L’organisation de L’Eurovision en Israël était mise en doute jusqu’au dernier moment. L’Etat hébreux a finalement confirmé. Ne reste plus qu’à choisir la ville.

Jusqu’au dernier moment, Israël a retenu la caution prévue par L’Union Européenne de Radio-Télévision (UER), les organisateurs du concours. Le pays choisit pour organiser doit payer 12 millions d’euros de caution. Ceci afin de couvrir les frais d’une éventuelle annulation de dernière minute. Or des discussions entre le gouvernement et la chaîne publique Kan, n’aboutissaient pas, jusqu’au 15 août. C’est donc la chaîne qui se charge d’avancer l’argent. Israël a donc attendu le dernier moment pour rassurer l’UER. Cela intervient un an après leur victoire à l’édition 2018, avec la chanteuse Netta.

Cependant le choix de l’Etat hébreux a apporté des critiques suite aux tensions antre Israël et Palestine. Le gouvernement de Benyamin Netanyahou salue toute organisation culturelle ou sportive venant dans le pays. Chacune est un contre-argument aux appels au boycott d’Israël par des pro-Palestiniens.

Reste à savoir où, en Israël, aura lieu le concours. Trois villes sont encore en concurrence: Jérusalem, Tel-Aviv et EIlat. Chacune d’entre elles convoite le concours pour le boost économique qu’il apporterait.

Le prochain Concours Eurovision de la chanson, aura donc bien lieu en Israël, en mai 2019.

À​ ​lire​ ​aussi: Netta Barzilai, victorieuse de l’Eurovision avec un titre engagé