BrèvesSéries Tv

La production du film Ce soir-là sur les attentats du 13 novembre ajournée par France 2

France 2 avait annoncé produire une fiction sur les attentats du 13 novembre, “Ce soir-là”, mais on apprend ce soir que la chaîne ajourne la production.

Mais que se passe-t-il à France 2 ? On apprend ce soir que la chaîne a décidé d’ajourner la production du film Ce soir-là centré les attentats du 13 novembre, avec Sandrine Bonnaire et Simon Abkarian.

Ce soir-là relatera la romance entre Irène, une célibataire qui élève sa fille seule, et Karan, un Afghan qui a fui son pays 30 ans plus tôt pour échapper aux Taliban. Dans les rôles principaux, les comédiens Sandrine Bonnaire et Simon Abkarian. Ces deux âmes perdues, qui n’auraient jamais dû se croiser, vont se rencontrer le soir du 13 novembre où ils portent secours aux rescapés de l’attaque terroriste qui a fait 130 morts et 413 blessés. “Ce soir-là est une grande histoire d’amour impossible mais aussi celle d’une renaissance, sur fond de Paris, une ville romantique par excellence, mais aussi aujourd’hui ville blessée”

Si bien entendu le projet n’est pas annulé mais seulement ajourné, il est difficilement compréhensible qu’après avoir défendu le projet, France 2 donne l’impression de céder à la pression de pétitions et autres reproches faits à un film que personne n’a vu. Si on comprend aisément que les familles des victimes n’aient pas envie de voir ces événements tragiques devenir une fiction, l’art s’est de tout temps imprégné de la réalité pour se construire, et ce à toutes les époques, qu’il s’agisse de la peinture, de la musique ou du cinéma. Devra-t-on pour s’intéresser à un événement tragique et qui plus est historique demander une autorisation aux personnes impliquées pour produire une oeuvre ? Au nom de quoi une production devrait consulter les associations de familles de victimes pour lancer un projet ? Comment déterminer le bon délais pour produire un film sur un terrible événement ? Pour ne citer qu’un exemple, si on suivait logique, nous n’aurions pas eu Apocalypse Now à peine 4 ans après la fin de la guerre du Vietnam, ni aucune autres grandes fictions proposées dans tous les pays du monde.
Notre fiction ne reflète que trop rarement la réalité et quand elle le fait enfin, on se plie à la pression d’associations et on envoie valser une production qu’on a soit même valider. Ce n’est pas juste dommage, c’est surtout très grave et constitue une insulte pour l’art et pour la création.

Les raisons invoquées pour ajourner le projet laissent vraiment plus que dubitatif. La peur du badbuzz fait prendre décidément des décisions pour le moins étranges à France 2 ces derniers temps.

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneSéries Tv

On a vu pour vous... Hierro, un bon polar qui tient ses promesses

La Loi des SériesSéries Tv

Le temps est assassin : "Un succès littéraire est bien placé pour engendrer un succès télé ou ciné" | La loi des séries #309

À la uneLa Loi des SériesSéries Tv

Le Disney Channel (La loi des séries s'la raconte) | La loi des séries #308

À la uneBrèvesSéries Tv

Caïn saison 8 : 6 nouveaux épisodes marqués par le départ de Julie Delarme

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux