À la uneActualitéCôte d’AzurFranceRégionsReportages

Une nuit avec les gendarmes de la route

 

Alcool, cannabis, cocaïne. Autant de substances devenues banales dans les soirées de la Côte d’Azur. Et rien ne semble faire à ces consommateurs qui n’hésitent pas à prendre la route malgré le danger encouru.
Face à cela, les hommes du Capitaine Sanchez, adjoint au commandant de l’Escadron Départemental de Sécurité Routière ( EDSR ) des Alpes-Maritimes, veillent chaque nuit sur les conducteurs imprudents.

Samedi soir, à 3 heures du matin, une dizaine de gendarmes s’affairent dans la caserne Ausseur de Nice. 

Au programme, un contrôle de police-route à Villeneuve-Loubet, près de Nice. Pour ce faire, les militaires embarquent un nombre important d’éthylotests et de tests de dépistage des stupéfiants. Ils savent que les jeunes qui sortiront de soirée et reprendront leur voiture seront nombreux.
Le Capitaine Sanchez, qui commande le dispositif de ce soir, explique l’intérêt de ces contrôles puisque « après avoir fait la fête, les jeunes rentrent chez eux en passant obligatoirement par ici ».

3H30 : Briefing.

Arrivés sur le rond-point qui marque l’entrée et la sortie de Villeneuve-Loubet, d’autres militaires sont déjà en place.

Il est 3 heures 30, c’est le moment du briefing. Le capitaine rappelle à chacun les règles de sécurité. D’après lui, les « ceux qui ont des choses à se reprocher n’hésitent plus à forcer les barrages ». Il est donc primordial de ne pas se mettre en danger. D’ailleurs, les gendarmes sont lourdement équipés. Au cas où.

Briefing du Captaine Sanchez

Briefing du Captaine Sanchez

« Lorsqu’on fait des contrôles avec un gros effectif, nous sommes armés de pistolet-mitrailleurs et nous portons systématiquement notre gilet pare-balles. Cela nous permet de travailler en sécurité. » nous explique l’Adjudant-Chef commandant la brigade motorisée de Grasse.

Sur le dispositif arrive aussi un médecin légiste. Son rôle : « Faire tous les tests sur place pour gagner du temps et éviter de passer par l’hôpital ».

Le contrôle commence et « chaque véhicule sera systématiquement arrêté et contrôlé » explique le Capitaine.

Gilet pare-balle, fusil-mitrailleur. Les gendarmes sont lourdement équipés

Gilet pare-balle, fusil-mitrailleur. Les gendarmes sont lourdement équipés

3H45 : Première Prise

Il ne faudra pas longtemps pour que le premier contrevenant arrive sur nous.

Au volant d’une luxueuse BMW, une jeune femme, brune, la vingtaine, légèrement vétue est invitée à sortir de son véhicule après que le premier test se soit révélé positif. Assis à coté d’elle, son ami, visiblement plus âgé et tout aussi ivre semble être le propriétaire du véhicule. Inquiet il se rend avec la jeune femme dans le fourgon mais c’est elle qui souffle.

C’est l’éthylomètre, un appareil plus précis, qui permettra de donner son taux réel d’alcoolémie. L’écran affiche 0,41. « Limite, limite » déclare le gendarme qui fait effectuer le test. Un second souffle sera réalisé 15 minutes plus tard pour prendre le taux le plus bas.

« Entre l’alcool et la drogue, les jeunes repoussent leur limites et ca devient un gros problème. Particulièrement à Cannes ou sur la Côte d’Azur, la région étant très propice à la consommation de ce genre de substances » nous explique t’il.

Quelques minutes plus tard, Julie, pas plus vieille que la précédente, est elle aussi contrôlée positive. Elle exlique entre deux éclats de rire qu’elle a bu « seulement trois verres de vodka red-bull ». Une estimation sans doute minimisée.

30 minutes plus tard, le second souffle ayant révélé une alcoolémie délictuelle ( NDLR : Au delà de 0,40 MG/L d’air expiré ) la jeune femme se verra suspendre son permis de conduire. Julie ne rit plus, les larmes lui montent yeux. Elle explique « Je me sentais de conduire et il n’y avait aucun risque d’accident ». Enervée, elle trouve la sentence « injuste ». Pas de quoi faire fléchir le militaire qui précise que « c’est pour leur propre sécurité que nous organisons ce genre de dispositifs ».

4H20 : Les véhicules s’accumulent

L’endroit étant le passage obligé de toutes les sorties de boîtes, le contrôle s’avère fructueux. Les véhicules sont nombreux a être arrétés sur le bas-côté.

Même s’il a été contrôlé positif, Loïc, conducteur de 24 ans, nous explique que « les gendarmes ne sont pas trop stricts, ils font leur boulot ».

4H45 : Une voiture tente de s’échapper

Parmi les gendarmes sur place, la Brigade Rapide d’Intervention ( BRI ) est venue en renfort avec leur nouvelle arme : la Mégane RS. Forte de ses 270 chevaux, elle est là pour rattraper les conducteurs qui souhaiteraient se soustraire au contrôle. Et leur présence est utile.

DSC_3778
À la vue des gendarmes, un véhicule tente de faire demi-tour et d’échapper au contrôle.
Immédiatement, la voiture rapide se lance à sa poursuite. Il ne lui faudra qu’une minute pour la rattraper et la contrôler. En l’occurence, fausse alerte : il ne s’agit que d’une voiture qui cherchait réellement sa route.

5H00 : Le ton monte

Il est 5H00, les hommes du capitaine Sanchez commencent à ressentir la fatigue lorsqu’un automobiliste refuse de se soumettre au contrôle.

« Arrêtez de me prendre pour un idiot, maintenant vous soufflez ! Le contrôle, c’est moi que le fait, pas vous !». L’adjudant-chef commence a perdre patience lorsqu’un contrevenant fait « exprès de mal souffler ».

Face à lui un conducteur visiblement alcoolisé qui ne veut pas perdre son permis.
Les choses rentrent dans l’ordre lorsque le gendarme commence à expliquer les conséquences d’un « refus de se soumettre ».

Visiblement ivre, le conducteur nous explique que « les gendarmes sont trop chiants avec nous».

6H00 : Fin de mission

À l’arrivée du petit matin, le capitaine Sanchez décide de lever son dispositif. L’opération aura été une «réussite » ; 14 conduites sous l’empire d’un état alcoolique auront été relevées dont 6 délictuelles entraînant un retrait immédiat du permis de conduire. Aucun accident n’aura été à déplorer dans ce laps de temps. 

Durant les vacances , ce type de contrôle se reproduira « systématiquement ».

Related posts
À la uneActualitéBrèvesCultureMusique

Le Printemps de Bourges 2020 dévoile ses premiers artistes

À la uneActualitéCinéma

La reine des neiges 2 : Quand la glace rencontre les 4 éléments

À la uneActualitéBrèves

Pluie d'étoiles filantes ce vendredi au petit matin

À la uneBrèvesSéries Tv

Les espions de la terreur : les attentats du 13 novembre au cœur d'une nouvelle série

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux