À la uneSociété

Violences policières : trois policiers mis en examen pour la mort de Cédric Chouviat

Ce jeudi 16 juillet, un troisième membre de la patrouille de police qui a procédé au contrôle ayant provoqué la mort de Cédric Chouviat, a été mis en examen pour “homicide involontaire”.

C’est une nouvelle étape importante dans l’affaire Cédric Chouviat, chauffeur-livreur de 42 ans ayant perdu la vie durant un contrôle de police en janvier dernier. Un troisième membre de la patrouille ayant procédé à l’interpellation houleuse où Cédric Chouviat avait été plaqué au sol avec son casque sur la tête, a été mis en examen pour “homicide involontaire“. Deux autres membres de l’équipage avaient déjà été mis en examen les 7 et 8 juillet pour le même motif, alors qu’une autre fonctionnaire de police avait été placée sous le statut intermédiaire de témoin assisté. La famille de Cédric Chouviat s’est dite “soulagée“, mais ne considère pas la qualification d'”homicide involontaire” comme adéquate, au vu de “l’agressivité “opérée par les forces de police.

Cédric Chouviat criait “J’étouffe

Cédric Chouviat, livreur de 42 ans a perdu la vie le dimanche 5 janvier suite à un malaise cardiaque survenu lors de son interpellation près de la Tour Eiffel. Une interpellation au cours de laquelle il sera plaqué au sol avec son casque de scooter sur la tête, et qui entraînera une asphyxie “avec fracture du larynx“, selon l’autopsie communiquée par le parquet de Paris. Fin juin, une expertise avait pu reconstituer les douze dernières minutes de cette interpellation grâce à trois vidéos. Lorsque celle-ci dégénère et que le livreur se retrouve au sol, il répète à sept reprises “J’étouffe”, des mots que les policiers ont toujours contesté avoir entendu. Selon l’expertise cependant, la “quasi totalité” de l’échange entre Cédric Chouviat et les forces de l’ordre est “compréhensible” dans les trois vidéos qui ont été tournées par la fonctionnaire de police qui a été placée sous le statut de témoin assisté.

Deux-tiers des affaires ne débouchent pas sur un procès.

C’est une décision de justice qui intervient en pleine crise sur les violences policières. Dans cette affaire, aucun des quatre policiers impliqués n’a été suspendu, et ils bénéficient même du soutien absolu de l’ensemble de leur hiérarchie selon leurs avocats. C’est également un dossier au sein duquel des techniques d’immobilisation particulièrement critiquées ont été utilisées, à l’instar du plaquage ventral ajouté aux points de pression au niveau de la gorge et du dos. La clef d’étranglement et le plaquage ventral sont deux techniques dont l’ancien ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait d’ailleurs annoncé l’abandon futur, mais qui restent aujourd’hui autorisées en attendant une “méthode alternative“… Selon une enquête du média indépendant Bastamag publiée ce jeudi 16 juillet, près de 2/3 des décès faisant suite à une intervention policière n’ont pas abouti à un procès. Le média a recensé pas moins de 213 affaires d’interventions policières létales sur ces quarante dernières années dont l’issue judiciaire est connue. Et le constat est sans appel : 84 classements sans suite, 59 non-lieux, 10 relaxes, 12 acquittements, 38 peines de prison avec sursis, 10 peines de prison ferme, assorties ou non de sursis. Ce sont au total deux affaires sur trois qui n’ont pas été jusqu’à un procès.

Emmanuel Macron veut la généralisation des caméra-piétons pour tous les policiers

Lors de son interview télévisée du 14 Juillet le président de la République avait été interrogé sur cette perte de confiance envers les forces de l’ordre et sur les multiples affaires de violences policières. Il avait répondu qu’il désirait une généralisation d’ici la fin du quinquennat des caméra-piétons pour tous les policiers. Des caméras qui équiperaient les brigades en intervention et qui permettrait de “retracer la vérité des faits qui permettent de protéger, de rétablir la confiance entre la population et la police”, a expliqué le Président. La mise en oeuvre de ce dispositif est cependant compliquée et fait face à plusieurs difficultés notables.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneCinémaCulture

Le protocole sanitaire sur le tournage du nouveau Jurassic World coûtera 9 millions de dollars

À la uneActualitéE-SportFootHigh TechSport

FIFA 21 : Les nouveautés du mode carrière

À la uneActualitéInternational

En une seule interview, Trump arrive à prononcer 42 phrases douteuses, choquantes ou mensongères...

À la uneActualitéE-SportFootHigh TechSport

FIFA 21 : Les nouveautés du mode FUT

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux