À la uneMédiasPolitique

Commission d’enquête de la TNT : quelles sont les phrases à retenir de la défense de Bolloré ?

C’est le sujet dont tout le monde parle ! L’audition qui s’est tenue hier (13 mars) de Vincent Bolloré, actionnaire principal de Vivendi et Canal + face à certains députés à l’Assemblée Nationale. Une commission d’enquête créée à la demande de La France Insoumise.

Après les auditions de Pascal Praud, Sonia Mabrouk et Maxime Saada, patron de Canal +, c’était au tour de l’actionnaire très controversé du groupe Vivendi et Canal + de s’expliquer face aux députés. L’homme d’affaires breton a dû répondre aux questions sur de nombreux sujets comme l’IVG et la polémique de CNEWS, Cyril Hanouna ou encore son rapport à l’extrême droite.

« J’ai beaucoup d’amis musulmans »

Les chaînes du groupe qu’il représente sont régulièrement dans la tourmente médiatique en raison de nombreux dérapages à l’antenne. Des sujets redondants notamment sur la religion musulmane. A ce sujet, Vincent Bolloré tente de se défendre dans le style de Nadine Morano, ancienne ministre qui se défendait sur le même type de sujet : « Je ne suis pas raciste, j’ai une amie plus noire qu’une Arabe ! »

Bolloré a lui répondu en expliquant qu’il était « extrêmement ami » avec la famille royale marocaine : « Non seulement j’ai beaucoup d’amis musulmans avec qui je vis en paix et en fraternité. Mais figurez-vous que le commandeur des croyants, descendant du prophète, Mohammed V, […] exilé par votre pays, […] est venu chez nous. Il a habité dans notre propriété de Garches-Vaucresson en novembre 1955. »

Bolloré : « Je n’ai aucun projet idéologique »

CNEWS ainsi que Vincent Bolloré sont régulièrement assimilés à l’extrême droite. L’homme d’affaires a tenté de se défendre à ce propos notamment sur son ami Eric Zemmour dont il annonce que toutes les chaînes le voulait sur leur grille auparavant. Un homme très « clair » d’après lui. Bolloré accuse tout de même le coup sur la promotion d’une idéologie extrémiste sur ses chaînes : « Tout ça c’est des tartes à la crème. », avant de poursuivre : « Je n’ai aucun projet idéologique. […] Je suis un grand garçon. Je suis démocrate chrétien, je respecte l’avis de la nation. Le mot chrétien n’est pas un vilain mot, c’est la charité et l’espérance. » L’actionnaire principal conclut : « Si je ne crois pas à quelque chose, je ne vais pas le mettre sur une de mes antennes. »

IVG : « la liberté des enfants à vivre »

Les députés sont aussi revenus sur la polémique concernant l’IVG dans l’émission « En quête d’esprit » sur CNEWS. Pour rappel, le dimanche 25 février dernier, un graphique présentait l’interruption volontaire de grossesse comme étant une « cause de mortalité » dans le monde, comme peut l’être le tabagisme,…

Vincent Bolloré s’est donc défendu de cette polémique en expliquant que dans ce cas deux libertés se heurtent et en affirmant un souci technique tout en apportant sa confiance aux équipes. L’homme d’affaires part sur le registre de la liberté « des gens a disposer d’eux-mêmes » mais en concluant cette parenthèse sur la « liberté des enfants à vivre ».

Devant les yeux des députés et des téléspectateurs, Bolloré a « tenté » de nous émouvoir en prenant une voix « triste » : « Il y a pas mal d’années, la femme avec qui j’étais a appris qu’elle était enceinte alors qu’elle prenait des médicaments qu’il ne fallait pas prendre. […] J’avais déjà quatre enfants, j’étais faible, je n’ai pas fait attention, j’ai laissé faire : je peux vous dire qu’il n’y a pas un jour où je ne pense pas à cette vie que j’ai contribué à supprimer.« 

Bolloré : « l’autre jour, quelqu’un m’a dit que j’étais de La France Insoumise »

C’est la question que tout le monde attendait sur le pluralisme des opinions sur les chaînes du groupe Bolloré. Une question qui intervient à pic puisque CNEWS n’est pas assurée d’être renouvelé en 2025 par l’ARCOM. Le propriétaire de la chaîne s’est alors défendu : « On représente 10% (des parts télévisuelles). Je ne crois pas qu’on puisse dire qu’on représente une audience trop importante. Le pluralisme existe aujourd’hui en France ».

Vincent Bolloré ne se démonte pas et conclut par une anecdote comme à son habitude : « L’autre jour, quelqu’un m’a dit que j’étais de La France Insoumise car Aymeric Caron et Louis Boyard travaillent chez moi. Vous pouvez prendre des petits bouts, les coller ensemble et en faire une théorie. »

Cyril Hanouna « il a une liberté, une joie »

Alors que l’animateur de « Touche pas à mon poste », Cyril Hanouna sera à son tour auditionné aujourd’hui le 14 mars à 14h, Bolloré est revenu sur celui qui fait les audiences de C8 : « Plus de deux millions, notamment les jeunes, le regardent chaque soir. Il a une liberté, une joie. […] ». Sans vraiment revenir sur les nombreuses polémiques de l’animateur, il défend son ami comme représentant « la vérité de la vie en France. » Reste à savoir comment Cyril Hanouna va se défendre sur ce sujet.

YouTube video

A lire aussi : Pourquoi CNews est la cible de l’ARCOM ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneMédias

Secret Story : où peut-on revoir toutes les saisons de l'émission ?

À la uneInternationalPolitique

Comment sont choisis les jurés dans les procès aux Etats-Unis ?

À la uneSport

Jeux Olympiques 2024 : quel est le rituel d’allumage de la flamme olympique ?

À la uneSéries Tv

"Erica" : Julie de Bona et Grégory Fitoussi réunis dans la série de TF1

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux