À la uneFootSport

OM-OL : retour sur une soirée “honteuse”

Le dimanche 29 octobre marque une soirée chaotique lors du match qui devait opposer l’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais. Comptant pour la 10e journée de Ligue 1, ce match est finalement reporté en raison d’une violence inouïe sur un bus rhodanien caillassé, qui a entraîné de lourdes blessures pour Fabio Grosso et l’un de ses adjoints. 

La soirée du 29 octobre a provoqué de vive réactions sur les réseaux sociaux, et surtout de la honte. L’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais devaient se rencontrer sur la pelouse de l’Orange Vélodrome. Mais le chaos s’est rapidement installé dans la cité phocéenne. Une centaine de personnes cagoulées ont jeté des bouteilles de bière, des pavés, des fumigènes vers 19h sur le bus rhodanien. Résultat ? Des vitres brisées et des blessés. Fabio Grosso, l’entraîneur italien de 45 ans ressort du bus la tête ensanglantée. Son adjoint, Raffaele Longo, a eu plusieurs débris dans l’oeil. Le match OM-OL se voit reporté.

Des débordements choquants lors de ce match OM-OL

Durant la soirée, on apprend aussi que trois bus de supporters de l’OL ont aussi été victimes d’agressions. En ouverture de cortège, le bus des Lyon 1950 a subit l’explosion de plusieurs vitres, il y a eu plusieurs blessées. Fabio Grosso, lui, s’est retrouvé avec douze points de suture après le jet d’une bouteille en verre sur son visage. Finalement, des supporters marseillais et lyonnais ont pu entrer dans le stade. Dans le parcage réservé aux visiteurs, plusieurs individus tentent de s’approcher du Virage Nord en défiant les ultras de l’OM. Certains ont même escaladé les filets de sécurité. Dans les tribunes, on entend des chants racistes, des saluts nazis et des cris de singes selon plusieurs supporters. Malgré tout, les assistants des deux équipes placent des plots et des ballons pour préparer l’échauffement. Seulement, aucun joueurs ne fait son apparition sur la pelouse… Vers 20h, certaines sources évoquent que le match aura bien lieu malgré les graves incidents. D’autres annoncent déjà un possible report.

Un report du match OM-OL

C’est officiel, à 20h40, le speaker annonce le report du match OM-OL. Cette annonce est le fruit d’une réunion de crise avec les arbitres, les autorités et les représentants des deux clubs. La situation tendue, le maintiens du match présente trop de risques. Certains fans marseillais chantaient à tue-tête « on va les tuer, on va les tuer » à côté de la boutique officiel de leur club.

« L’entraîneur n’était pas en bonne santé dans le vestiaire, son rétablissement était lent »

Après cette décision, François Letexier, l’arbitre de cette rencontre s’est exprimé.« A été entérinée la décision de l’OL de ne pas participer à la rencontre. Ils ont établi des certificats médicaux vis à vis des deux personnes du staff blessées qui ne pouvaient pas participer à la rencontre. Ils ont également indiqué que les joueurs étaient en état de choc et ne pouvaient pas participer à la rencontre. Lors des réunions de crise, des comptes-rendus sont établis donc tous les propos tenus par toutes les parties prenantes des clubs ont été retranscrits. La position de l’OL était clairement de ne pas participer à la rencontre » a-t-il déclaré à Prime Video.

Interrogé à son tour sur Prime Video, John Textor, le propriétaire lyonnais assure que son équipe voulait disputer la rencontre OM-OL. Une version démentie par la Ligue de Football Professionnel. En effet, elle indique, par le biais d’un communiqué publié vers 21h, que l’OL avait demandé à ne pas jouer ce match. Face aux journalistes, en zone mixte, le dirigeant lyonnais a donné de plus claires explications. « Nous avons demandé à jouer. On m’a dit que l’arbitre voulait traiter cette affaire comme si elle s’était passée à l’intérieur du stade et qu’il voulait que l’entraîneur soit évalué médicalement pour déterminer si nous avions un entraîneur et une équipe pour jouer. C’est à ce moment-là que l’opinion des joueurs a commencé à changer. L’entraîneur n’était pas en bonne santé dans le vestiaire, son rétablissement était lent. Quelques capitaines m’ont pris à part et ont pris une bonne décision...Les deux sont vrais. Nous voulions jouer, mais il est vite apparu qu’il ne fallait pas jouer« , a avoué John Textor.

Des arrestations et des sanctions

Le président de l’OM, Pablo Longoria s’est également indigné sur la situation du match OM-OL, en témoignant sa colère. « Ce sont des circonstances qui sont tout simplement inadmissibles. Tout d’abord, mes premières pensées vont à Fabio Grosso qui est un entraîneur que je respecte et que je connais depuis longtemps. Qu’un groupe d’inconscients gâchent une fête de football, c’est inadmissible, avec 65 000 supporters, c’est complètement inadmissible. Je suis en colère, je suis énervé de cette situation même si c’est en dehors du stade, même si c’est sur la voie publique, ça n’a pas sa place dans le football ni dans la société actuelle… » a-t-il fait savoir.

La Préfecture de police des Bouches-du-Rhône annonce, l’interpellation de sept personnes en marge des incidents, dont deux individus pour l’attaque du bus. La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra a exigé de sévères sanctions contre les auteurs de ces agressions. Le président de la Métropole du grand Lyon, Bruno Bernard dénonçe « une attaque de hooligans marseillais » et demande que ces individus soient « bannis du football » . L’OM et l’OL publient, tour à tour, un communiqué pour annoncer que cette histoire fera l’objet d’une plainte. Le club marseillais souhaite« un prompt rétablissement à Grosso » et se tient « à la disposition de la Ligue afin que se déroule dans les meilleurs délais et conditions possibles au Stade Orange Vélodrome la rencontre qui était prévue ce dimanche 29 octobre. » 

Le cauchemar pour les Rhodaniens se termine enfin vers 23h, après avoir quitté l’Orange Vélodrome grâce à un véhicule de substitution. Nous attendons alors une nouvelle date pour le match OM-OL.

À lire aussi : Sprinboks / All Blacks : d’où viennent les noms des deux équipes finalistes du Mondial de Rugby ?

About author

Journaliste
Related posts
À la unePolitique

Pour ou contre l’aide à mourir : quels sont les arguments des “deux camps” ?

À la uneEnvironnementFrance

Comment Marseille peut encore protéger ses calanques ?

À la uneSportTennis

Quels sont les 4 matchs les plus serrés de Nadal à Roland-Garros

À la uneCinémaSéries Tv

La flamme : est-ce qu'une suite à la série va vraiment voir le jour ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux