Comme si la recherche d’un emploi n’était pas assez éprouvante. Cinq agences Pôle emploi ont imité le télé-crochet « The Voice », diffusé sur TF1, pour faire passer des recrutements. Le slogan a lui aussi été repris et modifié : « This is the job, soyez le meilleur candidat« …

Ce n’est pas un gag. « Assis sur des fauteuils rouges, trois recruteurs tournent le dos à une candidate. La demandeuse d’emploi est debout au milieu de la salle. Elle répond aux questions. Si son profil séduit l’un de ces professionnels, il doit se retourner pour presser l’un des buzzers posés sur la table qui les sépare.« , explique StreetPress dans un article diffusé ce mercredi 17 octobre. Suite à ce papier, qui a vraisemblablement fait polémique, Pôle emploi a supprimé la page de l’opération.

Entre-temps, France Inter a pu retrouver la publication d’origine de l’agence Pôle emploi de Schœlcher. Le site décrit un dispositif qui « témoigne de la créativité dont fait preuve Pôle emploi« , avec une liste exhaustive d’un « bilan positif » : le nombre de candidats, « un casting de 15 demandeurs d’emploi« , ou encore les jurés présents, « un jury de 6 entreprises : 3 TPE, 1 grand compte et 2 cabinets de recrutement« .
Le « jour J« , rien n’est laissé au hasard avec entre autres des « fauteuils mobiles« , de la « décoration personnalisée » ainsi que « des pancartes « je vous veux »« . Ces pancartes étaient utilisées « lorsqu’un juré était interpellé par la prestation » d’un candidat, « il manifestait son intérêt en levant la pancarte « pouce » et alors se retournait.« 
Selon Pierre-Edouard Magnan du Mouvement national des chômeurs et précaires, « c’est les jeux du cirque, c’est totalement avilissant de mettre un demandeur d’emploi dans cette situation »..

Ce sont quatre régions qui seraient concernées : en Auvergne-Rhône-Alpes, dans les Hauts-de-France, en Martinique et en Occitanie. En interne, cela n’a pas fait rire tout le monde, le sujet serait remonté en haut-lieu.

La communication de Pôle emploi a expliqué à FranceInter qu’en fait, « il s’agissait d’une initiative locale maladroite, mais bienveillante« , l’établissement public souhaitait « expérimenter des démarches pour dépasser le CV, valoriser les compétences et lutter contre la discrimination. ».

À ce jour, Pôle emploi a suspendu son opération.

À lire aussi : Après la leçon de Macron, il trouve un emploi grâce à Twitter