Séries Tv

Les nouvelles héroïnes (3) : qui est Aurore Erguy, la nouvelle partenaire de Chérif ?

La saison 5 de Chérif a été la saison de tous les changements pour la série. Carole Bianic a quitté la série et a été remplacée par Aurore Erguy, apportant une vraie bouffée d’air à la série.

Arrivée en saison 5 de Chérif pour prendre la succession de Carole Bianic partie vers d’autres horizons, Aurore Erguy a plus que relever le défi : elle s’est rapidement imposée comme une valeur sûre pour la série, imposant sa présence, son tempérament et son charme aux spectateurs assidus de la série.
A l’occasion de la sortie en DVD de la saison 5, nous avons rencontré la comédienne.

Est ce que c’est difficile pour une actrice d’arriver sur une série qui a déjà quelques saisons et dans une équipe qui se connaît bien ?

Aurore Erguy : C’est un peu difficile au début quand c’est l’inconnu total, que l’on ne sait pas trop où on va. Mais une fois que l’on prend ses habitudes, ça va beaucoup mieux. Cela s’est de toute façon beaucoup mieux passé pour moi que pour Roxane.

Le message que l’on donne aux fans c’est ce que dit Baudemont “Il faut être patient” ?

Aurore Erguy : Oui c’est tout à fait ça. Baudemont reflète bien ce que les fans peuvent naturellement ressentir. Au début c’est plutôt “je n’aime pas le changement” pour arriver à la fin à “en étant patient, il peut se passer de belles choses“. Il faut arriver à accepter le changement. Ce sont les transitions qui ne sont pas évidentes. Et renoncer à ses habitudes. Avec Abdelhafid, ça s’est très bien passé tout de suite. Il a un côté acteur américain, il est très pro, très carré et du coup c’est facile de créer une complicité car il est dans le travail comme je peux l’être aussi, on ne se disperse pas. Même pour lui, ce n’est pas facile car il doit reprendre d’autres habitudes de jeu. Mais comme il était là aux dernières phases de l’audition, j’imagine qu’il a eu son mot à dire sur le fait qu’il y ait une complicité avec moi.


A lire aussi : Les nouvelles héroïnes (1) : qui est Ophélia Kolb, héroïne de On va s’aimer un peu beaucoup ?


Larguée en séries comme Roxane ou pas du tout ?

Aurore Erguy : Oh le piège, si je répond non vous allez vouloir vérifier (rires). Plus sérieusement, je suis très séries, j’en regarde beaucoup.

Et comment vous expliquez n’en avoir jamais fait avant ? 

Aurore Erguy : Cela ne fait pas longtemps que je fais de l’image, je faisais d’autres choses avant. Mais après le film en Italie, j’ai fais une série dramatique NON É STATO MIO FIGLIO dans laquelle ma fille se suicidait. Cela m’a beaucoup plu de la faire et c’est très différent du cinéma, le plaisir n’est pas au même endroit. Ce qui me plaît quand je fais des séries c’est de retrouver les personnages sur la longueur, de pouvoir construire des choses, une complicité avec ses partenaires. Au cinéma, le tournage se termine quand tout le monde commence à bien se connaître et à bien s’entendre, c’est très frustrant.

Vous avez senti une différence de travail sur les séries entre la France et l’Italie ?

Aurore Erguy : Non pas du tout. La manière de travailler est la même et le rythme de travail tout rapide aussi.

Vous êtes toute jeune au cinéma et à la télévision, que faisiez vous avant ?

Aurore Erguy : J’ai fais 15 ans de théâtre. Aussi bien du Molière et du Shakespeare que du théâtre contemporain pendant longtemps. Et un jour, des passerelles entre le théâtre et le cinéma se sont créées en travaillant notamment sur une adaptation de Cris et chuchotements de Bergman, j’ai fais beaucoup de recherches sur le cinéma. Et lors d’un voyage en Italie, j’ai eu le déclic et j’ai eu très envie de faire du cinéma italien. Comme je suis une grande rêveuse et que j’adore croire en mes rêves, j’ai démarché tous les agents en Italie et ça a marché. J’ai pris des cours d’italien et c’est parti. J’ai commencé par un petit rôle dans une série (IL TREDECISIMO APOSTOLO), puis un film qui a cartonné, une nouvelle série avec un grand rôle (dont je vous ais parlé tout à l’heure) et j’ai enchaîné avec Chérif.

Avec un tournage de Chérif qui dure 100 jours par an, ça laisse le temps de faire autre chose ?

Aurore Erguy : Oui j’y arrive. En décembre dernier, j’ai pu tourner un premier film en Italie, une comédie. Il suffit juste que les projets tombent durant la période où les tournages de Chérif sont terminés.

L’arrivée sur Chérif s’est faite par hasard ? Sur un casting ?

Aurore Erguy : Au départ j’ai auditionné pour un petit rôle et puis on m’a proposé aussi de passer les essais pour le rôle de Roxane et j’ai eu le plaisir d’être choisie.

Il y a eu une période cette saison où on ne disait rien sur votre arrivée dans la série pour ne rien spoiler sur le départ de Carole Bianic. C’est difficile à vivre ce type de moments ? 

Aurore Erguy : Le plus beau c’est de faire les choses et d’avoir le rôle. Le reste n’est qu’une affaire de patience finalement. J’ai la chance d’être dans un beau projet, je savais que le fait de communiquer dessus allait arriver donc ça ne m’a pas du tout affecté.

Et pour finir, Antonio Fargas avec qui vous avez joué, vous le connaissiez avant ?

Aurore Erguy : Oui bien sûr. Starsky et Hutch faisait partie des séries que je regardais étant petite. C’était très émouvant de tourner avec lui parce qu’il a toujours l’œil qui pétille en faisant son métier. C’est un bel exemple pour nous tous.

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneActualitéSéries Tv

On débriefe pour vous... The loudest voice (Showtime), la chute du fondateur de Fox News

À la uneBrèvesSéries Tv

Après She-Ra, Les maîtres de l'univers arrivent sur Netflix

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous... The Righteous Gemstones (HBO), loué soit Danny McBride

À la uneActualitéCultureLittératureSéries Tv

« Paris est une fête » : la folle jeunesse d'Ernest Hemingway va être adaptée en série

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux