À la uneActualitéInternational

LinkedIn : une version chinoise disponible

C’est aujourd’hui que le réseau social professionnel américain lance sa version test en langue chinoise, baptisée Lingying. 

Avec sa version américaine, le site web possède déjà 4 millions d’utilisateurs chinois. Mais il faut savoir qu’en Chine, le marché des réseaux sociaux étrangers est limité. En effet, Facebook et Twitter sont bloqués dans le pays depuis des années et le réseau social professionnel reste soumis à la rude concurrence de son homologue Viadeo. Le géant du « networking » a déjà commencé sa ruée vers la Chine. Au cours du mois de Janvier, LinkedIn a recruté Shen Boyang, créateur et ancien président du réseau social chinois Nuomi. Ce dernier assure désormais la présidence du LinkedIn China.

Un nouveau marché d’utilisateurs 

Le réseau social professionnel est déjà valorisé à 25 milliards de dollars, mais il compte bien continuer son implantation dans l’Empire du Milieu. Avec déjà plus de 260 millions d’utilisateurs dans le monde entier, LinkedIn est déjà très présent aux Etats-Unis, où se concentrent près de 40% de ses membres, au Royaume-Uni, au Brésil et en France où il talonne le rival français Viadeo. Désormais, ce sont les 618 millions d’internautes chinois potentiels qui sont dans la ligne de mire du réseau social. Sur place, il doit faire face à la rude concurrence avec Viadeo qui, depuis qu’il a racheté le leader des réseaux sociaux chinois Tianji, est devenu un pilier de l’économie chinoise. Il ne compte pas moins de 17 millions d’utilisateurs chinois avec environ 500 000 nouveaux membres tous les mois.

Alors LinkedIn, en plus des 4 millions de chinois inscrits sur la version anglaise, espère séduire au moins 140 millions de nouveaux membres mandarins.

Des adaptations nécessaires 

Cependant, avec cette version en chinois, la firme doit se plier à la censure présente en Chine. Alors, quelques adaptations sont nécessaires. Contrairement à la version en langue anglaise, la version en langue chinoise ne permet pas la création de groupes de discussion privés. «C’est une condition pour pouvoir opérer dans le pays, le gouvernement chinois impose des critères de censure sur les plateformes Internet», a indiqué LinkedIn dans un communiqué. De plus, le réseau social promet une « transparence sur la manière dont il conduit ses activités en Chine»,  et indique que «les restrictions seront mises en place seulement quand elles sont requises et ne seront pas plus développées» que ce qu’exigent les autorités.

Cependant, le géant du networking doit faire attention, car l’américain Yahoo! s’était soumis au contrôle des autorités chinoises et avait fourni des informations personnelles sur des « cyber dissidents » à la police. Cet accroc avait dégradé l’image du groupe.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneSéries Tv

Matlock : la série va avoir droit à un reboot

ActualitéSéries Tv

On regarde ou pas ? La vengeance sans visage (France 2)

ActualitéHistoirePolitique

C'est quoi la bataille de Stalingrad ?

ActualitéCinéma

15 répliques cultes de Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux