À la uneActualitéFootSport

Pas d'exploit pour Nantes.

Le FC Nantes n’a pas créé l’exploit hier soir au Parc des Princes. Les nantais sont éliminés en 8ème de la Coupe de France après une défaite 2-0 qui s’est dessinée dès la première période.

Nantes n’a pas réussi à se qualifier contre le PSG. La marche était trop haute pour des nantais limités offensivement. Si les jaunes et verts ont bien débuté la rencontre, montrant dès les premières minutes leur détermination, le premier but d’Edison Cavani à la 19e minute sur un coup-franc de david Luiz a douché les ardeurs des joueurs de Michel Der Zakarian. Le second but parisien signé Yohan Cabaye à la 34e minute suite à un mauvais dégagement des poings du jeune portier Maxime Dupé a définitivement mis fin aux espoirs du FC Nantes.

Comment les nantais pouvaient-ils faire contre l’armada parisien ? Lorsque le PSG joue avec une telle aisance et surtout une telle supériorité techniquement et collectivement, il était difficile pour Nantes d’exister. Les parisiens ont fait courir leurs adversaires, sans pour autant jouer à un rythme réellement soutenu, avant de scorer par deux fois.

Nantes, privé de ballons n’a pas eu beaucoup d’occasions de marquer. Et lorsque les nantais ont eu des opportunités, les lacunes offensives récurrentes ont refait surface. Par manque de lucidité après les efforts pour récupérer le cuir, par manque de précision ou par maladresse, seuls Alejandro Bedoya puis Georges-Kevin Nkoudou (27e) un peu plus tard ont pu, légèrement ,”inquiéter” Nicolas Douchez. Positionné sur le côté droit, le milieu américain d’origine colombienne a vu sa frappe captée facilement par le gardien parisien, puis n’a pas réussi à appuyer sa tête pour offrir un but à Nantes.

“GK” Nkoudou a tenté sur son côté gauche mais sans succès, sa frappe puissante mais plein axe n’a pas posé de problème à Douchez puis Serge Gakpé (d’un niveau très faible hier soir) a complètement manqué son centre en retrait pour le jeune milieu gauche canari.
Alors que la mission des Nantais étaient devenues presque impossible, à quelques instants de la pause, Jean-Christophe Bahebeck manquait le troisième but, la faute à une belle parade de Maxime Dupé (39e).

Une deuxième période pauvre en occasions.

Lors de cette première période, seuls les 1500 supporters nantais ont fait honneur au maillot d’un club huit fois champion de France. Et cette tendance ne va pas s’inverser puisque Paris, à l’abri imposait encore plus sa maîtrise technique collective et individuelle et confisquant le ballon.
Dans une seconde période pauvre en occasion pour Nantes, le peuple jaune et vert n’a pas cessé de pousser leurs joueurs. L’occasion pour Papy Djilobodji à la 77e minute et la frappe en pivot à la 79e minute de Yacine Bambou, entré en jeu peu de temps avant, n’ont pas suffis à redonner espoir au FC Nantes.

Côté Paris, un troisième but aurait du être validé puisque Gregory van der Wiel, qui a fait souffrir le capitaine nantais, Olivier Veigneau, a été signalé, par erreur, en position de hors-jeu avant son centre pour son coéquipier qui n’avait qu’à pousser le ballon dans les cages de Dupé. David Luiz et Lucas Digne ont aussi eu des opportunités pour aggraver le score.

Si Paris est encore en course sur les quatre tableaux (3e en championnat, en 8ème de finale en Ligue des Champions, quart de finale en Coupe de France et finale en Coupe de la Ligue), le FC Nantes n’a plus qu’un seul et unique objectif cette saison: le maintien en première division pour pérenniser le club dans l’élite du football français. Les nantais recevront les corses du SC Bastia ce week-end pour la 25e journée de L1.

Si les nantais n’ont pas été efficaces sur le terrain, les supporters canaris ont assuré l’ambiance en tribune. Sur RMCsport, un supporter parisien a avoué qu’ils ont “pris une claque de la part des supporters nantais ce soir, une grosse claque”.

Nantes dans le “dur”, Paris a fait les “bons efforts”.

Pour Fernando Aristeguieta, de retour de Getafe (Espagne) après l’échec de son prêt, “c’était un match difficile face à une grosse équipe du PSG“. Il regrette la malchance sur le premier but parisien et déplore le mauvais renvoi de son gardien sans le blâmer avant d’ajouter qu’ “on aurait peut-être dû se montrer plus offensifs“.

Michel Der Zakarian, coach du FC Nantes concède qu’ “on est dans le dur“. S’il savait que venir à Paris “n’était pas gagné d’avance“, il estime qu’ “on prend un but trop rapidement, trop facilement, (…) on a manqué de justesse pour aller de l’avant mais il n’y a rien de déshonorant“. Pour le montpelliérain, entraineur de Nantes, “il faut persévérer dans le travail” et il reconnait, comme les supporters canaris que “les joueurs ne trichent pas, il faut s’accrocher avec eux, on est interdit de recrutement, je fais donc avec ceux que j’ai. Ils ont fait le maximum et le maximum n’a pas suffi ce soir“.

D’après Yohan Cabaye, le milieu international français du PSG, “c’était un bon scénario (…) on a fait les bons efforts et c’était important d’avoir cet état d’esprit“. Il se réjouit d’avoir marqué deux fois avant la mi-temps, de ne pas avoir “laissé grand-chose à l’adversaire” et de recevoir l’AS Monaco au prochain tour. “Etre toujours en lice en Coupe de France permet à tout le monde de rester sous pression. Je suis sorti par précaution pour une douleur aux adducteurs” a-t’il ajouté.

Pour son coéquipier néerlandais, Gregory van der Wiel, “c’est très bien. On est la seule équipe d’Europe encore en lice dans quatre compétitions“. Il reconnait que le PSG a su “se rendre le match facile en se créant des occasions et en marquant deux fois en première période. C’est bon pour la confiance“. Lui aussi se réjouit de recevoir Monaco au Parc des Princes.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéInternationalsociété

Tu te souviens … des Crados ?

À la uneLe Tøhu-BøhuMusiqueNon classéSoiréesSpectaclesTendances

La fine fleur des Dj Dark ce soir pour la New Wave Party à l'International Paris emmenée par le Dj Yami Spechie

À la uneSport

Tour de France : quelles sont les 21 étapes de l’édition 2022 ?

ActualitéSport

C’était le 1er juillet 1903… la naissance du Tour de France

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux