À la uneActualité

Quand le chef de la CIA tacle Donald Trump

Le directeur sortant de la CIA, John Brennan, a taclé Donald Trump, dimanche. Il reproche au futur président de « parler et tweeter » sur un rapprochement avec la Russie. Pour lui Trump doit comprendre que les enjeux dépassent sa personne.

Encore et encore plus de polémique. Une chose est sûre, Donald Trump n’a pas pris comme bonne résolution de mesurer ses sorties publiques. Déjà ce week-end il s’en était pris à une figure de la lutte pour les droits civiques.

Cependant cette fois le chef de la CIA John Brennan a conseillé au futur président de mesurer ses futures déclarations et de « se discipliner » au nom de la sécurité des États-Unis. Pour lui,  Trump doit « comprendre que les enjeux dépassent sa personne ». Le futur président estimant de son côté que les médias et les agences de renseignements lui devaient des excuses. « Je ne crois pas que Donald Trump possède une appréhension complète des capacités, des intentions et des actions de la Russie », a déclaré sur Fox News le chef sortant de la CIA, John Brennan.

Les enjeux dépassent sa personne

En plus de la question Russe, Brennan reproche à Trump d’avoir comparé le travail de  CIA à l’agissement des nazis. «J’en prends ombrage car  il n’y a aucune raison pour Donald Trump de montrer du doigt les services de renseignement en leur reprochant d’avoir dévoilé des informations déjà disponibles publiquement».

La CIA et les nazis

John Brennan a estimé « révoltant » que Donald Trump ait assimilé le travail des agences de renseignement américaines à des comportements en vigueur sous l’Allemagne nazie. En milieu de semaine, Donald Trump avait jugé « scandaleux » que la CIA ait permis la publication d’une information qui selon lui était fausse. »C’est le genre de choses que l’Allemagne nazie faisait », avait-il tweeté.

Trump et la Russie

La cause de toute cette agitation c’est le lien opaque entre Donald Trump et la Russie. En effet depuis plusieurs semaines, des informations sont révélées mettant en lumière les possibles liens du futur président des États-Unis et du Kremlin.

A lire aussi : La future administration Trump et ses relations avec la Russie

Dans une interview au Wall Street Journal publiée vendredi 13 janvier, le président élu des États-Unis, Donald Trump, a joué sur l’ambiguïté concernant les sanctions imposées à la fin de décembre par le gouvernement Obama à la Russie. Il a notamment suggéré qu’il pourrait les abandonner.

Premièrement, Moscou soutiendrait Donald Trump depuis cinq ans dans le but de semer la discorde au sein des États-Unis et dans le monde occidental. Le dossier explique ensuite que le Kremlin a fourni des informations à Trump sur ses opposants, y compris sur Hillary Clinton.
Plus grave encore, le Kremlin aurait de quoi faite chanter Donald Trump, grâce à des vidéos compromettantes de lui. Tous ces éléments fragilisent encore une fois la « légitimité » de Donald Trump en tant que futur président des États-Unis.
 
Related posts
À la uneInternationalPolitique

Attaque contre Trump : pourquoi l’ancien Président a pu “librement” faire son signe “Fight” vers les électeurs ?

ActualitéSanté

Attendre 2h après manger pour se baigner, ça sert à quelque chose ?

ActualitéSociété

C’est quoi le “meetcoin”, la nouvelle technique pour draguer “respectueusement” ?

À la uneCultureFrance

Qui était Paul Lederman, "impresario" des stars ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux