ActualitéPop & Geek

5 choses à savoir sur le personnage de Nicky Larson

A l’occasion de la sortie sur Netflix ce jeudi 25 avril de la première adaptation en live-action du manga « Nicky Larson », revenons sur 5 choses à savoir sur ce personnage mythique. Pour la première fois le manga « City Hunter » a été tourné en Japonais.

A la fin des années 80, un nouveau dessin-animé dans le genre manga débarque à la télévision. Importé en France grâce au « Club Dorothée », le manga rencontre un large succès qui traverse les générations. Dernièrement, Philippe Lacheau et sa fameuse « Bande à Fifi » l’ont adapté au cinéma dans une version « parodique ». Auparavant, un autre célèbre acteur a donné ses traits au séducteur le plus célèbre de l’univers des mangas. Cette fois-ci, c’est l’acteur Ryohei Suzuki qui interprète le personnage dans cette version live-action de « Nicky Larson » disponible sur Netflix. Il est le premier acteur Japonais à obtenir ce rôle.

1 – Jacky Chan a été « Nicky Larson »

Philippe Lacheau n’est pas le premier à avoir adapté et incarné le personnage sur grand écran. En 1993, Wong Ching réalise un film intitulé « City Hunter » qui s’intéresse grandement au personnage de Nicky Larson. Dans ce film, le personnage principal part sur les traces d’une jeune fugueuse. Star internationale, c’est Jacky Chan qui prête ses traits au séducteur, aventurier. En 1996, une nouvelle adaptation voit le jour. Cette fois-ci, ce sont Jun-Man Yven et Michael Chow qui réalisent le film qui se nomme « Mr. Mumble ». Enfin, en 2019, c’est dans une version française que le manga fait son grand retour, puisque Philippe Lacheau écrit, réalise et joue Nicky Larson.

2 – Nicky Larson n’a pas de fin

« City Hunter » dans la version originale, c’est 140 épisodes et pourtant à l’issue de l’histoire, aucune fin n’est disponible. La série animée s’arrête sur… « rien ». Il n’y a pas de dénouement. Néanmoins, un épisode qui ne fait pas partie de la série propose une fin alternative mais non-officielle. Dans cet épisode, Nicky Larson fait une déclaration d’amour à Laura. Hélas, celle-ci étant sous-hypnose ne se souvient de rien, à son « réveil ».

La version manga, de son côté, propose une fin relativement proche de celle de l’épisode (hors-série). Dans cette version, Mammouth se marie avec la propriétaire du café qui se nomme, Miki. Nicky, lui, finit par avouer son amour à Laura mais décide d’un commun accord de ne rester que de simples amis. Une solution qu’ils trouvent afin de pouvoir continuer à travailler ensemble, comme avant.

3 – Beaucoup de censure !

Pour ne pas choquer le public français et souvent très jeune, comme de nombreux autres mangas diffusés dans le « Club Dorothée« , « Nicky Larson » a eu le droit à son lot de censures. Premièrement, de nombreux dialogues ont été revus et adaptés pour la version française. Le sang a lui aussi été supprimé des épisodes et les méchants ne veulent plus tuer le héros principal mais simplement lui « faire bobo ». Les méchants doivent eux-aussi être « moins méchant ». Il ne faut surtout pas effrayer le jeune public, alors, ils accentuent le côté comique des personnages, les rendant souvent un poil ridicule.

Ce qui a fait la renommée du personnage, c’est évidemment son côté séducteur. Dans la version originale, Nicky Larson avait pour habitude d’inviter les filles qu’ils draguaient dans des « Love hôtels ». Dans la version Hexagonale, c’est fini. Nicky Larson invite les filles dans des restaurants végétariens. De plus, de nombreuses scènes dans lesquelles Laura se travestit en homme ont tout simplement été coupées au montage.

4 – Plusieurs méchants, une seule voix

A l’époque, les mangas ne sont pas autant développés qu’aujourd’hui alors forcément les moyens financiers sont plus faibles. Il faut être rentable en réduisant les coûts par tous les moyens possibles. Pour l’occasion, les méchants sont tous interprétés par le même comédien. Maurice Sarfatin décédé en 2013, à l’âge de 83 ans, a donc été la voix de tous les méchants de la série animée.

Maurice Sarfatin, fut aussi la voix de Robert De Niro dans le film « Taxi Driver » sorti en 1976. Du côté de Nicky Larson, c’est Vincent Ropion qui prête sa voix au personnage. Le comédien est un habitué du doublage et des animés puisque sa voix était aussi présente dans la série « Olive et Tom ».

5 – Ce n’est pas Bernard Minet

Étonnamment, Bernard Minet n’est pas l’auteur, ni l’interprète du générique de la version française de « Nicky Larson ». En réalité, l’interprète de « Nicky Larson, ne craint personne » est Jean-Paul Césari. Le générique est sorti en France, en 1990. Dans les années 80, Césari est une grande vedette de la musique française et notamment de l’univers des productions AB et du Club Dorothée. En 1982, il est même au TOP 50 avec son hit « Près de chez vous ». Depuis, Jean-Paul Césari est tombé dans l’oubli et n’est plus vraiment dans la lumière des projecteurs.

A lire aussi : Quels sont les 5 meilleurs génériques de Jean-Paul Césari (le chanteur de Nicky Larson) ?

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéSociété

5 conseils pour bien se préparer aux examens

ActualitéCinéma

5 choses à savoir sur "Furiosa" le nouveau volet de la saga "Mad Max"

ActualitéFrancePolitique

Européennes 2024 : sur quels sujets les députés européens agissent dans la vie quotidienne ?

ActualitéVoyages

Que voir en Égypte pendant les vacances ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux