À la uneCinémaCultureSéries Tv

Portrait de Jacques Audiard, aux commandes du final du Bureau des légendes (saison 5)

Saisissants, surprenants, émouvants… le français Jacques Audiard a su faire parler ses films à travers les années. Désormais, c’est un nouveau défi qui attend ce réalisateur maintes fois primé : l’écriture et la réalisation des deux derniers épisodes de la série à succès « Le Bureau des légendes ». Portrait d’un réalisateur pas comme les autres.

Comme toutes les belles histoires, celle de Jacques Audiard s’est écrite au gré du vent.
Fils de l’incontournable Michel Audiard, réalisateur aux dialogues devenus cultes de la deuxième moitié du siècle dernier, Jacques Audiard était promis à une carrière dans le cinéma. Il en décida d’abord autrement : « Je ne voulais pas faire le même métier que mon père et j’ai mis beaucoup de temps à accepter l’idée que le cinéma est un mode d’expression ».

afp.com/Bertrand GUAY

Au cinéma, Audiard fils préfère la littérature et la philosophie, entreprenant notamment des études de lettre. Mais le destin ne tarde pas à le rappeler auprès de lui : il finira par entamer une carrière dans le cinéma, d’abord par la voie du montage. Jacques Audiard est bien le fils de son père : ce sont ses scénarios qui lancent véritablement sa carrière dans le 7ème art. C’est d’ailleurs avec lui qu’il écrira l’un de ses premiers scénarios, pour le film Mortelle Randonnée, réalisé par Claude Miller. Mais c’est dans la réalisation que Jacques Audiard, « artisan du cinéma » comme il se définit, va tutoyer les sommets.

Son premier film, Regarde les hommes tomber, est un succès. Couronné par trois Césars, dont celui de la meilleure première œuvre, ce film est pour beaucoup un véritable chef d’œuvre. 

La suite : une œuvre très personnelle, qui est apparu au fil du temps comme encore plus maîtrisé dans son fond comme dans sa forme. 

Sa signature : des scénarios construits mettant en scène des personnages insaisissables.

Jacques Audiard semble faire partie de ceux à qui tout réussit. Tout ce que le réalisateur touche semble se transformer en Césars. Mais aussi, et c’est là le plus incroyable, en permanents succès au box-office. C’est devenu la prouesse signée Jacques Audiard : parvenir, ou presque, à plaire à chaque film à la critique comme au public, le Graal absolu derrière lequel tant de réalisateurs courent encore.

Cette consécration, Audiard l’obtiendra avec son cinquième long métrage, “Un Prophète” (2009), qu’il présente lui-même comme un “anti-Scarface”. Après le succès en salle vient la confirmation de ses pairs : le film glane toutes les récompenses, dont les Césars de meilleur film et meilleur réalisateur en 2010. Son film suivant, “De rouille et d’os” (2012), n’a rien à envier au précédent. Nouveau triomphe au box-office et acclamation unanime de la critique attendent le réalisateur pour le sixième de ses huit longs métrages.

Sa signature : des scénarios construits mettant en scène des personnages insaisissables. L’homme semblait tout trouvé pour signer de son empreinte experte le final d’une série aussi sombre que subtile qu’est Le Bureau des légendes.

La réputation de la série télévisée, imaginée de toute pièce par Éric Rochant, n’est plus à faire. Comme les œuvres réalisées par Audiard, Le Bureau des Légendes combine dès la première saison accueil critique favorable et succès populaire. Étonnante de réalisme, cette série de 5 saisons au cœur de la DGSE (le service de renseignement extérieur français) a gagné sa place parmi les meilleures séries de la décennie.

Nouvel exercice pour Jacques Audiard, qui prendra la double casquette d’Éric Rochant de show runner et réalisateur pour les deux derniers épisodes. C’est la première fois que le parisien de naissance va s’atteler à une série. Un genre nouveau pour un authentique couteau  suisse du cinéma, et qui ne devrait pas lui poser problème. Le résultat, au contraire, pourrait être saisissant. L’occasion aussi pour Audiard de retrouver Matthieu Kassovitz, qui porte à l’écran l’insaisissable agent triple Malotru, à qui il avait confié un des deux rôles principaux dans son premier film, Regarde les hommes tomber (1995). Une autre époque. Depuis, le destin a souri aux deux hommes. Un duo qui promet. 

Avec la sortie de ses deux premiers épisodes le 6 avril, la saison 5 du Bureau des légendes a ravi tous les amoureux de cette série d’espionnage. Et si le départ de la cinquième saison a été un véritable succès d’audience, le final risque d’être surprenant de psychisme, avec Jacques Audiard aux manettes des deux derniers épisodes. Dans une série taillée pour lui, Jacques Audiard pourrait en surprendre plus d’un.  La promesse d’un épilogue époustouflant ? 

Le Bureau des légendes, créée par Éric Rochant 
Avec Mathieu Kassovitz, Mathieu Amalric, Florence Loiret-Caille, Sara Giraudeau (Fr., 2020, 10 × 52 min)
Depuis le 6 avril sur Canal+, deux épisodes tous les lundis à 21 heures.

About author

Journaliste à VL Média, Bordeaux
Related posts
À la uneMusique

Après 6 ans d'absence, Adele est de retour avec un tout nouveau titre

À la uneSport

Soupçonné de l’avoir tué, le mari de l’athlète kényane Agnes Tirop a été arrêté

À la uneSéries Tv

De quoi parlera la série dérivée de Dune ?

À la uneFaits Divers

Des lycéens nantais menacés de mort après une vidéo où ils miment une prière musulmane

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux