À la uneActualitéInternational

Mort de Donald Rumsfeld, retour sur la carrière de l’ancien secrétaire à la Défense de George W. Bush

À l’âge de 88 ans, l’ancien secrétaire d’Etat à la Défense sous George W. Bush s’est éteint à Taos dans l’Etat du Nouveau-Mexique (Etats-Unis). L’annonce de la mort de cet homme des guerres d’Afghanistan et d’Irak, a été faite mercredi par sa famille. Retour sur les grandes étapes clé de sa carrière.


« Il restera peut-être dans l’Histoire pour ses réalisations extraordinaires au cours de six décennies de service public, écrit sa famille. Mais pour ceux qui le connaissaient le mieux et dont la vie en a été changée à jamais, nous nous souviendrons de son amour indéfectible pour sa femme Joyce, sa famille et ses amis et de l’intégrité qu’il a apportée à une vie dédiée à son pays. »

Secrétaire à la Défense de George W. Bush 

À 43 ans, Rumsfeld est le plus jeune secrétaire à la Défense des Etats-Unis. Il débute entre 1975 et 1977 dans l’administration du président Gerald Ford. Puis il entre dans l’administration du président George W. Bush, entre 2001 et 2006. Il est alors le conseiller principal de défense auprès du président. 

Attentats du 11 septembre 2001

Suite aux attentats du 11 septembre 2001, Rumsfeld est chargé d’organiser l’offensive générale contre le terrorisme. Pour cela, il commence par conduire la guerre en Afghanistan, afin de capturer le djihadiste Oussama Ben Laden et détruire l’organisation Al-Qaïda. 

Suite à cette invasion, Donald Rumsfeld gagne beaucoup en popularité grâce à ses armées qui renversent le régime des talibans.  

Des actes qui ternissent son image victorieuse 

En 2003, sa popularité baissa lorsqu’il décida de déclencher une guerre préventive en Irak. Lui et d’autres membres de l’administration de Bush déclenchent cette guerre qu’ils pensaient inévitable. Selon eux, le dictateur irakien Saddam Hussein représente une menace pour les Etats-Unis, puisqu’il est soupçonné d’avoir un arsenal nucléaire, biologique et chimique en sa possession. Or, on pense que dans le futur, il pourrait fournir ses armes à des groupes terroristes. 

Suite à cette décision, il est reproché à Donald Rumsfeld d’avoir gonflé les menaces des armes de destruction massive irakienne et d’avoir menti sur ses informations. 

Le scandale des tortures dans la prison d’Abou Ghraib 

Toujours dans un cadre de défense, après les attentats l’administration de Bush fait appel aux services de renseignements militaires américains et à la CIA afin d’interroger des individus suspects. Néanmoins, ce qui était présenté comme un « interrogatoire renforcé »  était en réalité de la torture, a conclu Obama en 2009. 

Parmi les différentes techniques utilisées, on peut citer le « waterboarding » qui consiste à faire une simulation de noyade ; le « Cold Cell »  qui consiste à arroser un prisonnier nu dans une cellule à 10°C ; ou encore le « Long Time Standing » qui consiste à forcer des prisonniers à se tenir debout pendant plus de 40 heures. 

Le scandale éclate en avril 2004, lorsque des photos des tortures sont révélées. Sur les clichés, les prisonniers sont tous nus. Certains se font violer, uriner dessus ou recouvrir d’excréments. 

Ainsi, après l’enlisement de l’armée américaine en Irak, c’est désormais ce scandale qui renversa totalement l’image que le monde entier pouvait avoir de lui.

À lire aussi : Covid-19 : vers une vaccination obligatoire ?

About author

Journaliste et étudiante à l'École d'Histoire de La Sorbonne.
Related posts
À la uneActualitéFrancePolitique

Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse, une véritable menace pour Macron ?

À la unePolitique

Premier meeting d'Eric Zemmour : une ambiance explosive et de violents débordements

À la uneCinémaPop & GeekSéries Tv

Charlie Cox reprendrait bien son rôle de Daredevil dans le MCU

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous ... The Great, une deuxième saison encore plus extravagante

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux