À la uneFrancePolitique

Quels ministres critiquaient Macron avant de rejoindre le gouvernement ?

En plein remaniement, le nouveau Premier ministre, Gabriel Attal, a dévoilé ce jeudi la liste des 14 ministres qui vont rejoindre son gouvernement. Mais parmi eux, beaucoup n’ont pas été tendre avec le président de la République.

La liste des 14 nouveaux ministres qui intégreront le gouvernement est maintenant publique depuis ce jeudi. Si nous ne sommes pas surpris de revoir certains noms, il y en a d’autres en revanche pour qui on se pose des questions. Effectivement, certains nouveaux membres du gouvernement n’ont pas été toujours tendre avec Emmanuel Macron, l’actuel président.

Bruno Le Maire : « La réalité, c’est qu’Emmanuel Macron, c’est une coquille vide ».

Le récent titulaire du poste de ministre de l’Économie a fortement critiqué Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle. Sur la plateforme X (anciennement Twitter), il a publiquement attaqué à plusieurs reprises le président. En réaction à la controverse suscitée par les commentaires du chef de l’État sur la colonisation en février, il a tweeté : « Macron a commis une erreur politique envers la France et les Français. Qu’il présente des excuses à tous ceux qu’il a blessés ! » De plus, il a exprimé l’opinion qu’Emmanuel Macron est un candidat dénué de projet car il manque de convictions, soulignant sa tendance à adapter son discours en fonction de son auditoire. Quelques semaines avant sa nomination, il avait qualifié Emmanuel Macron de « coquille vide ».

Gérald Darmanin : Macron sera le “poison définitif” d’un “pays malade”

“M. Macron n’aura pas de majorité […] Loin d’être le remède d’un pays malade, il sera au contraire son poison définitif”, écrivait le nouveau ministre de l’Intérieur et des Outre-mer dans une tribune publiée en janvier 2017. Pour lui, l’élection de Macron “précipiterait la France dans l’instabilité institutionnelle et conduirait à l’éclatement de notre vie politique. Alors dans ce vide, le populisme le plus abject arrivera, celui de Mme Le Pen”, disait-il aussi, après avoir décrit le “populisme light” d’Emmanuel Macron : “Un populisme chic, avec un beau sourire, de beaux costumes, une belle histoire.” Le qualifiant de “pur produit du système”, il attaquait aussi un candidat qui “ne sort jamais de l’ambiguïté. Il promet tout, finance tout, rembourse tout : les lunettes, les prothèses auditives et les soins dentaires ! C’est Noël avant l’heure”.

Rachida Dati : « Le scrutin d’hier est l’échec patent de Macron et de son gouvernement, de leur absence d’idéologie, de convictions.« 

L’ancienne maire Les Républicains du VIIe arrondissement de Paris a décidé de rejoindre la majorité présidentielle. Même si elle est aujourd’hui la ministre de la Culture, elle n’a cependant pas épargné notre président de la République.

Au lendemain des élections départementales et régionales de juin 2021, sur France inter, Rachida Dati ne mâche pas ses mots sur le président de la République : « Le scrutin d’hier est l’échec patent de Macron et de son gouvernement, de leur absence d’idéologie, de convictions. » À cette époque, selon elle, La République en Marche est « un parti de traîtres de gauche et de traîtres de droite, qui n’est rien sans Emmanuel Macron »

À lire aussi : Pourquoi Rachida Dati, nouvelle Ministre de la Culture, est mise en examen ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneEquitationSociété

La Fédération Française d'Equitation vous donne rendez-vous au Salon International de l'Agriculture

France

Les événements marquants de l’année : rétrospective et perspectives

ActualitéFaits DiversFrance

C'est quoi un home-jacking ?

À la uneCultureFrance

Entrée au Panthéon : qui était Missak Manouchian ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux