À la uneActualitéFrancePolitiqueSociété

Récap’ sur le mouvement des “gilets jaunes” en trois points

Même en n’ayant pas suivi l’actualité, il était impossible de ne pas entendre parler de la manifestation des “gilets jaunes” ce week-end. Symbole d’un ras le bol général de la politique d’Emmanuel Macron, c’est la nouvelle taxe sur le carburant qui a mis le feu aux poudres. Petit rappel des faits pour mieux comprendre ce qu’il s’est passé.

 

1) Une manif’ plus longue que prévue

Les gilets jaunes avaient prévu de descendre dans la rue et de bloquer les routes uniquement le samedi. Mais devant l’ampleur du nombre d’engagés, certains ont décidé de remettre ça le dimanche et de poursuivre le plaisir aujourd’hui. Effectivement 13 000 personnes se sont rassemblées sur 358 sites ce lundi matin.

Outre les péages, stations-service et autoroutes, les gilets jaunes ont ciblé ce matin plusieurs dépôts pétroliers.

 

 

2) 409 blessés, 14 grièvement et 1 mort …

290 000 gilets jaunes se sont mobilisés pour protester contre la hausse des taxes sur les carburants sur environ 2 000 sites. Malheureusement les manifestations ont provoqué la mort d’une vieille dame en Savoie à Pont-de-Beauvoisin (73). Une conductrice âgée de 43 ans a fauché la manifestante en tentant de forcer le barrage. Cette dernière a été mise en examen pour « violence volontaire avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

Durant la nuit, un autre gilet jaune de 25 ans a été percuté par un camion à Saint-Dizier, en Haute-Marne (52). Le jeune homme est grièvement blessé aux jambes et au bassin. Le conducteur a été placé en garde à vue.

 

3) Un dialogue de sourd

Invité hier soir sur le plateau du 20h de France 2, le premier ministre, Edouard Philippe s’est exprimé sur le sujet :

« On a entendu de la colère mais on a aussi entendu de la souffrance […] Ce n’est pas quand ça souffle qu’il faut changer de cap, le cap que nous avons fixé nous allons le tenir […] La liberté de manifester est garantie, mais ce n’est pas l’anarchie »

En réponse, les gilets jaunes appellent à bloquer Paris samedi prochain. Frank Buhler, l’un des initiateurs du mouvement a publié une vidéo sur sa page Facebook : « Le 24 novembre, c’est Paris bloqué, le 24 novembre, c’est Paris ville morte ».

En déplacement en Belgique, Emmanuel Macron a indiqué qu’il « répondrai en temps voulu »

 

 

Lire aussi : Bernard Tapie réprimande un élève dans « Au Tableau ! »

 

 

 

 

Related posts
À la uneActualitéInternational

C'est quoi le nouveau réseau des conservateurs américains "Parler" ?

À la uneActualitéBrèves

Jada Pinkett avoue son aventure avec le rappeur August Alsina

À la uneBrèvesSéries Tv

HBO arrête sa série Run après 1 saison

À la uneActualitéFrance

Ce samedi 11 juillet l'état d'urgence prend fin

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux