À la uneSéries Tv

On a vu pour vous… les deux premiers épisodes de Les bracelets rouges

La nouvelle série de TF1, Les bracelets rouges, est sans nulle doute l’un des événements de cette édition du Festival de la Rochelle. On a vu pour vous les 2 premiers épisodes.

C’est quoi Les bracelets rouges ?Dans cette série tirée de l’histoire vraie d’Albert Espinosa, les héros ne sont pas les médecins mais les jeunes patients, Thomas, Clément, Roxane, Mehdi, Sarah et Côme forment la bande des Bracelets Rouges, bien décidés à vivre à fond leur vie d’adolescent même si elle se déroule à l’hôpital. Entourés par des parents parfois impuissants, encadrés par un personnel soignant qui tente de garder la tête froide, jour après jour, les Bracelets Rouges font face avec un don certain pour la survie en milieu hospitalier. L’amour, les trahisons, les rechutes et les guérisons mettront leur amitié à rude épreuve.

Un teen drama hospitalier

S’il est bien un genre qui est absent de nos contrées, c’est bien le teen drama. En raison d’une volonté clairement affichée des chaînes de rassembler le plus grand nombre de gens devant les écrans, on a un “banni” les séries évoquant l’adolescence de notre production, oubliant par la même que le succès des teens dramas américains tient justement dans leur capacité à rassembler au-delà du public cible devant l’écran (à l’instar de Dawson pour ne citer que cette série).
Autre preuve que quelque chose est en train de changer à la télévision française, notamment sur TF1, le cadre choisi pour raconter l’histoire de Les bracelets rouges n’aurait pas dû exister. Quand on discute avec les auteurs de séries, ils nous rapportent souvent qu’on leur demande d’éviter les sujets dit anxiogènes et fondamentalement, des enfants très malades dans un hôpital est typiquement de ces sujets à éviter. En passant, la question de sujets anxiogènes prête vraiment à sourire : la télévision regorge de meurtres, viols, kidnappings… qui ne seraient donc pas anxiogènes ??

Tous les éléments étaient donc réunis pour que Les bracelets rouges ne voient pas le jour. Et pourtant la série est là et c’est une bien belle surprise. Chronique de l’adolescence dans un milieu très particulier, comment apprendre à se construire en tant que futur adulte quand votre vie est à ce point sur un fil ?

“Aux bracelets rouges !”

Les bracelets rouges est un hymne à la vie dans un milieu où la mort n’est jamais loin”

Adaptation de la série espagnole Polseres Vermelles, qui connut une brève adaptation aux Etats-Unis sous le titre Red Band Society, Les bracelets rouges est assez proche de ces modèles originaux, notamment dans le choix de ses personnages : un jeune homme atteint d’un cancer du tibia qui doit se faire amputer et qui rejoint la chambre d’un autre jeune homme qui a vécu le même sort, une jeune fille mystérieuse qui est le centre d’attraction de nos deux amis, une petite peste emmenée à l’hôpital suite à un malaise… et le mystérieux Côme, enfant de 8 ans dans le coma qui est un peu le centre d’attention des médecins et des patients, qui fait office de coryphée, nous racontant la vie de cet hôpital et des ces patients, ces jeunes patients.

Au choix, vous verrez Les bracelets rouges comme une série sur l’adolescence en milieu hospitalier ou une série médicale dont les héros seraient les jeunes patients. Personnellement, on optera pour la première hypothèse et c’est une vraie réussite. L’association de l’écriture de Marie Roussin (Un village français) à la réalisation de Nicolas Cuche (David Nolande, Après moi le bonheur) donnent une très jolie série, d’une très grande pudeur, avec de vrais moments moments de poésie comme quand nos 3 héros, oubliant leur condition, improvisent une danse sur la piste de l’hélicoptère de l’hôpital. Jamais pathos, toujours digne, servis par de jeunes acteurs tous remarquables, eux même secondés par des parents “guests” tous très justes (Michael Youn ou Camille Lou en tête) et une bande son impeccablement choisie, Les bracelets rouges est un hymne à la vie dans un milieu où la mort n’est jamais loin. Une vraie petite pépite qui fait du bien.

On retiendra la phrase du créateur original de la série Albert Espinosa (qui a survécu à 3 cancers) : « On ne meurt pas de la maladie dans un hôpital, mais d’ennui »

A suivre …

TF1
Série – 6 x 52’
Production : Vema Production (Véronique Marchat)
Co-production : TF1
Réalisateur : Nicolas Cuche
D’après la série POLSERES VERMELLES créée par Albert Espinosa et Pau Freixas / Filmax Entertainement et Televisio de Catalunya
Scénario : Marie Roussin
Compositeur : Hit N’Run
Directeur de la photographie : Tristant Tortuyaux
Chef décorateur : Bertrand L’Hernminier
Ingénieur du son : Philippe Donnefort
Distribution : Audran Cattin, Tom Rivoire, Esther Valding, Louna Espinoza, Azize Diabète, Marius Blivet, Michaël Youn, Pascal Elbé, Cécile Rebboah, Natacha Renier, Cristiana Reali, Guy Lecluyse, Camille Lou, Nicolas Jouhet, Mathier Madenian, Jean-François Cayrey, Diouc Koma, Vincent Deniard

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
    Related posts
    À la uneSéries Tv

    Arte lance le tournage de sa nouvelle série très intrigante Les papillons noirs

    À la uneInternational

    Procès Derek Chauvin : le verdict qui fait respirer l’Amérique

    À la uneEmissionsLes Prolongations

    Les Prolongations avec Candice Rolland (L'Equipe) #76

    À la uneFaits DiversFrance

    Magali Blandin : une cagnotte ouverte pour les enfants du féminicide

    Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux