À la uneSéries Tv

On a vu pour vous…. les deux premiers épisodes de On va s’aimer un peu beaucoup… nouvelle série pour France 2

Les deux premiers épisodes de On va s’aimer un peu beaucoup… , nouvelle série diffusée prochainement sur France 2 ont été projetés en avant-première à Séries Mania. Verdict !

C’est quoi On va s’aimer un peu beaucoup… ? Elle a tellement changé la famille ces dernières années ! Au point qu’il faut désormais avoir recours au droit pour régler ce qui auparavant restait « en famille » justement. Astrid et Audrey sont mère et fille, avocates spécialisées dans le droit de la famille, et ont fait le pari périlleux de travailler ensemble. D’un bouledogue anglais écartelé par le divorce de ses maîtres à une affaire de marchand de gamètes, des histoires de gardes alternées ou pas, de filiation ou d’adoption, de changement de sexe ou de grands parents privés de leurs petits-enfants, les dossiers se suivent et ne se ressemblent pas. Un seul point commun : leurs protagonistes en conflit, émouvants, à baffer, ou comiques, c’est nous !

A écouter aussi : Des invités et une fête pour la spéciale 100ème – La loi des séries #100

En découvrant le projet de cette nouvelle série destinée à France 2 nous avions eu deux réactions : D’abord la joie de voir le tandem Catherine Marchal-Ophélia Kolb, deux comédiennes que nous aimons beaucoup prendre les rennes d’une série puis un peu de circonspection aussi, avouons-le, devant ce qui nous semblait assez proche dans l’esprit de Leibowitz contre Leibowitz diffusé sur la même chaine, même si après tout il y a bien plusieurs séries policières qui cohabitent en bonne intelligence sur France 2. Rien de rebutant donc mais une interrogation sur la façon dont les auteurs, Emmanuelle Rey-Magnan et Pascal Fontanille (Clem) allaient pouvoir se singulariser et donner un ton propre et une véritable identité à leur projet. Après la découverte des deux premiers épisodes de On va s’aimer un peu beaucoup… , un bien joli titre par les temps qui courent, nous voilà rassurés. La série parvient rapidement à faire tomber les réserves et les préjugés et à imposer tranquillement son tempo et ses enjeux grâce surtout à des dialogues bien troussés et des personnages envers lesquels on éprouve immédiatement énormément de sympathie et d’empathie. Si cette nouvelle série judiciaire n’invente rien elle n’en a surtout jamais la prétention, mais s’il fallait lui trouver une filiation, gageons qu’elle serait plus proche d’Avocats et Associés versant affaires familiales.

Grâce à une réalisation fluide et élégante (signée Julien Zidi sur les deux épisodes que nous avons vus), un rythme efficace et des intrigues plutôt bien ficelées, on suit avec plaisir les pérégrinations de nos avocates, de leurs collègues et des cas dont elles sont en charge. La série fait également la part belle aux guests et a plutôt la main heureuse (notamment les excellents Jean-Yves Berteloot et Elisabeth Bourgine dans le premier épisode, Nadège Beausson-Diagne dans le second). La réserve principale que l’on peut émettre concerne les intrigues qui, si elles sont efficaces et se suivent sans déplaisir, sont quand même relativement classiques et ne parviennent jamais à créer de véritable surprise. Mais c’est souvent le souci des premières saisons qui doivent mettre en place un univers cohérent dans lequel le spectateur puisse facilement s’engouffrer sans jamais être perdu et des séries désormais installées (Cherif, Caïn… ) ont également connus ça avant d’être plus ambitieux et de pouvoir se lancer dans du feuilletonnant et des éléments narratifs plus sophistiqués. Fort heureusement cela n’enlève rien au charme de la série qui a du pep’s et de la bonne humeur à revendre comme autant de respirations dans des affaires familiales souvent dramatiques mais aussi parfois burlesques et savoureuses (une sous-intrigue du second épisode plonge Nicole Ferroni et Gil Alma dans une intrigue matrimoniale pas piqué des vers).

La grande force de la série réside dans l’énorme place faite aux femmes dans la distribution. Elles en sont l’âme et le moteur et on y trouve un spectre féminin suffisamment large pour faire de On va s’aimer un peu beaucoup… une série féminine pas loin d’être féministe même si aucune revendication sociétale n’est pour le moment mise en perspective. C’est suffisamment rare pour s’en féliciter et voir ces beaux personnages de femmes aux prises avec une grande diversité de situations familiales et professionnelles permet d’en faire une série de son temps, profondément moderne. Mais pour que de beaux personnages de femmes existent il faut de belles et grandes actrices pour leur donner vie. Et là c’est le carton plein. On connaissait le talent de Catherine Marchal, souvent confinée à des univers sombres et qui là, dans un registre plus léger montre à nouveau qu’elle peut jouer sur toute une gamme de tonalités dès lors qu’on lui en donne l’opportunité. Autour d’elle les volcaniques Charlotte des Georges et Clémentine Justine rivalisent de fantaisie avec un aplomb délicieux. Mais c’est la pétillante et pétulante Ophélia Kolb (Dix pour Cent) qui remporte la mise. Tour à tour, drôle, séduisante, maladroite, enfantine, amoureuse, elle est le catalyseur de cette série et son centre névralgique. Elle n’a pas fini de renverser les cœurs.

On va s’aimer un peu beaucoup… c’est de la télévision de qualité sans effets ostentatoires qui capitalise sur une superbe distribution féminine pour offrir un programme qui a les atouts pour devenir l’une des nouvelles marques emblématiques de France 2.

About author

Journaliste pôle séries et La Loi des Séries, d'Amicalement Vôtre à Côte Ouest, de Hill Street Blues à Ray Donovan en passant par New york Unité Spéciale, Engrenages, Une famille formidable ou 24, la passion n'a pas d'âge! Liste non exhaustive, disponible sur demande!
Related posts
À la uneBrèvesSéries Tv

Naya Rivera de Glee portée disparue en Californie

BrèvesSéries Tv

Lee Daniels prépare un reboot de Les années coup de cœur

À la uneActualitéInternational

46 pays soutiennent l’initiative chinoise contre les Ouïgours

À la uneBrèvesCinéma

La sortie de Halloween Kills repoussée à octobre 2021

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux