À la uneActualitéArt / ExpoCulture

Lyon : une histoire d’affiches

Affiche de @_laho pour le Périscope (2017)

Si vous êtes déjà passé par Lyon vous les avez vues ; alternatives, originales et empreintes de ‘fait maison’, les affiches underground lyonnaises sont sans pareil. La tradition est mise en valeur aujourd’hui…

Affiche de Gérald Tournier/Pangram pour le Sonic (2017)

Affiche de Gérald Tournier/Pangram pour le Sonic (2017)

Pour l’amour du punk

La tradition est pure héritière du fait maison qu’a toujours connue la scène underground, à travers les radios pirates des années 60 ou les premiers concerts à la Hacienda de Manchester. Ici, on privilégie les artistes locaux et le sentiment d’appartenance du public. Prenons comme exemple le Grrrnd Zero, un lieu purement «do it yourself», qui n’avait pendant longtemps pas de vrais locaux. Le prix libre de presque tous les évènements donne le ton; un lieu musical pour tous, par tous.

La programmation va de douce à bien plus énervée, mais mets toujours en valeur des artistes qui méritent d’être plus connus. La communication, elle, fait dans le sympa, le cool et le subversif, toujours.

Affiche du Grrrnd Zero, Artiste inconnu (2018)

Affiche du Grrrnd Zero, Artiste inconnu (2018)

Les plus observateurs reconnaîtrons aussi l’influence des artistes des années 60/70, comme ceux de Métal Hurlant, ou bien les illustrateurs Gary Panter et Robert Crumb. Psyché, vous avez dit psyché?

Un art purement lyonnais

En effet, ces moyens de communications sont privilégiés par les lyonnais, surtout dans des lieux de connaisseurs comme le Périscope ou encore le Sonic. Le langage y est familier, drôle et le dessin simple, parfois même enfantin. Ne vous détrompez pas, on les retrouve dans bien d’autres structures, souvent associatives et qui veulent partager la culture. On peut citer Météorites, qui propose des projections cinématographiques éclectiques et originales, et dont les affiches sont aujourd’hui faites par Barbe à pop, comme exemple évocateur.

Affiche de Barbe à pop pour Météorites (2017)

Affiche de Barbe à pop pour Météorites (2017)

Malgré tout, cette volonté d’enjoliver les murs de la ville a souvent été incomprise. La municipalité de Lyon a violemment combattu un affichage qu’elle estimait plus sauvage qu’artistique, engageant de nombreuses procédures légales, qui ne mèneront à rien.

Si vous voulez mieux observer cette culture nous vous proposons deux lieux à visiter à l’occasion;

Tout d’abord, la péniche iconique du Sonic, qui, pour ses treize ans, donne à voir ses affiches. Collection des plus belles sérigraphies diffusées depuis la naissance du lieu, c’est un véritable témoignage de la culture rock lyonnaise. (4 Quai des Étroits, 69005 Lyon)

Ensuite, vous pourrez rendre visite à Damien Grange, qui expose ses meilleures affiches pour le Grrrnd Zero au Musée de l’imprimerie  et de la communication graphique jusqu’au 24 février 2019. (Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, 13 rue de la Poulaillerie, 69002 Lyon)

About author

Curieuse, passionée et hilarante (si si), je te parle principalement culture, sexo et politique
Related posts
À la uneCultureMusique

Renaud : Quand le Renard, désormais Phénix, nous parle des " Animals "

À la uneActualitéArt / ExpoCulturePop & Geek

Travis Durden: la pop culture s'empare de l'Art Classique

À la uneActualitéArt / ExpoBrèvesInsolite

Les clichés les plus drôles du Comedy Wildlife 2019

À la uneActualitéNumériquePop & Geek

Quel est le Pokémon favori des français ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux