À la uneNumérique

L’outil de dictée Microsoft Word gêné par certains mots ?

L'outil de dictée de Microsoft Word gêné par certains mots

L’outil de dictée de Microsoft Word semble gêné lorsqu’il écrit “nue”, “poitrine” ou encore “pénis”

Depuis quelques jours, l’outil de dictée de Microsoft Word fait parler de lui. Il semblerait que ce dernier ne se fasse pas à l’idée que ces utilisateurs parlent de nudité, de sexualité ou bien d’appareil génital. Ainsi, les mots “nues”, “lesbienne”, “hétérosexualité” et “poitrine” semblent impossible à écrire et sont masqués par des astérisques. A l’inverse les mots “gay” et “homosexualité” s’affiche correctement.

Eviter les erreurs de reconnaissances vocales

Selon l’article de Numérama, des expressions, comme “nus-pieds” ou “au sein de“, sont touchées par ce problème. Contactée par Numérama, une responsable de Microsoft France, explique que le filtre avait été mis en place au début du développement du “speech to text” (la dictée) lorsque l’outil pouvait être perfectible.

Le filtre était donc apparu au début pour éviter les erreurs de reconnaissances vocales et l’apparition de vocabulaire inapproprié qui n’aurait pas été prononcé. Malgré l’amélioration de la dictée, certains mots sont toujours d’être masqués sans aucune raison. Microsoft a indiqué que le filtre devrait être désactivable d’ici le mois de janvier.

Depuis, les termes “lesbienne” et “transgenre” ne sont plus filtrés. Cependant, la différence de traitement vis-à-vis de certains termes laisse apparaître des biais. Ces derniers peuvent invisibiliser une partie de la population.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneCultureFranceSociété

Les Cœurs Doubles (2/4) : Ce pays loin des yeux, mais près des cœurs

À la uneActualitéArtCultureInternationalMusique

LP : Même dans l’intimité, on m’appelle LP!

À la uneSport

[INTERVIEW] Jeff Hardy, le guerrier aux cheveux arc-en-ciel bientôt Willow the Wisp chez WWE ?

À la uneFootInternationalSport

Les LGBT seront en sécurité à la Coupe du Monde mais le Qatar fixe certaines limites

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux