À la uneActualitéFrancePolitiqueSociété

Paris : Ouverture des « salles de shoot » remise en cause

L’ouverture d’une « salle de shoot » dans le quartier de la gare du Nord à Paris est devenu, au long de ces derniers mois, un sujet tabou et polémique. Alors que les travaux d’aménagement ont commencé au 39 boulevard de la Chapelle, dans le Xème arrondissement de la capitale, il sera sans doute possible d’ouvrir une « salle de shoot » qu’après les municipales de mars 2014. L’annonce a été faite par Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris.

Beaucoup de doutes planaient, ces dernières semaines, sur le futur des « salles de shoot », établissements médicalisés où les toxicomanes  pratiquent leurs injections dans de bonnes conditions sanitaires et d’hygiène en présence d’un personnel formé, à Paris.

La première adjointe de Bertrand Delanoë a clarifié la situation, ce matin, à l’antenne de France Info. Selon Anne Hidalgo, le projet de créer une « salle médicalisée », comme elle préfère l’appeler, ne verra que le jour après les municipales 2014. La faute au Conseil d’Etat qui retoque le projet, en exigeant au préalable une loi.

« Ce que dit le Conseil d’Etat c’est qu’il faut une loi pour pouvoir ouvrir ce type de lieu. Nous allons retravailler avec le ministère de la Santé », a-t-elle déclaré, en réaffirmant « l’intérêt de ce type de lieu » pour « la santé publique ». «Nous allons regarder cette décision du Conseil d’Etat» et «nous suivrons les avis des autorités du pays, bien évidemment», a-t-elle conclut.

Le projet, adopté en juillet par délibération du Conseil de Paris, a depuis été objet de vives oppositions de la part de la droite et d’associations. Pour l’équipe de Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, l’exigence d’une loi préalable à l’ouverture de l’espace est une victoire « du droit et de la raison ». « L’avis des Sages est un véritable désaveu pour la municipalité socialiste, et témoigne de l’amateurisme dans la construction de ce projet », a écrit l’équipe de l’ex-ministre dans un communiqué.  « En soulignant l’illégalité, le Conseil d’Etat rappelle que la majorité ne pourra pas passer en force au mépris de la loi », poursuit-elle.

L’association « Parents contre la drogue », de son côté, avait déposé un recours devant le Conseil d’Etat qui, l’avait, en août dernier, déclaré recevable. Selon Philippe Goujon, président de la fédération UMP de Paris et député membre de la mission interparlementaire d’information sur les toxicomanies, « ce projet porté par M. Delanoë et Mme Hidalgo constitue le premier pas vers la légalisation de la drogue ».

A cause de la décision du Conseil d’Etat, le préfabriqué qui devait accueillir quelque 300 toxicomanes par jour, au 39 boulevard de la Chapelle, et dont l’ouverture était prévue en novembre, sera donc retardée.

Actuellement, en Europe, l’Espagne, l’Allemagne, la Suisse, le Luxembourg, la Norvège et les Pays-Bas ont ouvert ce type de locaux.
salle-de-shoot-11010367nfleb

Related posts
À la uneArt / ExpoCultureSexeSociété

« De l’amour » : l’exposition coup de coeur

À la uneBrèvesCinémaSéries Tv

Grease : une série dérivée en développement chez HBO Max

À la uneActualité

Maltraitance Animale : L214 publie une vidéo choc sur le calvaire des veaux

À la uneBrèves

Uber lance Uber Pet pour voyage avec son animal de compagnie

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux