À la uneFranceNon classé

À la croisée des chemins

Edito

Didier Migaud, président de la cour des comptes, a rendu son audit au gouvernement sur l’état des finances de la France. Comme prévu, il  est excessivement mauvais. À tel point que l’ex-député socialiste s’est privé de toutes manoeuvres politiciennes, en refusant d’accabler le précédent gouvernement Fillon il siffle la fin de la Récréation.

Aujourd’hui Didier Migaud place le gouvernement, le Président et l’ensemble des citoyens français devant leurs responsabilités alors que la dette atteint 90 % de la production de richesse nationale : Sur 10 euros gagnés, 9 devraient aller au remboursement de la dette.

La marge de manoeuvre est donc si ténue, la situation si alarmante, que l’heure n’est plus aux promesses excessives des lendemains lumineux, mais au contraire  la suggestion des jours de souffrance et de larmes : La rigueur, horrible remède d’un passé trop dispendieux, comme  cure sévère imposée à un homme trop gourmand.

C’est de cela qu’il s’agit, on parle de «dégraisser l’Etat», le faire «maigrir», l’Etat serait donc obèse, et son excès d’appétit nous mènerait tout droit à la faillite. La France est un pays de culture d’Etat, il nous protège, il nous relie, il est l’alpha et l’oméga de nos solutions et de nos problèmes.

Le dégraisser c’est forcément le réformer, et transformer notre modèle social, nos habitudes, nos repères. La rigueur c’est faire un choix, un choix capital qui dépasse de loin les seuls domaines politique et financier. Réduire les dépenses publiques c’est affecter des priorités dont les crédits doivent se stabiliser ou augmenter, mais surtout c’est désigner des secteurs dans lesquels des coupes sévères devront être effectuées.

Encore une fois, si vivre au-dessus de ses moyens est une ineptie, rompre avec la pratique malsaine de l’endettement structurel massif c’est avant tout un choix politique.

Ne l’oublions pas, il ne s’agit pas seulement de dette souveraine, il s’agit du devenir d’une société entière longtemps dominée largement par l’Etat.
Ne l’oublions pas, la crise Française n’est pas seulement une crise de la dette, mais aussi de la production, de l’innovation, de la compétitivité.
Ne l’oublions pas la France est elle-même un pays en proie à une grave crise de confiance alors que le lien social doucement se délite.

La mission du gouvernement Ayrault est alors double, il ne s’agit pas seulement d’éviter le pire en faisant de la rigueur mais de faire naître de cette rigueur une nouvelle impulsion, de créer à partir de cette rigueur un nouveau modèle, un modèle à la Française à réinventer. La mission du peuple de France est alors double, lutter toujours pour ses valeurs et pour la défense de ses acquis, tout en étant prêt toujours à se sacrifier pour le bien commun.

La rigueur à la croisée des chemins, c’est éviter l’austérité à outrance, le désastre économique pour retrouver le chemin de la croissance.
Pour être efficace elle doit  découler d’une réelle volonté politique assumée par les dirigeants soutenus par la population. Pour être efficace la rigueur doit être discutée et consentie, pour être efficace la rigueur doit être constructive.

Gageons que la mission sera difficile, peut-être même impossible, mais gageons surtout de la volonté des Français, de ce sens du sacrifice, patriote même qui ont tant de fois permis à la République de s’élever encore.
Gageons que des choix ambitieux seront pris, que de réelles volontés de changement s’exprimeront concrètement.

Car enfin la rigueur si elle est momentanément nécessaire, elle n’est pas à long terme une fatalité. Mais il revient à tout à chacun d’accepter le poids de l’effort, à renoncer peut-être à un peu de ses acquis pour le bien de tous toujours dans le sens de la justice. La Gauche doit donc relever le défi d’une rigueur ambitieuse et juste. On ne peut qu’espérer qu’elle y parvienne et vite.

 

Related posts
À la uneActualitéFootSport

Ligue des Champions - 3ème Journée : Lopes offre (en partie) la victoire au Benfica

À la uneBrèvesFaits DiversReportages

Disparitions mystérieuses : la piste Lelandais?

À la uneLa Loi des SériesSéries Tv

La loi des séries s'la raconte : Ulysse 31, le dessin animé qui revisite la mythologie grecque en version SF | La loi des séries #323

À la uneSéries Tv

Les mystères de l'amour : Isabelle Bouysse revient dans la série

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux