À la uneActualitéInternational

Séquence émotion en Iran

En Iran, un grand évènement a eu lieu mardi dernier. Un homme, condamné pour meurtre, a été sauvé au bord de la pendaison, par la famille de la victime.

La scène vaut le détour. Mardi 15 avril, un certain Bilal allait être exécuté, pendu. Cet iranien est condamné pour avoir tué au couteau, Abdollah Hosseinzadeh, lors d’une rixe . La scène se déroulait en 2007 dans le nord de l’Iran à Noshahr, Bilal avait alors 19 ans. C’était donc l’heure pour l’assassin condamné d’être victime d’une pendaison publique. La foule présente, les yeux bandés, la corde au cou, tout semblait indiquer la fin pour Bilal.

Cependant, une scène rare s’est produite sur la terre iranienne. La famille de la victime a gracié et pardonner l’assassin de leur fils. Après avoir mis une claque à Bilal, la mère du défunt, Samereh Alinejad, pardonne le jeune homme. Un moment unique que toute la foule a apprécié avec des applaudissements et des larmes d’émotion. Même la mère de Bilal est venu remercier celle de Abdollah.

Comme il est dit dans la charia, la loi islamique d’Iran, la famille d’une victime détient le droit de pardonner le tueur pour qu’il ne soit pas exécuté. Celui-ci devra alors purger une peine de prison. Ce geste rapporte à la famille une somme d’argent nommée “le prix du sang”. La somme est fixée à 1,5 milliards de rails, correspondant à 50 000 dollars environ. Pour le cas de Bilal, la famille a pardonné l’auteur du meurtre pour une somme à une hauteur de 87 000 euros.

-50

Une grande campagne pour sauver Bilal

Ce geste est le résultat d’une longue campagne contre la pendaison de Bilal. Une mobilisation menée par des sportifs du pays, des artistes comme des acteurs ou réalisateurs. Les réseaux sociaux aussi ont permis de faire grandir cette campagne. L’un des objectifs principaux était de récolter de l’argent. Bilal, lui, n’était pas au courant de toute cette mobilisation, comme le voulait la famille de la victime. Un choix souhaité dans le but de faire approcher le plus possible Bilal de la mort.

Dernier beau geste pour cet évènement. Le père d’Abdollah Hosseinzadeh, souhaite utiliser l’argent obtenu pour construire une école à la mémoire de son fils disparu.

Crédits photos : Aras Khamooshi

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéFaits Divers

5 éléments pour comprendre … l’affaire Marie Trintignant

À la uneActualitéFrance

Mineurs isolés : les mots d’Eric Zemmour lui valent une condamnation

À la uneHigh Tech

Locket : c’est quoi cette nouvelle application qui cartonne aux États-Unis ?

International

Ces pays qui interdisent la cryptomonnaie

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux