La Reine de la Soul s’est éteinte aujourd’hui à Détroit, entourée de sa famille. Aretha Franklin se battait contre un cancer du pancréas depuis 2010.

Fille d’un pasteur réputé, Aretha Franklin commence à chanter du gospel dès dix ans. Son père recevait chez lui des personnalités telles que Mahalia Jackson, Sam Cooke ou Martin Luther King. Devenu son manager il l’a fait signer chez Colombia Records en 1960, à l’âge 18 ans. Elle sort son premier album un an plus tard.

Mais c’est en 1967 qu’elle entre dans l’histoire avec une reprise de « Respect », originellement chantée par Otis Redding. La chanson présente une femme qui exige le respect. C’est avec ce message qu’Aretha Franklin devient une figure de la lutte pour les droits civiques des Noirs américains et pour la cause des femmes. Le single est le premier à arriver en tête de ventes des deux classements américains, R&B et Pop (une façon polie de différencier le classement des Noirs et celui des Blancs). Toute sa vie, la chanteuse est restée associée à ce combat des femmes, et des Afro-américains.
En 2009, elle avait été choisie pour chanter à l’investiture de Barack Obama.

« I Never Loved A Man (The Way I love You)”, “Think”, “Spanish Harlem”, sont autant de titres restés dans le patrimoine musicale américain. Surnommée la Reine de la Soul, Aretha Franklin s’est également illustrée en chantant du gospel, du R&B ou de la pop. Elle figurait aussi sur des bande originales de films, comme Les Blues Brothers dans lequel elle apparaît avec d’autres légendes de la musique Noire américaine, telles que James Brown ou Ray Charles. Avec 20 singles n°1, 42 albums studios, 75 millions de disques vendu à travers le monde et 18 Grammy Awards, Aretha Franklin laisse un héritage colossal.

Sa dernière performance était le 2 novembre 2017, à New York. Elle y avait chanté pour la fondation de lutte contre le SIDA d’Elton John.

Son oeuvre inspire beaucoup de monde. Dans le petit monde des séries, son titre culte Respect sert de générique depuis 6 ans à la série Candice Renoir sur France 2.

À​ ​lire​ ​aussi : Les Lyonnais rendent hommage à Martin Luther King et perpétuent son combat