À la uneCinéma

On a vu pour vous… les Hommes du Feu le nouveau film de Pierre Jolivet

Les Hommes du Feu le nouveau film de Pierre Jolivet conte le quotidien d’une caserne de pompiers et s’avère une vraie réussite

Depuis plus de trente ans Pierre Jolivet mène une belle carrière de réalisateur dans laquelle il embrasse tous les genres et tous les sujets faisant preuve d’un éclectisme indéniable, du drame existentiel (Force Majeure) à la comédie sociale populaire (Ma petite entreprise) en passant par la comédie romantique (Je crois que je l’aime), le polar noir (Mains Armées) le remake (En plein cœur) voire le drame médiéval (Le Frère du Guerrier). Deux ans après Jamais de la Vie, un thriller social sombre et âpre, le voici de retour avec Les Hommes du Feu, chronique du quotidien d’une caserne de pompiers où il retrouve Roschdy Zem pour la sixième fois. Pour quel résultat ?

Mais c’est quoi déjà… Les Hommes du Feu ? Philippe, 45 ans, dirige une caserne dans le Sud de la France. L’été est chaud. Les feux partent de partout, criminels ou pas. Arrive Bénédicte, adjudant-chef, même grade que Xavier, un quadra aguerri : tension sur le terrain, tensions aussi au sein de la brigade… Plongée dans la vie de ces grands héros : courageux face au feu, mais aussi en 1ère ligne de notre quotidien.

Avec son talent de conteur associé à son acuité pour traiter les sujets sociétaux sans affèteries superflues, Pierre Jolivet semblait le réalisateur idéal pour s’attaquer à un tel sujet. Sans tomber dans le syndrome de la comédie potache ou de l’histoire d’amour sur le lieu de travail, le réalisateur s’intéresse au quotidien du métier et colle au plus près de la réalité de ceux qui se sont engagés dans cette voie comme on embrasse une vocation. On sent d’ailleurs la volonté de rendre hommage aux soldats du feu mais sans enjoliver leur condition ou en faire des super-héros et dire toute la diversité de leurs tâches et le poids de leurs charges. Si c’est souvent très réussi, le trait est parfois à la lisière d’être un peu trop forcé à d’autres moments, même si le rythme fluide du récit n’en souffre jamais. Quoi qu’il en soit Pierre Jolivet parvient à éviter sans mal le syndrome d’une série comme SOS 18 qui sacrifiait aux clichés de manière trop systématique.

De fait, l’immersion dans le quotidien de la caserne nous plonge au plus près du travail harassant de ces hommes et de ces femmes et Pierre Jolivet, bien qu’au cœur de l’action et de la fournaise ne se présente jamais en poseur qui enchainerait les prouesses techniques et fait montre au contraire d’une remarquable sobriété qui donne tout son cachet à son récit. En réussissant un film qui met magistralement en valeur un corps de métier essentiel à nos vies, Jolivet parvient à nous faire nous attacher à ses personnages sur lesquels il porte un regard distancié mais non dénué d’empathie et qui sait ne pas être juste trop admiratif. Du coup, le dosage entre les missions réussies et la lâcheté propre à l’humanité est extrêmement précis et confère au film son côté à la fois touchant et réaliste qui en fait tout le prix.

Aidé par une distribution, mélange de comédiens aguerris (les cinq rôles principaux) et de pompiers de la caserne, Jolivet s’est parfaitement entouré pour mener à bien son entreprise. Avec l’un des ses acteurs fétiches, Roschdy Zem, il est en terrain connu et sait qu’il ne risque pas d’être déçu et en effet l’acteur est d’une grande sobriété dans ce rôle de chef, sage et légèrement tourmenté par son passé, qu’il incarne avec sérieux et intensité. Emilie Dequenne est plus dans l’économie de moyens, dans la lignée d’un personnage qui doit s’intégrer au décor et non le phagocyter, mais du coup elle semble parfois un peu en retrait, presque plus spectatrice qu’actrice des évènements. Le toujours très bon Michael Abiteboul parvient quant à lui à faire oublier un accent du sud inattendu avec ce personnage de fort en gueule macho auquel il donne une vraie humanité. L’écriture fine et précise d’un sujet hautement casse-gueule de prime abord achève de faire des Hommes du Feu une véritable réussite à laquelle on adhère avec la sensation d’avoir été soi même derrière la lance à incendie.

Avec Les Hommes du Feu, portrait juste et précieux de héros ordinaires Pierre Jolivet confirme son talent pour embrasser tous les sujets! Fort!

Les Hommes du Feu de Pierre Jolivet – En salles le 05 juillet 2017

A lire aussi : On a vu pour vous… Chez Nous le film sur le FN avec Emilie Dequenne

About author

Journaliste pôle séries et La Loi des Séries, d'Amicalement Vôtre à Côte Ouest, de Hill Street Blues à Ray Donovan en passant par New york Unité Spéciale, Engrenages, Une famille formidable ou 24, la passion n'a pas d'âge! Liste non exhaustive, disponible sur demande!
Related posts
À la uneCulturePop & Geek

Tu te souviens … de la Game Boy ?

À la uneFrancePolitique

Qui est Pap Ndiaye, le nouveau ministre de l'Éducation nationale ?

À la uneFrancePolitique

Qui est Rima Abdul Malak, la nouvelle ministre de la Culture ?

À la unePolitique

Qui sont les ministres du gouvernement Borne ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux