À la uneActualitéInternational

USA : Le décès d’un afro-américain de 18 ans agite le pays

Le décès d’un jeune afro-américain de 18 ans, dans la nuit de dimanche à lundi, provoque des émeutes dans la ville de Ferguson. Une campagne est activement menée sur les réseaux sociaux et Barack Obama appelle au calme dans la ville.

Barack Obama a appelé mardi à l’apaisement et au dialogue après la mort d’un jeune Afro-américain, tué par un policier, à Ferguson (Missouri). Les circonstances controversées du meurtre ont provoqué des émeutes dans la nuit de dimanche à lundi. Il faut dire que la version des autorités locales ne correspond du tout à celle qui est évoquée par des témoins de la scène et les gens de la communauté.

Les tensions continue à Ferguson (Misouri)

Les tensions continue à Ferguson (Misouri)

D’après le récit de la police, Michael Brown était avec un ami, au début d’après-midi, ce samedi. Une altercation aurait alors eu lieu dans la ville de Ferguson, entre les deux hommes et le policier qui sortait de sa voiture. Toujours selon les faits évoqués par la Police, “l’un des deux hommes” aurait “repoussé le policier à l’intérieur de son véhicule” et une confrontation physique aurait suivi. C’est en tout cas ce qu’explique le chef de la police locale. Les autorités rajoutent que Michael Brown aurait tenté de saisir l’arme du policier avec son ami. Une dizaine de coups de feu auraient retenti ensuite. À une dizaine de mètres, la victime était allongée dans une mare de sang, quelques secondes après les tirs du policier.

Une version différente a été rapportée par des témoins de la scène. On peut lire sur le site de CNN que le jeune homme “avait les mains en l’air” lorsque le policier lui a tiré dessus plusieurs fois, “Il n’aurait rien fait pour provoquer les tirs et donnait l’impression de se rendre quand il a été tué”. Un média local Riverfront Times relève les propos de certains témoins qui précise que la scène ressemblait à une “exécution”.

Le portrait du jeune homme fait par ses proches va d’ailleurs en contradiction totale avec la version de la police. Décrit comme. “un géant tranquille, un gros nounours qui n’aurait fait de mal à personne”, le jeune homme devait rentrer à l’université lundi et passait l’été à Ferguson, chez sa grand-mère.

Les internautes et la rue s’insurgent

Des dimanches, les habitants de la banlieue de Saint-Louis se sont rassemblés dans la rue par centaines. Pour rendre hommage, à leurs amis, fils ou petit-fils, en laissant des ballons ou encore des ours en peluche sur l’endroit du crime. Pas mal d’incidents ont éclaté ensuite dans la ville. La cause est simple. L’image donnée de la police et des médias du jeune homme, ne convient pas du tout aux manifestants.

De ce fait, une grande campagne a été lancé par la communauté afro-américaine dans le pays. Les réseaux sociaux en premier plan, on retrouve l’hashstag #IfTheyGunnedMeDown (S’il m’avait descendu) où les gens se “moquent” d’un tweet de la NBC qui n’a pas amusé la communauté noire. Il montre une image peu flatteuse du récent défunt.

 

Depuis quelques jours, tous les internautes d’origine afro-américaine ont adressé leurs petits tweet avec une photo d’eux sur leurs lieux de travail ou d’études, et une autre dans un moment de vie privée où ils ne sont pas sous leurs meilleurs jours. La question est simple. Elle est de se demander quelle image utiliserait les médias si vous veniez à disparaître . Sous quelle facette de votre personnalité allez vous être représentée . En tout cas voici quelques images des tweets postés pour les Américains, à vous de vous faire votre opinion. Le FBI a lancé une enquête fédérale, en parallèle de celle menée par la police locale, pour éclairer la situation sur l’incident, qui prend une dimension mondiale.

Related posts
À la uneActualitéInternational

C'est quoi le nouveau réseau des conservateurs américains "Parler" ?

À la uneActualitéBrèves

Jada Pinkett avoue son aventure avec le rappeur August Alsina

À la uneBrèvesSéries Tv

HBO arrête sa série Run après 1 saison

À la uneActualitéFrance

Ce samedi 11 juillet l'état d'urgence prend fin

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux