Arrêté pour la dernière fois en janvier 2016, Joaquin Guzman, aussi connu sous le pseudonyme de « El Chapo », devrait être jugé en septembre aux États-Unis. Retour sur l’histoire de cette figure emblématique du trafic de drogue.

Enfance à Sinaloa

El Chapo, doit son pseudonyme à sa petite taille. En effet, le plus célèbre des narcotrafiquant mesure environ 1m65. C’est son oncle qui lui aurait attribué ce surnom signifiant « petit » en argot mexicain. Le petit Joaquin grandit au coeur d’une plantation de pavot et de marijuana dans l’une des régions les plus pauvres et les plus reculées du Mexique. À Sinaloa, les opiacées sont en effet une spécialité locale. À l’âge de 15 ans, le Chapo cultive déjà son propre champ de cannabis avec ses cousins.

ChapoChapo

Ahome, Sinaloa, Mexique

La création du cartel de Sinaloa

En grandissant, deux options s’offre à Joaquin Guzman, continuer à oeuvrer à la culture des opiacées, ou bien les dealer. Cette seconde option plus dangereuse, mais également beaucoup plus rémunératrice séduit le futur « baron de la drogue ». Il monte son propre quartel à la fin des années 1980, baptisé « quartel de Sinaloa ». Ce dernier prend progressivement des allures de multinationale en étant présent dans plus de 52 pays au monde. El Chapo engendre des bénéfices faramineux avec une fortune personnelle qui s’élève à près d’un milliard de dollars.

« Son pouvoir est si grand qu’il a un jour déposé dans une banque des Etats-Unis la somme de 378 milliards de dollars. » – documentaire « El chapo, le parrain de la mafia »

Chapo

Ennemi public numéro 1

La mort de Ben Laden fait d’El Chapo, le nouvel homme le plus recherché des États-Unis et le criminel le plus puissant de la planète. Au-delà de son poids économique, le mythe vient surtout de sa capacité à s’évader. En effet, en 2001, il s’échappe de la prison de Puerte Grande, marquant le début d’une cavale de plus de 13 ans. C’est durant cette cavale qu’il acquiert le statut d’ennemi public numéro 1. Il est à nouveau capturé en 2014, mais s’échappe 17 mois plus tard. Guzman quitte la prison de haute sécurité par un tunnel extrêmement élaboré, creusé depuis sa cellule. C’est le seul narcotrafiquant qui peut se targuer de s’être échappé deux fois d’une prison de haute sécurité et de surcroît à bord d’une moto pour la seconde.

VIDÉO. La seconde évasion invraisemblable d’El Chapo par un tunnel d’un kilomètre et demi.

LIRE AUSSI… La Casa de Papel accusée de propagande révolutionnaire en Turquie.

Une réelle notoriété

Pour le magazine Forbes, il est le plus gros patron de la drogue de tous les temps. En 2009, il se trouve classé à la 67ème place mondiale en termes d’influence. Des centaines de chansons à sa gloire contribuent à son image de bienfaiteur, de Robin des bois qui vient en aide au peuple. Toutefois, derrière les apparences se cache un véritable chef de guerre, qui n’hésite pas à pratiquer la torture et à commanditer des assassinats. Depuis 2017, la série télévisée Narcos diffusée sur Netflix, s’inspire de son histoire

Capture et procès

Sa dernière arrestation en date aurait été rendue possible par ses échanges avec Hollywood, alors qu’il était contacté dans le cadre de la réalisation d’un film sur sa vie. Sa tête avait été mise à prix par Washington pour la modique somme de cinq millions de dollars. C’est le président mexicain en personne, qui annonçait en 2016 son arrestation. Extradé du Mexique vers les EU en janvier dernier, il est actuellement détenu dans le district de Brooklyn dans l’attente de son procès. Ce dernier a été reporté et devrait avoir lieu au mois de septembre. Le journal Le Monde a indiqué que le conseil avait demandé davantage de temps pour étudier le dossier de 290 000 pages. De même, repousser le procès à septembre permettait de disposer de plus de jurés potentiels.

« Mission accomplie, nous le tenons. Je veux informer les Mexicains que Joaquin Guzman Loera a été arrêté. » – Enrique Peña Nieto