale. Dans la continuité de mon travail au sein de l’Assemblée des Français de l’Etranger, je poursuivrais mes efforts, en tant que Député à l’Assemblée Nationale, en direction de la jeunesse.

4/ Que pensez-vous de l’expérience d’universités du Moyen-Orient qui permettent à des jeunes de démarrer une activité protégée et aidée par des législations incitatives au milieu d’une ambiance véritablement stimulante ?

Les pays du Golfe, constituent de véritables Etats providence, au service et au soin de la Jeunesse.

C’est en partie, la raison pour laquelle, cette région du monde foisonne en termes d’établissements supérieurs Etrangers à l’exception de l’Arabie Saoudite, seul pays à avoir créé en 2007 sa propre université scientifique destinée à obtenir une reconnaissance mondiale.

J’ai eu le privilège d’assister il y a quelques mois, à Dubaï, à une cérémonie de remise de certificats de spécialisation en Anesthésie, réel aboutissement d’une coopération médicale accrue entre la France et les Emirats Arabes Unis, avec l’implication de l’Université de Montpellier I de renommée Internationale au niveau médical.

Ainsi, ces médecins disposent d’une réelle reconnaissance de ce diplôme dans les Institutions médicales et les organisations du monde entier. Il y a une réelle volonté de la part des autorités d’accompagner les jeunes dans tous les domaines d’études universitaires, à l’image de ces étudiants en médecine.

Désireux de devenir des pays de premier plan par leur éducation, les pays du Golfe souhaitent faire de leur enseignement supérieur un enseignement d’excellence à l’échelle mondiale et surtout dans le domaine de la recherche.

5/ Existe-t-il aujourd’hui dans la dixième circonscription et dans le monde des modes de gouvernance dans la décision publique ou dans la sphère privée qui se distinguent par leur caractère innovant ?

La 10ème circonscription des Français de l’Etranger compte 49 pays du Moyen Orient, des Iles de l’Océan Indien ainsi que la partie sud de l’Afrique.

Et je souhaite tout d’abord évoquer dans ce contexte bien précis, « l’Indice Africain de Bonne Gouvernance d’Entreprises ». Lancé tout récemment, il offre de nombreux avantages sur le continent Africain pour les entreprises publiques et privées. Cet indice permet d’attirer les investissements, de réduire les risques bancaires, ou bien encore d’assurer à la fois les droits des salariés et des actionnaires.

En ce qui concerne le Moyen Orient, le dernier rapport de l’OCDE met l’accent sur la nécessité d’une réforme de gouvernance des entreprises publiques. Ceci intervient après la période dite « post-printemps Arabe » afin de faire reculer la corruption et de rétablir la confiance dans les institutions publiques.

Toutefois, les Emirats Arabes Unis représentent un marché émergent sur la voie de nombreux changements, sociaux et économiques. Au regard de sa croissance économique importante, le pays est devenu la cible privilégiée des entreprises internationales mais également des investisseurs particuliers.

Afin de veiller à cela, la Chambre de Commerce d’Abu Dhabi a eu l’initiative de créer le Centre d’Abu Dhabi pour la Gouvernance d’Entreprise chargé de promouvoir et de contribuer au développement de l’Economie Nationale mais également d’assister et d’encourager les secteurs publics et privés à adopter les valeurs fondamentales de la gouvernance d’entreprise.

Cela démontre une attention particulière des autorités sur la question et la volonté d’évoluer vers un avenir plus serein dans ce domaine.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCinémaPop & GeekSéries Tv

Star Wars : qu’est ce que le “sabre noir” ?

À la uneActualitéCinémaPop & Geek

Doctor Strange 2 : les rumeurs autour de Multiverse of Madness

À la uneCinémaSéries Tv

5 séries ou films à voir si vous avez aimé Squid Game (en attendant la saison 2)

À la uneInternationalSport

Coupe du monde 2022 : 10 choses à savoir sur le pays organisateur, le Qatar

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux