À la uneActualitéFrancePolitique

Présidentielles 2017… Alain Juppé « y réfléchis »

Interrogé ce matin par Jean-Jacques Bourdin au micro de RMC et BFMTV, Alain Juppé a dévoilé son intention d’être candidat aux prochaines primaires de l’UMP qui désigneront le concurrent de la droite aux présidentielles de 2017.

Maire de Bordeaux, ancien ministre sous les mandats de Nicolas Sarkozy et François Mitterrand, ex-Premier ministre sous Jacques Chirac et actuel membre du triumvirat dirigeant l’UMP (avec François Fillon et Jean-Pierre Raffarin), à 69 ans Alain Juppé semble vouloir ajouter une nouvelle ligne sur son CV déjà bien rempli : Président de la République.

En effet, s’il ne l’a pas dit clairement, en bon politicien rodé à l’exercice de la langue de bois, Alain Juppé a avoué : « J’y réfléchis […] Je me prononcerai sur cette question le moment venu ». Répondant toutefois « oui » à la question du journaliste Jean-Jacques Bourdin lui demandant si une candidature de sa part à la primaire UMP, prévue pour 2016, était possible. Concluant : « Quand je me lance, c’est pour gagner ». Les ténors du premier parti d’opposition sont donc prévenus, le « meilleur d’entre nous » (selon les propos de Jacques Chirac) est prêt à en découdre.

Trop vieux pour faire mieux ?

Car Alain Juppé n’a jamais caché son désir d’être le sauveur de l’UMP, actuellement dans la panade après sa défaite aux européennes face au FN, mais surtout à cause de l’affaire de détournements de fonds, Bygmalion. Mais, à peine prononcée, sa candidature fait déjà jaser, et ce même au sein de son propre parti. En effet, certains proches de Nicolas Sarkozy jugent l’âge d’Alain Juppé comme un « critère discriminant ». Ce à quoi ce dernier réplique avec la vigueur d’un jeune homme qu’il vaut mieux « un sexa en forme qu’un quinqua amorti ». Oubliant néanmoins qu’en 2017, il ne sera plus un sexa mais un sexta de 72 printemps, il s’amuse aussi de ses détracteurs : « Si le seul argument contre moi est l’âge, je suis serein ».  Alors, du sang neuf ou de l’expérience ? Les avis sont partagés, les UMPistes divisés. Alain Juppé  se dit donc paré à essuyer « des tirs d’exocets » si sa candidature à la présidentielle devait se confirmer.

Quant aux nombreux sondages qui font de lui le mieux placé pour l’emporter en 2017, Alain Juppé affirme vouloir rester « lucide » face à eux.

Regardez un extrait de l’interview vidéo d’Alain Juppé :

Barrer la route à Nicolas Sarkozy ?

Même si le contact n’est pas rompu entre l’ancien président et son ministre des Affaires étrangères, que beaucoup décrivent comme les deux grands rivaux de la primaire UMP pour les présidentielles 2017, les liens sont tendus. En effet, bien qu’ils échangent ensemble sur l’avenir de leur formation politique, le maire de Bordeaux a récemment exprimé son souhait de ne pas voir le président de l’UMP –qui sera élu le 29 novembre prochain, après presque 5 mois d’intérim– devenir candidat à la primaire de 2016. Ce ne plaît pas vraiment à Nicolas Sarkozy pour qui, semble-t-il, la conquête du parti constitue la première étape de son retour. Alors, lui met-il des bâtons dans les roues ? C’est bien possible d’autant que, selon Alain Juppé, le fait que Nicolas Sarkozy vise la tête du parti, et accessoirement la tête de l’Etat, est « une hypothèse » envisageable.

Présidentielles 2017… Alain Juppé « y réfléchis »

Related posts
À la uneActualitéFormule 1Sport

Grand Prix de Styrie : Week-end parfait pour Lewis Hamilton

À la uneMédias

Un été d'émissions cultes (épisode 4) : Mystères (TF1)

À la uneActualitéFootFranceSport

Il y a 22 ans l'équipe de France était sacrée championne du monde

À la uneSéries Tv

Jayce et les conquérants de la lumière : une campagne Ulule pour la sortie de la B.O

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux