À la uneActualitéInternational

L’infrastructure publique à l’étranger est souvent inadaptée pays par pays

Les 3 et 17 juin 2012, les Français de l’étranger seront invités à choisir pour la première fois leurs onze représentants à la chambre des députés. L’élection législative de la troisième circonscription des Français établis hors de France (Danemark, Estonie, Finlande, Irlande, Islande, Lettonie, Lituanie, Norvège, Royaume-Uni et Suède) est une nouveauté.Yannick Naud, candidat à ce scrutin, entend défendre la vision de François Bayrou et apporter un nouveau élan en direction de la jeunesse expatriée.

 

1/ Beaucoup de jeunes expatriés déplorent un début de campagne consternant. Face à l’angoisse ressentie à une étape de la vie si préoccupante, de nombreux candidats usent de formules creuses, répètent des slogans et débitent des idées reçues. En quoi votre candidature peut-elle introduire un principe de réalité, un nouveau souffle et un projet ?

Effectivement, les campagnes électorales sont trop souvent menées à sens unique – les candidats monopolisant le débat politique au détriment des électeurs. Je ne suis pas ce type de candidat. Via tous les nouveaux outils de communication (media sociaux, courriels, dialogues par vidéo en ligne, e-sondages …), j’ai essayé tout au long de cette campagne d’établir une communication directe avec le plus grand nombre d’électeurs afin de mieux comprendre les enjeux et problématiques et d’y apporter des solutions concrètes.

2/ Un think tank a récemment préconisé que les pouvoirs publics soutiennent l’émergence d’une « Overseas Youth Bank » : structure bancaire dédiée aux jeunes expatriés. Quel regard portez-vous sur une telle initiative ?

Afin que la communauté française soit dynamique à l’étranger, il est nécessaire que le plus grand nombre d’entre nous réussisse. À ce titre nous devons tous exercer notre devoir d’aide et de solidarité vis-à-vis des jeunes expatriés. C’est le rôle de chacun d’entre nous, mais pas nécessairement des pouvoirs publics français.

3/ Plusieurs collectifs de jeunes expatriés attendent, à l’horizon de ce prochain scrutin, des candidats capables d’injecter du management dans la tradition administrative française. Votre parcours d’entrepreneur vous donne-t-il l’envie d’imaginer de nouvelles idées qui pourraient simplifier la vie des expatriés, des familles, des associations, des chefs d’entreprises face à la rigidité administrative du réseau consulaire et diplomatique ?

Oui. Il y a maintenant les outils nécessaires en ligne pour une communication, entre tous les acteurs sociaux, à la fois rapide et informelle afin d’échanger entre nous tous le plus grand nombre d’informations très rapidement et gratuitement. Bon nombre de démarches avec le réseau consulaire et diplomatique doivent être effectuées en ligne aussi.

4/ Quelle réforme majeure souhaiteriez-vous engager pour transformer en profondeur le fonctionnement du Ministère des affaires étrangères ?

L’infrastructure publique à l’étranger (ambassade, consulat, écoles, instituts français, alliances françaises, atout France…) est souvent inadaptée pays par pays. Nous devons donc faire en sorte qu’une meilleure allocation de ressource ait lieu au niveau de chaque pays et que toutes ces équipes travaillent ensemble localement (économie d’échelle).

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCinémaCulture

Treize vies : le nouveau film de Ron Howard se dévoile

À la uneCinémaCulture

Johnny Depp bientôt de retour dans Pirates des Caraïbes ?

À la uneSéries Tv

Convention "Demain nous appartient" : quels acteurs seront présents ?

ActualitéFranceSociété

Comment se passe le détatouage ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux