Stéréotypes de la société ? Complexes liés à des moqueries reçues lorsqu’elles avaient des formes généreuses ? Clichés de filles minces répandus à travers les médias et les magazines de mode ? Nombreuses sont les raisons qui poussent les femmes à se débattre contre la prise de poids pour avoir une taille située entre le 34 et le 36. Et il faut croire que bien leur en prend, car même si des marques telles que Maison Lejaby proposent de la lingerie grande taille, la plupart des magasins offrent plutôt un maximum de choix aux 34-36. Elles sont pourtant les moins nombreuses !

Les femmes faisant du 34 ont 20 fois plus de choix

Selon une étude réalisée par l’Institut français du textile et de l’habillement (IFTH), les femmes ayant un tour de taille mesurant 34 représentent environ 0,7% de la population. En guise de comparaison, celles faisant 46 de tour de taille constituent 9% de la population féminine. On s’attendrait donc logiquement à ce que les secondes citées aient par exemple plus d’options au moment de se procurer de nouveaux habits dans une boutique de mode. Mais il n’en est rien ; c’est même tout l’inverse. Seulement 0,6% des robes proposées par une boutique (Zalando, enseigne de vente en ligne choisie pour l’étude comparative) leur sont destinées. A l’opposé, les 34 peuvent se procurer 13,7% des modèles disponibles, soit environ 14%, 20 fois leur proportion au sein de la population.

Les raisons pour lesquelles les petites tailles ont plus de choix

Il convient de préciser que les chiffres tirés de l’étude de l’IFTH ont été superposés aux statistiques d’articles de Zalando ; les résultats issus de cette superposition sont donc à relativiser. Toutefois, cela reflète quelque peu la réalité des choses, car des résultats similaires seraient probablement obtenus auprès d’autres enseignes. De fait, lorsqu’elles sont minces, avec un tour de taille de 34 à 36, les femmes se sentent plus belles. Elles achètent alors beaucoup plus. De même, les adolescentes de 15 à 18 ans, qui font pour la plupart un tour de taille entre 34 et 36, effectuent souvent des achats de tenues de façon frénétique. Tout cela conduit à une population de faible effectif, qui affiche une forte consommation. En outre, pour paraître plus fines, de nombreuses femmes préfèrent acheter des vêtements de taille inférieure à leurs mensurations, constituant ainsi une foule de consommatrices en plus. Il est alors logique que les marques s’adaptent à cette demande. Néanmoins, il y a des enseignes, qui ont fait l’option de proposer en quantité importante des vêtements et de lingerie grande taille.