Inauguré le 8 novembre 2017, le Louvre Abu Dhabi ouvre ses portes aux visiteurs du monde entier. Vitrine d’une amitié inter-gouvernementale entre la France et l’Emirat d’Abu Dhabi, le musée se veut ambitieux et universel.

Le projet

Tout commence lorsque le ministre de la culture et de la communication d’Abu Dhabi, Abdallah ben Zayed Al Nahyane, propose en 2005 un projet de musée. A l’image du Louvre de Paris, il souhaite créer un pôle culturel. Des discussions sont engagés entre la France et Abu Dhabi, et le Président Jacques Chirac répond avec enthousiasme au projet. L’accord est signé le 6 mars 2007 entre le sultan d’Abu Dhabi et le ministre de la culture français de l’époque, Renaud Donnedieu de Vabres. L’engagement de cet accord prévoit un prêt des musées français chaque année, et l’organisation de quatre expositions annuelles. En contre partie, les Emirats arabes unis s’engagent à verser 965 millions d’euros sur 30 ans aux musées français.

7 ans de construction

Le projet est situé sur l’île déserte de Saadiyat (littéralement « île du bonheur » ) nécessitant de grands moyens de constructions. En effet, les contraintes de constructions sont complexes, étanchéité, humidité, affaissement de terrain, solidité… Les travaux commencent en 2010, lorsque plus de 4500 pieux sont plantés dans le sol, qui ont pour but de consolider le terrain. L’architecture du bâtiment est imaginée par les Ateliers Jean Nouvel, ayant réalisé de nombreux projets l’international, notamment culturel : la Philharmonie de Paris, le musée du Quai Branly, la Fondation Cartier, ou encore la rénovation de l’Opéra de Lyon.

2018

Avec un espace de 24 000m2 dont une coupole de 180m de diamètre, le Louvre Abu Dhabi se place comme un pôle culturel majeur du Moyen Orient. De plus, Abu Dhabi souhaite construire deux autres musées : le musée Guggenheim Abu Dhabi, et le Cheikh Zayed National Museum.

 

Ce quartier nommé District Culturel, souhaite donc devenir une vitrine culturelle et artistique du Moyen-Orient.

 

Le Louvre Abu Dhabi dans un contexte géopolitique complexe

En 1990, la guerre du golfe éclate lorsque le Koweït est envahie par les troupes de Saddam Hussein. Les petits états des Emirats arabes unis vont donc après la guerre, tenter de se trouver des alliés. Avec leur puissance grandissante, leur richesse jeune et leur place dans la mondialisation, les Emirats arabes unis vont se rapprocher des puissantes Occidentales.

Ainsi, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Unis vont entretenir des liens militaires, culturels et financiers avec les états des émirats. De plus, l’opposition de Jacques Chirac à la seconde intervention en Irak est une main tendu aux bonnes relation qu’entretiennent les Emirats et la France. Ainsi, le projet du Louvre Abu Dhabi vient compléter ces rapprochements politique et de soutien, entre les Emirats et l’Occident.

Les oeuvres d’arts et le Louvre Abu Dhabi

Depuis 10 ans, le Louvre Abu Dhabi acquiert des oeuvres afin de nourrir sa collections permanente. Il possède ainsi plus de 600 oeuvres de l’Antiquité à nos jours notamment deux peintures de Manet, une de Picasso, Mondrian, Klein, ou encore Magritte. Les oeuvres d’arts seront exposées d’une part dans une collections permanente acquise parle musée du Louvre Abu Dhabi. D’autre part, dans le cadre de dans 4 expositions temporaires qui se tiendront chaque année, le musée de Louvre Paris fournira des oeuvres à ce dernier.

En résumé, avec un investissement de 600 millions d’euros pour la construction, et 1 millard pour l’exploitation, Abu Dhabi fait tout pour créer un pôle culturel universel et majeur au Moyen Orient. Le Louvre Abu Dhabi est donc le cousin éloigné du Louvre Paris, il se veut grandiose et luxueux, dans un contexte politique brouillé entre intérêts nationaux et mondialisation.