Côte d’AzurPolitiqueRégionsReportages

Régionales Nice: Immersion au coeur du FN lors des résultats

Hier soir , le dernier rassemblement du FN avait lieu à L’hôtel Westminster de Nice à 19h30. Le but étant de suivre les résultats des élections régionales en direct.

Devant le lieu à 19h00, une pause cigarette s’impose pour les premiers arrivés. Kevin 20 ans, étudiant, est enthousiaste: “Moi je me suis senti impliqué dans cette campagne. Marion veut mettre l’accent sur les jeunes lors de election. C’est ce qui m’a fait voter pour elle. Même si elle gagne pas, elle aura fait le taf comme on dit.”

La salle se remplit progressivement. Chacun attend l'heure des résultats avec impatience

La salle se remplit lentement mais progressivement . Chacun attend l’heure des résultats avec impatience en scrutant les premières estimations à la télévision

Les adhérents rentrent les uns après les autres dans une salle digne du château de Versailles. Aux alentours de 20h, plus de 80 électeurs attendaient avec impatience les résultats. George, jeune retraité, est malgré tout sceptique : “Je suis mitigé. Ces derniers jours, la droite et la gauche n’ont cessé de taper sur Marion. Ils ont peur pour leur place de fonctionnaires, voilà la vérité“. Il ajoute, furieux: “Quand ils disent que le Front National peut mener à la guerre civile ( Manuel Valls NDLR) ils se moquent bien des français“. Il conclut: “Si leur politique était si bien, pourquoi alors votons-nous Front National, hein ?”

En revanche, peu de jeunes sont présents. Alors qu’un jeune sur trois vote Front national, ils étaient bel et bien absents des débats ou presque.

LE PEN 1

Les premiers résultats tombent et les militants sont partagés entre déception et colère.

À mille lieues des coupes de champagnes

Puis la stupeur a envahi la salle. Marine Le Pen, Florian Philippot, Marion Maréchal-Le Pen : tous ont été balayés par l’union de la gauche et de la droite. La colère est montée chez les électeurs.

Abattus, certains expriment à voix haute leurs mécontentements. “Ils ont baissé leurs frocs devant les arabes” a crié un électeur indigné à propos du Parti socialiste et des Républicains. Pourtant, après de longues minutes, toujours aucun représentant politique du FN local n’a pris la parole à la tribune, les militants suivent sur le grand écran les déclarations de Marine Le Pen, puis de Marion Maréchal Le Pen.

La déception ne retombe pas dans ce qui est le fief de Christian Estrosi. Le candidat Les Républicains (LR) a fait son meilleur score avec 42% au 1er tour devant la candidate FN à 34%, mais les militants du FN niçois, forts du score dans la région de leur préférée (40.55%), y croyaient jusqu’au bout.  Jeanne, une charmante sexagénaire et ses amis confiaient : “On va continuer à se battre pour nos idées“. Georges, quant à lui, est un des premiers à quitter la salle avec son visage marqué par la désillusion.

Ainsi, dans une ambiance délétère s’est achevé ce rassemblement à mille lieues des coupes de champagnes des adhérents de Christian Estrosi. Le maire de Nice a réussi son pari alors que les difficultés n’ont pas manqué ; souvent réduit à sa qualité de maire de Nice, il a rencontré des difficultés pour séduire à l’Ouest de la région. Les questions d’ego entre Niçois et Marseillais ont pesé dans les excellents scores du FN dans la cité phocéenne et dans le Vaucluse, là où Estrosi est arrivé en tête seulement dans les Alpes Maritimes. C’est avec les voix socialistes que l’Union de la Droite remporte la région qui était jusqu’à présent dans les mains du PS.

Pour le FN, le bilan est mitigé; bien qu’ayant fait son meilleur score historique en termes de voix avec 6.8 millions de voix à l’échelle nationale, ils ne dirigeront aucun exécutif régional. La jeune égérie du FN, Marion Maréchal Le Pen, déclarant à ses militants : “Il y a des victoires qui font honte aux vainqueurs“. En effet, comme l’a souligné sa tante Marine Le Pen : “Comment gagner à un contre dix ?” Pour Marion, le FN poursuit sa marche en avant : “Il n’y a pas de plafond de verre. Il était de 25% en 2010, de 48% aujourd’hui et de combien demain ?” En effet, depuis les municipales, le Front National continue son implantation dans le territoire et le cœur des Français, à un an de la Présidentielle.

Le débat continuera à être animé au siège du Conseil régional, car pour rappel, les Républicains ont obtenu 81 sièges et le Front national 40 sièges. Car tel est l’enseignement du scrutin : le FN est battu par le front républicain, mais c’est bien lui qui sera le principal parti d’opposition dans les exécutifs régionaux. De quoi se construire une base d’élus locaux pour les prochaines sénatoriales, tout en n’ayant pas à se confronter au système qu’il dénonce, ne serait-ce pas un sort pas si mauvais à 1 an et demi des Présidentielles?

Alexandre Paparusso

 

Related posts
À la uneFrancePolitique

Il y a 77 ans, Jean Moulin,figure de la Résistance, fut assassiné

FranceRégions

Quand déguster local est le mot d'ordre : Bienvue Chez Bouron

FranceRégions

Le Caprice des Thés, l'esprit brasserie en bord de mer

FranceRégions

Voyage en terres ibériques avec La Siesta

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux