À la uneActualitéPolitique

Présidentielle : comment fonctionne le système des parrainages ?

L’élection présidentielle arrive à grand pas, et son lot de coups de gueule aussi. C’est ce qui s’est déroulé hier quand Eric Zemmour, au micro d’Europe 1, critiquait le système de parrainages. VL fait le point.

Dans un peu plus de trois mois, les Français seront appelés à aller voter pour le premier tour des élections présidentielles. Si tous les candidats ne se sont pas encore déclarés, à l’instar de Christiane Taubira qui laisse planer le doute, d’autres ont déjà depuis longtemps commencé à chercher des promesses de parrainage. C’est le cas d’Eric Zemmour, candidat d’extrême droite, qui, au micro d’Europe 1, qualifiait le système de parrainage de « scandale démocratique ».

Le candidat explique avoir reçu près de 300 promesses alors même qu’il n’a pas d’élus locaux en France, en raison de la jeunesse de son parti. S’il se réjouit d’avoir pu fédérer 75 000 militants en un mois, le polémiste explique aussi qui lui faudrait « 600 » à « 700 » promesses afin d’obtenir ses 500 parrainages.

Cependant, Eric Zemmour argue le fait que certains élus ne voudront pas lui donner leur signature, car rendue publique, pouvant alors leur poser problème dans certaines situations. Il prend l’exemple d’un maire l’ayant appelé qui ne souhaitait pas exposer publiquement son parrainage en raison d’un procès dans lequel il est impliqué. Selon lui, la position politique du juge “de gauche” pourrait lui poser problème lors du procès.

Le polémiste critique donc la loi de 2016, mise en place par le gouvernement de François Hollande.

En effet, depuis le 25 avril 2016, les noms des élus ayant donné leur parrainage sont rendus public. Un système mis en place dès les élections présidentielles de 2017.
Chaque candidat doit recueillir 500 parrainages entre le 30 janvier et le 4 mars. Cependant, des variables viennent rendre cette récolte plus complexe. En effet, les candidats doivent recueillir le soutient des maires d’au moins 30 départements français et des collectivités d’outre-mer. De plus, les candidats ne peuvent obtenir 10 % de leurs parrainages d’un seul et même département. Ces derniers sont ensuite vérifiés par le Conseil Constitutionnel et le 11 mars seront annoncés officiellement les candidats à l’élection présidentielle.

Les élus qui peuvent donner leur parrainage sont nombreux, entre maires, députés, eurodéputés, conseils départementaux et régionaux, sénateurs, élus des métropoles, agglomérations et communes, se sont près de 47 000 personnes qui sont en mesure d’apporter leur signature. Il semble donc aisé de récolter ces dernières, cependant, le nombre d’élus donnant leur parrainage est faible. A l’élection présidentielle de 2017, seuls 34% d’entre eux avaient choisi un candidat. Un pourcentage qui réduit fortement les possibilités quand on sait que certains candidats récoltent énormément de parrainages en raison des élus locaux dont dispose leur parti au sein du territoire français. C’est ainsi qu’Anne Hidalgo, candidate du Parti Socialiste, a obtenu aisément ses 500 parrainages alors même que les intentions de vote pour elle dans les sondages sont très faibles.

Eric Zemmour fait donc un appel à David Lisnard, président de l’association des maires de France, afin de réaliser un « pool de signatures », permettant ainsi de « donner les signatures à tous les candidats qui sont à un minimum de 5% ou de 8% par exemple ».

A lire aussi : Élection présidentielle de 2022 : les grandes dates à venir

About author

Journaliste
Related posts
À la uneCinémaPop & GeekSéries Tv

Star Wars : qu’est ce que le “sabre noir” ?

À la uneActualitéCinémaPop & Geek

Doctor Strange 2 : les rumeurs autour de Multiverse of Madness

À la uneCinémaSéries Tv

5 séries ou films à voir si vous avez aimé Squid Game (en attendant la saison 2)

À la uneInternationalSport

Coupe du monde 2022 : 10 choses à savoir sur le pays organisateur, le Qatar

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux