À la uneActualitéFootSport

Ligue 1 : le Grand bilan | places 15 à 11

La rédaction sports de Radio VL vous donne rendez-vous pendant quatre jours pour le Grand bilan de la Ligue 1 cru 2013-2014. Chaque jour, nous passerons cinq clubs au crible, en fonction de leurs résultats, leurs réponses aux attentes et leurs perspectives. Aujourd’hui, on s’intéresse aux clubs classés 15e à 11e de l’exercice 2013-2014.

15e – Montpellier HSC. C’est une saison tumultueuse et pas forcément agréable qu’ont vécu les Pailladins (nouveau surnom des joueurs). Jean Fernandez prend la tête du club, mais les mauvais résultats (17e à la mi-saison) le contraignent à démissionner. le virulent Rolland Courbis prend sa place, et le changement se fait sentir : les Montpelliérains, emmenés par leur leader M’Baye Niang, enchaînent les bons résultats, et terminent la saison 15e avec 42 points. Un sauvetage pas évident, mais dont il faudra se servir pour repartir d’un bon élan dès août prochain.

Rolland Courbis a sorti Montpellier d'une situation délicate

Rolland Courbis a sorti Montpellier d’une situation délicate

14e – Évian-Thonon-Gaillard FC. Eux aussi ont tremblé jusqu’au bout. Les Savoyards jouaient samedi le match de la peur contre Sochaux ; le perdant descendait en Ligue 2. Mais les hommes d’Olivier Sorlin se sont montrés brillants, l’emportant facilement 3-0 et sauvant leur place dans l’élite. Une application qu’on aurait aimé voir un peu plus de fois au cours de la saison, par exemple à l’occasion du quart de Finale de Coupe de la Ligue contre Troyes (perdu 3-1). Une 14e place qui correspond à la saison du club savoyard. Gare à la saison à venir…

Les Savoyards lors du match contre le PSG, le 23 avril | AFP

13e – FC Nantes. Quel dommage pour les Canaris, qui ont très longtemps joué les premiers rôles, tutoyant la course à l’Europe dès leur retour en Ligue 1 ; puis le bateau nantais a coulé, peu avant la trêve hivernale. 10 matches sans victoire qui précipitent les Canaris vers une course au maintien qui n’était plus du tout d’actualité. Une réaction dans les dernières journées ont tardivement rassuré les hommes de Michel der Zakarian, qui finissent 13e avec à peine 46 points. Un peu décevant au vu de qu’avaient montré les Canaris en début de saison.

Michel der Zakarian lors de la remontée en Ligue 1 | L'Équipe

Michel der Zakarian lors de la remontée en Ligue 1 | L’Équipe

12e – Stade rennais. Après un mercato d’été très actif (14 arrivées et 15 départs), les Bretons abordaient cette saison un peu dans l’inconnu. C’est finalement une saison bien triste que nous a proposé Rennes, pourtant bien partis après les premières journées. Mais des résultats en dents de scie ont eu vite fait d’écarter le Stade rennais à la course à l’Europe. Même la Coupe de France n’a pas souri aux Rennais, encore battus par Guingamp, 5 ans après. Philippe Montanier et ses hommes finissent 12e, loin de ce qu’ils ont pu nous proposer par le passé.

Ola Toivonen, l'attaquant suédois de Rennes, contre Bastia en Ligue 1 le 30 mars 2014 au stade la Route de Lorient | AFP

Ola Toivonen, l’attaquant suédois de Rennes, contre Bastia en Ligue 1 le 30 mars 2014 au stade la Route de Lorient | AFP

11e – Stade de Reims. Un peu comme Nantes, un classement final qui nous laisse sur notre faim au regard des performances montrées en début de saison. 6e après 13 journées, les Rémois développent du jeu et se posent en candidats très sérieux à l’Europe. Les hommes d’Hubert Fournier resteront dans la course jusque tard dans la saison, et n’ont pas tout donné sur la fin. Une élimination prématurée dans les Coupes nationales n’ont pas aidé les Rémois, qui peuvent continuer leurs efforts durant la saison à venir.

Les Rémois lors de leur défaite contre Lyon (0-2) à la 21e journée | AFP

Related posts
FootSport

Football : Strasbourg, de l’ombre à la lumière

À la uneCulture

Vision artistique #4 – Rencontre avec Amandine, réalisatrice aux messages poignants

À la uneFranceInsoliteSociété

La question du jour : pourquoi on ne peut pas sourire sur une photo d’identité ? 

À la uneFrancePolitiqueSantéSociété

Billet : Bas le masque !

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux