L’association animaliste Zoopolis, lance ce jeudi, une campagne d’affichage qui demande à la ville de Paris « d’arrêter le massacre » des rats. Jusqu’à mercredi, une soixantaine d’affiches vont envahir les couloirs et les quais de la RATP.

Les rats ne sont pas nos ennemis« , c’est ce que les voyageurs pourront lire en attendant le métro. Zoopolis compte se battre pour « l’intérêt des animaux sans distinction d’espèces« . Elle vise « à remettre en cause l’image négative des rats issus de préjugés » et « à contester l’empoisonnement des rats à Paris. ».

1,5 million d’euros pour éliminer les rats

Pour éliminer les rats, les idées ne manquent pas : appâts, produits anticoagulants, raticides, fumigènes, pièges au Pastis… Fin 2016, la mairie de Paris a lancé un large plan d’un coût de 1,5 millions d’euros pour éradiquer les rats. Leur présence dans les métros, parcs et rues est présentée comme une « urgence sanitaire » ou un « fléau » par des syndicats ou élus. Philippe Reigné, le co-fondateur de l’association répond indigné : « en fait, ils tuent les rats uniquement pour des raisons d’image. Mais ils reviendront et sont de plus en plus résistants« .  L’éradication des rats, »ça coûte beaucoup d’argent, ça ne sert à rien et c’est cruel » ajoute-t-il.

Zoopolis défend les rats à Paris AFP / Christophe ARCHAMBAULT

Un bénévole montre un rat mort, le 20 septembre 2018 à Paris (Crédit AFP / Christophe Archambault)

Cohabiter avec les rats

L’association propose de « cohabiter intelligemment avec les rats« . « L’idée de cette campagne est de casser les clichés que peuvent avoir les Parisiens. Les rats ne sont pas une menace, ils ne sont pas sales, ni dangereux. Ils ont le droit de vivre », précise Philippe Reigné. Et demande, « de quel droit privons-nous certains animaux de tout accès à la lumière du jour ? » et enfin ajoute que « les parcs et jardins sont des espaces où nous pouvons et devons cohabiter.  »

 

Cohabiter avec les rats

Des rongeurs utiles pour la ville

Contacté par 20 minutes en mars dernier, l’expert en hygiène et sécurité Pierre Falgayrac, explique que « l’extermination d’une espèce qui était présente avant nous sur la Terre… Non seulement c’est impossible, mais en plus non souhaitable, vu leur utilité« . D’après lui, « les rats mangent 25 grammes de déchets par jour. Chacun d’entre eux nous débarrasse donc de 9 kg de déchets au cours de sa vie« .

À lire aussi : L’abandon des animaux domestiques : l’histoire de la photo des chiens du circuit Magny-Cours