À la uneInternational

Vers un retour de la paix dans la péninsule coréenne ?

Bien qu’un armistice ait été signé en 1953, les deux Corées sont techniquement toujours en guerre, en l’absence de traité de paix. Cependant, les choses pourraient bien changer, les différentes avancées constatées depuis plusieurs mois pouvant en témoigner.

 

Les efforts de Kim Jong-Un

Le leader Nord-Coréen multiplie les gestes diplomatiques en faveur d’une réconciliation et ce, depuis le début de l’année.

Par exemple, dès le 1er janvier, il évoqua dans son discours du Nouvel An son envie de faire de 2018, une année placée sous le signe de la paix.

Ensuite, en février, celui-ci décida d’envoyer une délégation nord-coréenne aux JO d’hiver de Pyeongchang. Lors de la cérémonie d’ouverture, les deux Corées ont donc défilé ensemble, main dans la main et sous le même drapeau. Un évènement qui n’avait pas eu lieu depuis 2006.

La Corée du Nord et du Sud défilant sous le même drapeau lors des JO d’hiver de 2018

 

Mais cela ne s’arrête pas là. Lors de la cérémonie de clôture de ces « Jeux de la Paix », la Corée du Nord a annoncé être prête à discuter avec les États-Unis d’une éventuelle dénucléarisation du territoire. Le sommet aurait lieu en mai et serait en cours de préparation par l’intermédiaire de représentants américains et nord-coréens.
Rappelons que le rôle des Etats-Unis est crucial dans le bon déroulement de ces négociations. Alliés du Sud depuis le début de la Guerre de Corée, les Américains aident à protéger la frontière en y envoyant des soldats.

Enfin, la visite de Kim Jong-Un à Pékin en mars dernier évoque son envie de faire participer la Chine à cette démarche de réconciliation avec leurs ennemis communs. En effet, l’objectif de ce meeting était de discuter avec le pays de la rencontre prochaine avec Donald Trump.

 

Le sommet du 27 avril 2018

La nouvelle rencontre entre les dirigeants des deux pays en ce vendredi marque, à son tour, une avancée majeure dans la signature d’un traité de paix.

Celle-ci a démarré par un rendez-vous dans la zone démilitarisée marquant la frontière de la Corée. Ensuite, vint l’image symbolique, l’entrée de Kim Jong-Un du côté Sud, la première fois depuis la Guerre de 50-53.

Une image historique.

Une image historique.

 

À l’issue de cette journée, une déclaration commune a été faite, montrant le souhait des deux dirigeants de « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne » dans le but de transformer la zone démilitarisée en « zone de paix ».
Ainsi, un traité de paix, marquant la fin définitive de la guerre, pourrait être signé d’ici la fin de l’année.

 

« Ne pas répéter le passé malheureux »

Ce n’est cependant pas la première fois que de telles démarches sont engagées. En 2000 et 2007, deux sommets intercoréens avaient en effet été organisés à Pyongyang afin de mener la péninsule à « un système de paix permanent ».
Cependant rien n’avait abouti, en partie à cause du refus du Nord de négocier sur leur développement nucléaire.

Mais l’issue de ces rencontres pourrait être bien différente. Et pour cause, d’après des sismologues chinois, les essais nucléaires à répétition de Kim Jong-Un auraient causé la destruction du site servant à réaliser ces fameux tests. Situé sur le mont Matap, ce dernier se serait effondré en septembre suite à l’expérimentation d’une bombe dix fois plus puissante que les précédentes. L’élan du dictateur concernant la dénucléarisation ne serait donc pas si spontané que cela…

Related posts
À la uneActualitéCultureFranceSociété

Les Cœurs Doubles (3/4) : La Complexité Française

À la uneCinémaCultureFrance

Festival de Cannes : c’est qui le “gang des escabeaux” ?

À la uneFrancePolitique

Législatives : combien gagne exactement un ou une député(e) ?

À la uneCinémaCultureFestivalPeople

10 films cultes de Tom Cruise

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux