À la uneSéries Tv

On a vu pour vous … la version made in TF1 de Luther

Attendue et crainte à la fois, la version de TF1 de la série britannique Luther, arrive à l’antenne le 27 avril (et déjà sur Salto). On vous dit si cette version made in France est réussie.

C’est quoi Luther ? Théo Luther est le plus redoutable chef de groupe de la Brigade Criminelle de Paris. Après avoir traqué un tueur d’enfants pendant de longs mois, il fait une dépression et met son mariage en péril. Aujourd’hui, réintégré dans son unité, Théo est sous surveillance. Pour être pleinement réhabilité, il va devoir vaincre tant ses démons intimes que les criminels. Sa première enquête le mène à Alice qu’il soupçonne du meurtre de ses parents. Incapable de prouver sa culpabilité, il enrage devant cette jeune femme qui le nargue ouvertement … Désormais, Luther combat les pires assassins du Grand Paris sous le regard d’une tueuse qui semble être –  pourtant – la seule à le comprendre.

Un pari très risqué

Durant les 10 dernières années, la télévision britannique nous a envoyé un certain nombre de très bonnes séries. Dans le domaine de la fiction policière si présentes sur nos écrans, on peut compter des séries comme The Fall, Sherlock et bien sûr Luther. Avec un univers ultra sombre et son acteur charismatique, la série s’est vite imposée en seulement 20 épisodes et 5 saisons comme une référence en la matière. Elle a aussi révélé au grand public deux brillants acteurs : Idriss Elba et Ruth Wilson (The Affair).

Quand TF1 a annoncé se lancer dans une adaptation de la série, les fans comme souvent n’ont pas manqué de monter au créneau, pointant du doigt que évidemment, comme à chaque fois, on ne peut pas (ne doit pas) toucher à cette série. Si comme pour This is us, la tâche s’annonçait presque insurmontable, en y regardant de plus, rien dans Luther ne peut pas ne pas être transposé dans une autre culture, un autre pays (une fois qu’on a admis que l’on peut faire jouer un rôle par un autre acteur, y compris après une brillante interprétation). Un flic borderline, brisé mais hyper talentueux, qui enquête sur des crimes violents, suivi dans l’ombre par une psychopathe qui en a après lui. De ce postulat, les anglais ont créé la série que l’on connaît et les français peuvent très bien proposer autre chose. D’ailleurs, dans ce projet, Neil Cross son créateur ainsi qu’Idris Elba ne sont pas loin et valident ce projet de transposition du personnage dans un autre pays. Ce qui est certains c’est que plus on a une série avec un univers particulier, et plus le travail d’adaptation va être costaud. Les équipes françaises y sont-elles parvenues ?

Luther : une adaptation réussie pour un polar très efficace

Les auteurs de la série – Laurent HERBIET et Christian ROUX – ont d’abord parfaitement respecté le matériel de base de la série, le caractère de Luther et sa relation plus que toxique avec Alice Morgan. Si les rebondissements liés à cette relation son maintenus, ils ne surviennent pas nécessairement au même moment, ni de la même manière, apportant son lot de surprises aux spectateurs qui auraient vu la version britannique. Mieux, même si les intrigues policières ne sont pas originales et reprennent celles de la version anglaise (dans les 2 premiers épisodes, on retrouve notamment la même enquête sur Alice Morgan et sur un tueur de flics), les auteurs ont su leur apporter une certaine touche et les rendre des attrayantes.
Les enquêtes se font sur 2 épisodes (donc par soirée) et la 3ème enquête sur un mystérieux tueur qui prend la “vraie vie” pour un grand “terrain de jeu”, est réellement bien menée. Non seulement elles réservent leur lot de surprises mais elles ont su préserver cette noirceur et cette violence disons-le que l’on pouvait retrouver dans la version anglaise. En revanche, tout du moins sur cette enquête “originale”, les auteurs ont beaucoup moins maintenu l’ADN original où l’on suivait en parallèle les raisonnements de Luther ET l’évolution du criminel. On est plus sur un “whodunit” classique que sur cette inspiration proche de Columbo que la série Neil Cross embrassait et où l’on connaissait le criminel dès le début.

Du côté de la réalisation, ça change des séries policières traditionnelles françaises. Grâce à David Morley son réalisateur, la série se dote d’une vraie identité visuelle proche de la version britannique et le travail sur la photographie est vraiment réussie. Pareil du côté de la musique (que l’on doit à Erwann Kermorvant, habitué des séries et des films d’Olivier Marchal) où l’atmosphère lourde est parfaitement restituée et ressentie à chaque instant.

On ne vous dira rien sur le final de la saison qui réserve son lot de surprises mais l’ensemble est parfaitement réussi. Christopher Bayemi campe un Luther réussi, proche de l’original tout en lui apportant les nuances qui font plaisir. A ses côtés, casting 5 étoiles à commencer par Sagamore Stévenin tout en complexité et Chloé Jouannet qui a une partition loin d’être facile à jouer (succéder à l’excellente Ruth Wilson n’est pas facile tant l’actrice brille par un charisme de tous les instants) s’en sort vraiment très bien. Evidemment, les fans de Luther UK trouveront sans doute à redire (et on peut entendre les reproches faits à ce type de séries). Mais le rendu pour un public qui n’a jamais vu la série est très quali et ce type de projets peut permettre à TF1 d’aller vers des projets originaux plus sombres… Et on ne va pas s’en plaindre !

A lire aussi : On a vu pour vous … Plan B, la nouvelle très belle série de TF1

Ce que l’on retient de Luther

Une série originale respectée dans le travail d’adaptation

Un casting soigné porté par Christopher Bayemi et Chloé Jouannet (entre autres)

Une réalisation maîtrisée et signée David Morley

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
La Loi des SériesSéries TvThe Générique TV Show

The Générique - TV Show : Téléchat | La loi des séries #530

À la uneCultureFranceSociété

Les Cœurs Doubles (2/4) : Ce pays loin des yeux, mais près des cœurs

À la uneActualitéArtCultureInternationalMusique

LP : Même dans l’intimité, on m’appelle LP!

À la uneSport

[INTERVIEW] Jeff Hardy, le guerrier aux cheveux arc-en-ciel bientôt Willow the Wisp chez WWE ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux