À la uneInternational

Qui est Osman Kavala, l’opposant turc qui inquiète Erdogan ?

Le président turc n’expulsera finalement pas les ambassadeurs réclamant la libération d’Osman Kavala, la “bête noire d’Erdogan “.

C’est une affaire diplomatique qui a beaucoup fait parler. Le 23 octobre, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait ordonné l’expulsion de 10 ambassadeurs qui réclamaient la libération de l’opposant au pouvoir Osman Kavala, emprisonné depuis 4 ans sans jugement malgré la décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) qui souhaitait sa libération. Parmi eux, les ambassadeurs de la France, de l’Allemagne mais aussi des Etats-Unis.

Finalement, Erdogan a ensuite renoncé à ces expulsions deux jours après, afin d’éviter une crise internationale aux conséquences graves pour son pays. Un pays déjà en proie à une crise économique sévère qui fragilise le pouvoir. Ces menaces d’expulsion faisaient suite au communiqué du 18 octobre, où les différents ambassadeurs avaient demandé “un règlement juste et rapide de l’affaire Osman Kavala.”

” Les diplomates ont reculé et seront plus prudents à l’avenir​ “

Déclaration du président turque Erdogan

Qui est Osman Kavala ? Pourquoi préoccupe-t-il à ce point le pouvoir turc et pour quelles raisons est-il emprisonné ?

Un éditeur prestigieux

Homme d’affaires turc de 64 ans, Osman Kavala est né en 1957 à Paris. Après ses études à Istanbul puis Manchester, il reprendra l’entreprise familiale en 1982. La même année il fonde la maison d’édition Iletisim, qui deviendra très vite l’une des plus importantes de Turquie. A l’origine, cette maison d’édition s’intéressait aux ouvrages encourageant la démocratisation du pays.

En 2002, Osman Kavala lancera également la fondation Anadolu Kultur. Avec la mise en place de projets culturels, son but était d’ouvrir le débat sur des sujets épineux et tendus, notamment le génocide arménien. Passionné d’art et de culture, Osman Kavala est aussi le directeur du Depo, une ancienne fabrique de tabac transformée en salle d’exposition artistique.

Grâce à ces différentes affaires, le mécène est devenu un milliardaire très influent dans son pays.

Un engagement politique très dangereux

En 2013, l’opposant au pouvoir soutient les mouvements protestataires du parc Gezi en Turquie, des manifestations d’une ampleur considérable qui ont eu un impact phénoménal. D’abord centrés autour d’une cause écologique, ces mouvements ont ensuite dévié vers des manifestations anti-gouvernementales et se sont propagés dans une grande partie du pays.

Après ces mouvements révolutionnaires, de très nombreuses personnes vont être arrêtées, notamment des journalistes et intellectuels. Justement, Osman Kavala sera arrêté lui aussi et accusé d’être à l’origine de ces révoltes. Emprisonné pour cette raison depuis octobre 2017, il sera ensuite jugé en février 2020 et acquitté. Néanmoins, il retournera très vite en prison, cette fois-ci accusé d’avoir participé au coup d’Etat de 2016 en Turquie.

En effet, dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, une tentative de coup d’Etat a eu lieu en Turquie. Dirigée par un “conseil de la paix dans le pays”, un groupe des Forces armées turques, cette opération n’a finalement pas fonctionné. Malgré tout, elle a malheureusement provoqué le décès de plus de 290 personnes et a blessé 1440 civils.

En octobre 2021, l’opposant politique a été retenu en détention par un tribunal d’Istanbul, déclarant ” manquer d’éléments nouveaux pour le remettre en liberté “. Il comparaîtra une nouvelle fois devant un tribunal le 26 novembre. Début 2017, Osman Kavala appelait également à boycotter le référendum constitutionnel sur le renforcement des pouvoirs du président Erdogan.

Des provocations envers le pouvoir qui n’ont pas manquées d’irriter le président, qui se montrera ensuite très sévère envers Osman Kavala. Progressivement, Osman Kavala est devenu le visage majeur de la contestation en Turquie et le véritable bouc émissaire du pouvoir en place. Régulièrement, le président Erdogan compare Kavala au milliardaire américain Georges Soros, une personnalité souvent menacée par des groupes d’extrême droite.

” Pour moi, la vraie raison de ma détention prolongée répond au besoin du gouvernement d’entretenir la fiction d’un complot étranger derrière les manifestations de Gezi “

Déclaration de Osman Kavala pour l’AFP

Comme il l’affirme à l’AFP, l’opposant se considère utilisé à des fins politiques. Selon certains spécialistes, les actions du pouvoir envers Osman Kavala seraient plutôt un moyen de détourner l’attention pour masquer les vrais problèmes en Turquie. En effet, comme évoqué dans l’intro, le pays fait face à une crise économique importante et le pouvoir est rudement mis à l’épreuve. Une période complexe pour le président Erdogan qui rêve pourtant de restaurer la puissance de son pays et renouer avec la gloire de l’Empire Ottoman.

Pour en revenir à Osman Kavala, nous en saurons un peu plus sur son avenir après le nouveau procès du 26 novembre…

A lire aussi : Pourquoi ce regain de tension entre la Chine et Taïwan ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneSport

[INTERVIEW] Rhea Ripley, la catcheuse australienne qui conquiert WWE

À la uneBuzzInsolite

Elle confond son AirPod avec son médicament et enregistre un audio depuis son estomac

À la uneFrance

Nicolas Hulot : une enquête ouverte pour "viol et agression sexuelle"

À la uneMédias

C'était il y a 30 ans ... la naissance du Journal du hard sur Canal+

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux