TPMP devra une nouvelle fois répondre de ses séquences face au CSA, nouvellement saisi par TF1 alors que des photos compromettantes de Karine Ferri auraient été diffusées à l’écran. Retour sur l’affaire.

Alors que les tensions ne semblaient pas être sur le point de s’apaiser entre TF1 et le groupe Canal, une séquence sur Karine Ferri diffusée sur la Huit remet de l’huile sur le feu. Cette fois, c’est TF1 qui est à l’origine de la saisie du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). « Touche pas à mon poste » serait ainsi accusée de « campagne systématique de dénigrement » à l’encontre de l’animatrice de DALS sur la Une, Karine Ferri. C’est dans un communiqué officiel que la 1ère chaîne rend publique cette saisie ayant pour motif un « harcèlement moral » et systématique de la jeune femme.

Mercredi 31 octobre, TPMP axe une de ses séquences sur des photos osées et dénudées de la présentatrice de la Une qui refaisaient surface sur le net. Les photos remontent en 2004, Karine Ferri vient tout juste de quitter l’émission de téléréalité du Bachelor et décide de poser pour Playboy. S’ensuit une série de photos dénudées et provocatrices. Seulement jusqu’à présent, tous semblaient avoir oublié l’existence de tels clichés. Mais ces derniers jours, ces images refont surface et « Touche pas à mon poste » décide de dédier une séquence à Karine Ferri. Les chroniqueurs autour de la table étaient donc invités à débattre autour des « photos hot de Karine Ferri » – ainsi qu’était titrée la séquence diffusée par la Huit.

Dans le communiqué officiel publié par TF1, la chaîne est claire et condamne la séquence du programme de Cyril Hanouna, qualifiée de « dernier exemple d’une campagne de dénigrement et de harcèlement moral que la direction de Canal ne peut ignorer« . La manoeuvre étant perçue comme un harcèlement, TF1 donne un avant-goût des prochains échanges entre la Huit et la Une : « Le groupe TF1 ne laissera quiconque intimider ou harceler ses animateurs« . TF1 déclare également que les clichés compromettants pour Karine Ferri sont des ‘photos de jeunesse, privées, dont l’exploitation publique à l’insu de Karine Ferri avait donné lieu à une condamnation du titre [Playboy] à l’époque, ainsi qu’à une interdiction de diffusion« .

La contre-attaque de Karine Ferri

La réponse ne fut pas immédiate, mais courte et cinglante. Sur Twitter, peu après la désactivation provisoire volontaire de son compte, Karine Ferri publie un tweet et s’exprime sur l’affaire en cours. Elle écrit ainsi : « Nous avons décidé avec TF1 de saisir le CSA sans préjudice de toute autre action. Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont laissé des messages de soutien. À présent je préfère ne plus en parler et me concentrer sur mes émissions et surtout mes enfants qui ont besoin de moi. »

A lire aussi : TPMP face au « viol conjugal » : de nouveau en ligne de mire du CSA