À la uneActualitéFrancePolitique

Les jeunes avec Mélenchon : interview de Charles

Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, est crédité désormais de près de 20% des intentions de vote. Depuis sa performance excellente au premier débat présidentiel, les médias s’intéressent de plus en plus à lui. Récit de l’expérience de Charles, 22 ans, étudiant en Sciences Economiques et Sociales à l’Université de Nanterre, où il fait partie d’un groupe de soutien au mouvement de Jean-Luc Mélenchon.

Comment a commencé ton engagement et en quoi consiste-t-il exactement ?

Je milite pour l’extrême gauche depuis longtemps : en 2012 j’ai rejoint l’Union des étudiants communistes, ce qui m’a amené à écrire quelques articles pour des sites militants. Quand j’ai décidé de m’engager de manière plus concrète, j’ai quitté l’Union pour rejoindre le Parti de Gauche, où j’ai milité dans la section de Vincennes. Maintenant, je suis à Nanterre et je milite dans le groupe d’appui de l’Université pour la France insoumise. Cela me permet d’organiser des débats, des collages, des distributions de tracts, des conférences avec des invités.

L’avenir en commun, programme de la France insoumise.

Qu’est-ce qui, chez Mélenchon, te convainc au point de dépenser du temps et des forces pour soutenir sa campagne ? Comment les idées du candidat de la France insoumise peuvent séduire les jeunes ?

Pour moi il s’agit d’un vote de conviction. Ma famille est traditionnellement à gauche, et cela m’a amené à m’intéresser à toutes les gauches radicales. Mes études ont aussi joué un rôle important. Mélenchon a des propositions concrètes, qui s’insèrent dans un programme réaliste et humaniste. Les jeunes vont en profiter en premiers : on a besoin d’inflation pour mieux consommer.

Mélenchon maitrise très bien les réseaux sociaux : les vidéos de sa chaine youtube sont vues par des milliers d’internautes, ses meetings en hologramme sont encensés par la presse étrangère, il est de plus en plus présent dans les médias. Cet effort de modernisation de la stratégie de communication pourrait-il l’aider avec les jeunes ?

Ce changement s’imposait : sans 2012, on ne peut pas expliquer 2017. Il faut considérer l’élection de 2012 comme un point d’ancrage. Il fallait impérativement reconstruire un état politique avant de faire cette campagne pour avoir des chances, et ce changement passe à travers de nouvelles technologies de communication. Grâce notamment à Sophie Chikirou, la directrice de la communication de la France insoumise qui a participé également à la campagne de Bernie Sanders, on arrive à atteindre plus facilement un public vaste.

Le groupe pour la France insoumise de l’Université Paris X-Nanterre est l’un des plus actifs de la région parisienne.

Il s’agit en tout cas d’un changement remarquable, qui pourrait beaucoup l’aider avec les jeunes…

Les jeunes vivent au jour le jour. Beaucoup de jeunes qui ont voté pour François Hollande se rendent compte qu’ils ont été trahis par le PS : finalement, leur président avait la même politique que Sarkozy sur les questions économiques et sociales. Finalement, on commence à comprendre que voter pour les deux grands partis traditionnels revient au même.

Au contraire, Mélenchon a des idées concrètes pour les jeunes : des allocations pour les étudiants, des propositions pour les jeunes en lycée technologique… Il s’agit de mesures qui permettraient aux jeunes de sortir de la précarité et de trouver plus facilement un job, un logement…ça les attire, c’est clair. De plus, le franc parler de Mélenchon contribue également à son succès : les jeunes sont exaspérés par les manières des « politiques politiciens », et la France insoumise a un discours plus direct et sincère.

About author

Rédactrice en chef adjointe du service Politique - International Rédactrice en chef "Les Snipers de l'Info" Etudiante en Droit - Sciences politiques
Related posts
À la uneActualitéSociétéSociété

Près de 63 000 expulsés en France au cours de l’année

À la uneCinéma

Bob l'éponge, le film : découvrez la bande annonce de Éponge en eaux troubles

À la uneActualitéNon classé

Le salon du made in France vu par ses exposants

À la uneActualitéPolitiqueSociété

Thierry Breton, le nouveau commissaire français à la Commission Européenne ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux