À la uneActualitéFranceInternationalSantéSociété

Pénurie d’eau : un quart de la population mondiale menacée

A quand le « jour zéro », lors duquel plus aucune eau ne sortira du robinet ? Cette situation de « stress hydrique très grave » viserait 17 pays, situés en Asie et en Afrique.

Un nouveau défi attend notre planète : faire face à la crise de l’or bleu. « Un stress hydrique très grave » selon le rapport publié par le WRI (World Resources Institute) le 6 août. On parle de stress hydrique lorsque la disponibilité en eau est inférieure à 1 700 mètres cubes par an et par personne.

Qatar, Israël, Liban, Arabie saoudite et même l’Inde… Les pays touchés par ce phénomène sont de plus en plus nombreux. Dans ces régions là du globe, “l’agriculture, l’industrie, et les municipalités absorbent 80 % de la surface disponible et des eaux souterraines lors d’une année moyenne“, rapporte l’institut.

Une crise inédite

Le PDG du WRI Andrew Steer a déclaré que« La pénurie en eau est la plus grande crise dont personne ne parle. Ses conséquences prennent la forme d’insécurité alimentaire, de conflits, de migrations, et d’instabilité financière ». L’institut rajoute que « Lorsque la demande rivalise avec les réserves, même de petits épisodes de sécheresse  qui vont augmenter avec le changement climatique peuvent provoquer de terribles conséquences ». Ces phénomènes ont récemment été observés au Cape Town, à Sao Paulo ou à Chennai. Dans les pays arabes, quasi les trois quarts des habitants vivent en dessous du seuil de pénurie établi, et près de la moitié se trouvent dans une situation extrême.

L’Europe pourrait être touché, à moyen terme, par la pénurie d’eau. Vingt-sept autres pays figurent sur la liste des pays présentant une pénurie hydrique élevée parmi lesquels la Grèce, l’Espagne, le Portugal ou l’Italie. En 2015, l’Organisation des Nations unies avait prévenu « le monde devrait faire face à un déficit hydrique global de 40 % » dès 2030.

Les gestes à faire pour sauver l’eau

Si la pénurie d’eau se répand très vite partout dans le monde, il est possible de la restreindre. Pour cela, il est important de respecter quelques règles au quotidien. Dans un premier temps, il faut réduire le gaspillage. En 2014, 20 % de l’eau potable était perdue en France, à cause de fuites dans les 850 000 kilomètres de canalisations. Des campagnes de sensibilisation et de communication auprès des citoyens et des entreprises ont été lancées, pour économiser l’eau.

Réutiliser les eaux usées est autre moyen de stopper la pénurie. Face à cette dernière, des pays comme Israël et l’Australie ont décidé de puiser directement la ressource à la sortie des stations d’épuration. Après des traitements supplémentaires, l’eau est alors utilisée à des fins d’irrigation. Cependant, cette technique peut présenter des risques sanitaires pour les agriculteurs et les consommateurs. L’eau peut aussi être stockée. L’idée est de pouvoir construire des retenues pendant l’hiver, puis d’utiliser l’eau stockée l’été. Cela forme ainsi des petits lacs, creusés artificiellement et alimentés l’hiver par pompage dans les cours d’eau.

About author

Journaliste VL Media
Related posts
À la uneActualitéBrèvesCulturePop & Geek

Marvel : Le tout premier comics vaut plusieurs millions

À la uneActualitéBrèvesBuzzHigh Tech

Les vitres pas si incassables du Cybertruck de Tesla

À la uneActualitéArt / ExpoCulture

Irving Penn donne vie aux natures mortes avec Still Life

ActualitéFemmesMédiasPolitiqueSociété

Le mot « Féminicide » bientôt dans le code pénal ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux